heureux-qui.com
Image default
Fil Info

Vacances en Espagne : test, quarantaine… Tout ce qu’il faut savoir avant de partir


Destination préférée des Français pour les vacances estivales, l’Espagne rouvre ses portes aux touristes cet été. Et si, pour cela, les exigences sanitaires à l’entrée sont réduites au minimum pour les citoyens de l’Union européenne, sur place, la reprise de l’épidémie oblige à rétablir des restrictions sanitaires.

Quelles conditions d’entrée ?

Pour attirer les touristes et sauver sa saison estivale, l’Espagne a ainsi amplement assoupli les conditions d’entrée sur son territoire. Les voyageurs venant de France métropolitaine ont à priori peu de restrictions. Seule condition pour entrer en terres espagnoles : remplir un formulaire en ligne, qui donnera un QR Code, scanné par les autorités lors des contrôles aéroportuaires. Les passagers peuvent toutefois être soumis à des contrôles de température à leur arrivée.

Attention cependant, la Martinique, la Guadeloupe, la Guyane et la Réunion sont classées comme «zone à risque» par le gouvernement espagnol, ce qui n’est pas le cas de la métropole aujourd’hui. Les passagers de plus de 12 ans en provenance de ces zones devront donc présenter leur pass sanitaire européen, soit la preuve d’une vaccination complète depuis au moins quatorze jours, ou d’un résultat de dépistage négatif de moins de quarante-huit heures pour un test antigénique, ou de moins de soixante-douze heures pour un test PCR.

Si la France est aujourd’hui un pays sans danger pour l’Espagne, la liste des zones à risque est actualisée régulièrement en fonction de l’évolution des indicateurs de l’épidémie. Il faut donc surveiller les mises à jour sur le site du ministère français des Affaires étrangères, ou sur le site du gouvernement espagnol. 

Quelles restrictions sur place ?

L’Espagne fait face à un important rebond épidémique en raison de la propagation du variant Delta. Plusieurs régions ont donc été contraintes d’imposer à nouveau des restrictions sanitaires.

Dans la communauté de Madrid, les bars et restaurants doivent fermer au plus tard à une heure du matin, avec l’accueil des clients jusqu’à minuit maximum. À table, les places sont limitées à six personnes en intérieur et huit en terrasse. Les discothèques doivent fermer à trois heures du matin, les pistes de danse ne peuvent ouvrir  qu’à condition d’être à l’air libre, et le port du masque y est obligatoire.

La Catalogne a rétabli une jauge pour les commerces, équivalente à 70% de leur capacité d’accueil, et les restaurants et cafés doivent aussi fermer boutique à une heure du matin. L’Andalousie a quant à elle prévenu que des confinements locaux seraient possibles en cas d’augmentation du taux d’incidence. 

Où en est la situation épidémique ?

La nouvelle flambée épidémique causée par le variant Delta représente aujourd’hui plus de 70% des nouvelles infections en Espagne. Selon les données de CovidTracker, le pays a enregistré plus de 10.000 contaminations quotidiennes depuis une dizaine de jours, contre moins de 4.000 en France. Cependant le nombre de morts n’est pas reparti à la hausse, et la pression hospitalière reste bien plus faible que lors des vagues précédentes.

La vaccination est bien avancée, avec 60% de la population ayant reçu au moins une dose, et 48% de personnes totalement vaccinées. 

Quelles obligations avant le retour en France ?

A l’instar de l’ensemble des pays de l’espace européen, l’Espagne a été classée «vert» par la France dans le cadre de sa stratégie de réouverture des frontières. Ainsi, avant leur retour dans l’Hexagone, les voyageurs français ayant séjourné chez notre voisin du sud doivent se soumettre à un test PCR ou antigénique. Clément Beaune, secrétaire d’État aux Affaires européennes, a par ailleurs annoncé ce jeudi 15 juillet que les touristes qui souhaitent rentrer en France devraient effectuer leur dépistage au plus tard 24 heures avant le départ, contre soixante-douze à quarante-huit heures précédemment.

Une obligation à laquelle échappent les touristes français complètement vaccinés. A noter qu’en Espagne, le tarif moyen d’un test PCR tourne autour des 100 euros. Les tests antigéniques sont, eux, moins onéreux.

Les pays étrangers sont été classés par la France en trois catégories, en fonction de leur situation sanitaire.

Les frais liés aux tests réalisés à l’étranger font l’objet d’une prise en charge par l’Assurance maladie, qui explique la démarche sur son site. Pour ceux effectués dans l’espace européen, notamment en Espagne, il convient soit de présenter sa carte européenne d’Assurance Maladie (CEAM) au moment du test, soit de compléter le formulaire S 3125 «soins reçus à l’étranger» au retour en France. Le voyageur a le choix de se faire rembourser selon la tarification française ou selon la tarification du pays de séjour. S’il opte pour la première option, les tests sont pris en charge à hauteur de 35 euros maximum.



Source link

Autres articles à lire

Jean Nouvel et la Philharmonie finalement réconciliés

adrien

Rafael Nadal-Daniil Medvedev, finale de l’Open d’Australie 2022 : à quelle heure et sur quelle chaîne ?

adrien

Les hommages se succèdent après la mort de John Lewis

adrien

Quino, le père de «Mafalda», est mort

adrien

Ligue 1 : Lille champion, le PSG et Monaco en Ligue des champions, Nantes barragiste… tout ce qu’il faut retenir de la 38e et dernière journée

adrien

Ado de 13 ans retrouvé décapité à Tarascon : la piste cannibale évoquée

adrien