heureux-qui.com
Fil Info

Virginie Despentes vivement critiquée pour sa tribune contre le racisme

Notez cet article


Dans une lettre lue à l’antenne de France Inter par Augustin Trapenard, la romancière Virginie Despentes pointe le racisme sous-jacent en France en s’adressant à «ses amis blancs qui ne voient pas où est le problème». Un texte incisif qui a provoqué de vives critiques de la part de certains internautes, qui dénoncent l’hypocrisie de l’auteur sur les réseaux sociaux.

«En France, nous ne sommes pas racistes, mais…». Ces mots, martelés et répétés tout au long de la lettre, sont là pour énumérer les discriminations observées par son auteur en France : «Mais la dernière fois qu’on a refusé de me servir en terrasse, j’étais avec un arabe», «mais dans la population carcérale, les noirs et les arabes sont surreprésentés», ou encore «la dernière fois qu’on m’a demandé mes papiers, j’étais avec un arabe»…

La romancière de Vernon Subutex et de King Kong Theorie indique également dans sa lettre avoir participé le 2 juin dernier à la manifestation organisée par la famille d’Adama Traoré contre les violences policières. Elle y explique que c’est «la première fois» qu’elle prend part à «un rassemblement politique de plus de 80.000 personnes organisé par collectif non blanc» et que «ces jeunes savent ce qu’ils disent quand ils disent ‘si tu es noir ou arabe la police te fait peur’, ils disent la vérité et ils demandent justice».

Déjà très engagée, notamment contre les violences sexuelles, Virginie Despentes a une nouvelle fois mis des mots sur les maux contemporains en France. Mais cette nouvelle prise de parole a été très rapidement critiquée par certains internautes qui dénigrent la légitimité de son auteur à traiter ce sujet, puisqu’elle ne serait pas issue de ces sphères.

Notamment, elle dénonce dans sa lettre avoir «été interviewée qu’une seule fois par un journaliste noir». Ce à quoi certains de ses détracteurs ont répondu : «c’est tout simplement parce qu’elle donne des interviews à Libération, les Inrocks et Télérama».

Tandis que d’autres ont signalé certaines approximations mises en avant par Virginie Despentes.

Mais certains internautes ont tenu à saluer qu’au-delà de lister les discriminations en France, Virginie Despentes dénonce les privilèges qu’elle a en tant que blanche : «Une blanche comme moi hors pandémie circule dans cette ville sans même remarquer où sont les policiers et je sais que s’ils sont trois à s’asseoir sur mon dos jusqu’à m’asphyxier au seul motif que j’ai essayé d’esquiver un contrôle de routine, on en fera toute une affaire». 

Et l’auteure conclut : «le privilège, c’est avoir le choix de penser ou pas» à sa couleur de peau. Car «je ne peux pas oublier que je suis une femme, mais je peux oublier que je suis blanche, en France, nous ne sommes pas raciste mais je ne connais pas une seule personne noire ou arable qui ait ce choix».





Source link

Autres articles à lire

Marvel : Les 15 personnages à connaître

adrien

Dijon: une centaine de manifestants réclament la démission du préfet

adrien

Vacances de Noël : cinq films à regarder en famille sur Canal+ et MyCanal

adrien

Municipales 2020 : une véritable vague verte déferle sur la France

adrien

Plan de relance : 30 milliards d’euros pour la transition écologique

adrien

Feu vert de l’Assemblée au retour des néonicotinoïdes

adrien