heureux-qui.com
Image default
Fil Info

Vélos électriques : comment éviter les vols ?


Impensable de laisser un vélo électrique à plus de 1.000 euros (voire largement davantage) sans protection, dans la rue. Pour décourager au maximum les voleurs, il faut appliquer quelques règles, notamment lorsqu’on choisit ses équipements de sécurité.

Un investissement d’au moins 10% du prix du vélo

milieu_4960_kette_5f16e44ee24d4.jpg

En matière d’antivol pour vélo, l’offre est énorme. Mais pour un vélo électrique onéreux, il vaut mieux privilégier de grandes marques en misant sur des accessoires de qualité. Et la qualité a un prix. «Il faut être prêt à investir environ 10% de la valeur du vélo en équipement de sécurité», nous ont ainsi expliqué au cours d’un entretien Vincent Loy et Florian Plumail, respectivement Directeur Commercial France et Responsable Marketing de la marque spécialisée Abus. Pour un vélo électrique d’une valeur de 1.500 euros, il faudra donc dépenser 150 euros environ pour avoir l’esprit tranquille. L’objectif n’est pas d’avoir une solution 100% indestructible (elle n’existe pas), mais d’avoir un équipement suffisant pour décourager ou ralentir un éventuel voleur.  

Pour 150 à 200 euros, il est conseillé de combiner plusieurs dispositifs. En premier lieu, un très bon antivol de type U s’impose (de niveau 15 sur 15 chez l’Allemand Abus ou de niveau 10 sur 10 chez le concurrent américain Kryptonite. Ce dispositif, qui permet d’attacher le cadre et la roue arrière du vélo à un point d’ancrage fixe, se trouve dans le commerce à partir de 60 euros. A ce premier antivol, on ajoutera un fer à cheval ou antivol de cadre, prolongé par une chaîne robuste, qui permettra d’une part de bloquer la roue arrière et d’autre part attacher la roue avant au cadre. L’ensemble est disponible pour un tarif inférieur à 100 euros.

Avec ces deux dispositifs mis bout à bout, le vélo est bien protégé, pour environ 160 euros. Ils pourraient résister quelques minutes à un voleur aguerri, et la plupart d’entre eux ne persistent pas après trois minutes d’essais infructueux.

Actuellement, les antivols pliables sont très tendance. Certains sont de très bonne qualité, mais il faut y mettre le prix. Un minimum de 100 euros est conseillé. 

A noter également, l’arrivée des antivols connectés, qui se déverrouillent à l’aide du smartphone via Bluetooth et envoient un signal d’alerte en cas de tentative d’effraction. Largement plus cher, ils pourraient se multiplier dans les années à venir. 

UN VÉLO ATTACHÉ, oui, MAIS SURTOUT BIEN ATTACHÉ 

Du bon matériel pour attacher son vélo électrique, c’est la règle. Mais bien l’attacher, c’est aussi tout un art, pour éviter que le voleur ne parte à la fois avec le vélo et les antivols.

Il faut, dans un premier temps, choisir soigneusement son point d’ancrage. Un petit arbre, c’est une mauvaise solution, car il peut être scié facilement. Les spécialistes conseillent également d’éviter les barrières mobiles de chantier en métal. Elles sont moins solides qu’elles n’en ont l’air et peuvent être facilement coupées à la pince car les tubes sont creux. 

Lorsque cela est possible, il faut donc utiliser le mobilier urbain en métal massif, prévu à cet effet. mais là encore, il ne faut pas placer son antivol n’importe comment. «Il faut par exemple éviter de placer l’antivol ou la chaîne au niveau du sol, pour éviter de donner un point d’appui au voleur», explique Florian Plumail.

De la même manière, lorsque c’est possible, il faut faire en sorte que la serrure de vos antivols soient tournées vers le sol pour ne pas faciliter la tâche des crocheteurs de serrures. 

DES RÈGLES DE BON SENS À appliquer 

dm_img_secondaire_abus1_5f16e5a0a2d18.jpg

Il faut garder en tête que n’importe quel antivol peut être ouvert par un voleur qui dispose de temps devant lui. Pour éviter de lui faciliter la tâche, il faut donc placer son vélo dans un endroit passant et éviter les ruelles sombres où il pourrait œuvrer sans être dérangé. 

Avant de procéder à un achat d’antivol, il faut évaluer dans quelles conditions le vélo électrique sera stocké. S’il reste des nuits entières dans la rue dans une grande une ville, un niveau de sécurité maximum sera nécessaire. A la campagne, dans un garage fermé à clé, un niveau de sécurité inférieur peur se révéler suffisant.

Bien entendu, lorsque c’est possible, et lorsque le risque est grand, stocker son vélo à l’intérieur de son logement peut également être une solution à privilégier. 

Retrouvez toute l’actualité autour du vélo ICI 



Source link

Autres articles à lire

🔴 DIRECT – Coronavirus : Boris Johnson a reçu une première dose de vaccin AstraZeneca

adrien

Un bébé requin est né dans un aquarium qui n’abrite que deux femelles

adrien

Messages racistes de policiers dans un groupe Facebook : le parquet de Paris ouvre une enquête

adrien

Seine-Saint-Denis : des personnalités veulent «un plan social» contre les inégalités

adrien

Réveillon : les meilleurs champagnes rosés

adrien

ces 10 maladies qui pourraient être traitées

adrien