heureux-qui.com
Image default
Fil Info

Val-d’Oise: Un livreur victime d’une agression raciste à Cergy, la police ouvre une enquête


L’auteur présumé d’une agression raciste contre un livreur, dimanche soir à Cergy (Val-d’Oise), sera finalement jugé le 8 juillet, après qu’il a sollicité ce jeudi un délai pour préparer sa défense.

Il sera jugé pour «violences volontaires ayant entraîné une incapacité totale de travail supérieure à huit jours, à raison de l’appartenance à une ethnie, une nation, race ou religion». Dans l’attente de son procès, le tribunal a délivré un mandat de dépôt et l’a placé à l’isolement, son avocat s’alarmant d’un «contrat sur sa tête».

L’agresseur présumé, âgé de 24 ans, avait été interpellé mardi par les forces de l’ordre et placé en garde à vue pour violences aggravées et menaces de mort aggravées.

Il avait été arrêté vers 12h45 dans le 10e arrondissement de Paris, a confié à CNEWS le parquet de Pontoise. Sur Twitter, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin avait tenu à remercier les policiers «pour leur réaction rapide». «Le racisme ne doit jamais rester impuni», avait-il ajouté. 

Lundi, la police nationale avait annoncé sur les réseaux sociaux l’ouverture d’une enquête pour retrouver l’auteur d’une agression raciste à l’encontre d’un livreur, dimanche soir à Cergy (Val-d’Oise).

«Suite aux menaces et injures proférées hier soir (dimanche) à Cergy, repris sur un certain nombre de réseaux sociaux, nous ouvrons une enquête judiciaire d’initiative pour identifier l’auteur et établir les faits», avaient fait savoir les forces de l’ordre sur le réseau social.

Sur la séquence filmée par une femme, qui l’a ensuite diffusée sur Instagram, on peut voir un homme Noir se faire insulter par un autre homme, d’abord avec une capuche sur la tête puis à visage découvert. «Espèce de sale Noir (sic)», «je suis Algérien je te nique ta mère (sic)», peut-on notamment entendre.

L’agresseur s’en prend ensuite directement à l’autrice de la vidéo et la menace, elle et son mari. On peut ensuite entendre la femme donner sa version de l’agression : «Il l’a traité d’esclave et l’a fait saigner». Elle regrette également l’inaction des restaurateurs.

«Nous les Algériens, on vous a venduS comme du bétail»

Le présumé agresseur revient ensuite prendre à partie la témoin : «Je travaille ici, j’habite ici». «Espèce de sale négresse (sic)», «nous les Algériens, on vous a vendu comme du bétail, comme du maïs (sic)», crie-t-il.

Lundi matin, la ministre chargée de la Citoyenneté Marlène Schiappa avait publié un message sur Twitter pour dénoncer une «agression choquante, violente et raciste». «J’ai demandé que l’on étudie la possibilité d’un article 40 pour signaler les faits au Procureur de la République», a-t-elle ajouté, quelques heures avant que la police nationale 95 n’annonce l’ouverture d’une enquête.

Sur Facebook, l’établissement devant lequel s’est déroulé l’agression, le «Brasco», a publié un message. Dans celui-ci, le restaurant assure que l’agresseur n’est pas un de ses employés mais un livreur. Une version contredite par plusieurs internautes mais qui n’a pas encore été précisée officiellement.

La société a ajouté qu’une plainte devait être déposée ce lundi «afin de faire en sorte que cela ne se reproduise plus».





Source link

Autres articles à lire

Tintin, Astérix, Lucky Luke… Des écoles canadiennes détruisent des milliers de livres jugés offensants

adrien

Pyrénées : le nombre d’ours augmente fortement

adrien

«C’est la gauche qui s’autoproclame gauche et qui refoule à droite ce dont elle ne veut pas»

adrien

«La contrainte du masque n’est rien par rapport à la chance qu’ont les enfants d’aller à l’école», selon le pédopsychiatre Stéphane Clerget

adrien

Confinement en France : Voici la liste des commerces essentiels ouverts

adrien

Wejdene, Lucie Lucas, Tayc…le casting fait le plein de célébrités

adrien