heureux-qui.com
Image default
Fil Info

Un homme qui a perdu son pénis à cause d’une septicémie s’en fait créer un nouveau sur son bras

Notez cet article


En Angleterre, un homme qui avait perdu son pénis des suites d’une septicémie s’en est fait construire un tout nouveau sur son bras.

Le cauchemar de Malcolm Macdonald a commencé en 2014. Cette année-là, le mécanicien aujourd’hui âgé de 45 ans développe une infection périnéale qui vire rapidement à la septicémie et gangrène ses extrémités. «Cela s’est étendu à mes doigts et mes orteils», a-t-il expliqué au Sun. Ses attributs sexuels n’ont pas été épargnés : «Quand j’ai vu mon pénis devenir noir, j’étais hors de moi. C’était comme dans un film d’horreur. Et puis un jour, il est juste tombé au sol. Comme je m’étais déjà fait à l’idée de le perdre, je l’ai juste ramassé et je l’ai mis à la poubelle», a-t-il poursuivi. 

une lueur d’espoir après une descente aux enfers

Après cet épisode, Malcolm Macdonald a plongé dans une profonde dépression. «J’avais l’impression d’être l’ombre d’un homme. Je buvais beaucoup trop, je ne voyais plus ma famille ni mes amis», a expliqué ce père de deux enfants au tabloïd. Une «lueur d’espoir» est apparue deux ans plus tard en la personne du Professeur David Ralph, un expert du London University College Hospital qui se fait appeler «le maître du pénis» en Angleterre. Il est notamment célèbre pour avoir créé un pénis bionique pour un individu qui était né sans. En plus d’une vie sexuelle normale, le médecin promettait à son patient de lui rendre sa capacité à uriner. 

Le membre a finalement été construit en 2016 à partir de la peau de l’avant-bras gauche de Malcolm Macdonald. Les chirurgiens ont ensuite créé un urètre et ajouté une pompe lui permettant de provoquer une érection mécanique. Le patient a également demandé l’ajout de deux centimètres supplémentaires. «Lorsque je l’ai vu sur mon bras pour la première fois, j’étais tellement, tellement fier. Il n’y avait rien d’étrange, c’était juste une partie de moi», a confié le patient, toujours au Sun. 

«Jimmy», comme le quadragénaire le surnomme, a construit sa propre peau au bout de deux années. En 2018, il était finalement prêt à être placé au bon endroit mais Malcolm Macdonald a joué de malchance : rendez-vous annulés, problèmes de transports pour arriver à Londres, grèves dans les hôpitaux, puis le coronavirus… Si bien que cela fait maintenant quatre ans que l’Anglais vit avec un pénis dans sa manche. «Les gens me posent des questions quand ils le remarquent au pub et ils en rient. Mais je comprends, ce n’est pas tous les jours que l’ont rencontre un homme avec un pénis à son bras», s’amuse-t-il. Une nouvelle intervention chirurgicale est prévue pour la fin de l’année 2020. 

Retrouvez toute l’actualité britannique ICI



Source link

Related posts

Strasbourg : un match de foot inter-quartiers rassemble 400 personnes malgré l’interdiction

adrien

Les masques réduisent la propagation du coronavirus de 85 %, selon une vaste étude

adrien

Ennio Morricone : les hommages se multiplient après la mort du compositeur

adrien