heureux-qui.com
Image default
Fil Info

Un escape game virtuel permet d’organiser le casse du siècle entre collègues


Devenus les coqueluches des séminaires d’entreprises qui ne jurent plus que par eux pour les fameux «Team Building», les escape games s’adaptent aussi à la crise sanitaire. En atteste la dernière expérience purement en ligne de Dama Dreams qui invite les salariés à échafauder un véritable casse.

Intitulé «Braquage sous pression 2.0» et lancé en décembre dernier, cet escape game, décrit davantage comme un théâtre immersif, peut rassembler de quatre à 24 joueurs qui vont devoir collaborer ensemble via une plate-forme de visioconférence (Teams ou Zoom). Le but est ici de guider un acteur qui joue le rôle d’un braqueur qui doit s’infiltrer dans une banque. Il va donc falloir ruser avec lui pour déjouer la sécurité, casser les codes, éviter de se faire prendre et surtout rapporter le butin.

dama_dreams_escape_game_online-taille640_60099164df7f1.jpg

Si nous nous arrêtons-là pour ne pas trop en dire sur cette expérience, il n’en demeure pas moins que celle-ci s’inscrit dans un contexte qui oblige ce secteur à redéfinir ses codes. «Les entreprises étant désormais contraintes d’éviter que leurs salariés prennent des risques, nous avons commencé dès septembre 2020 à plancher sur l’idée de créer une expérience de ce type. Toutefois, nous cherchions à développer une expérience vraiment interactive. C’est pourquoi nous avons décidé de mettre en place ce lien avec le comédien qui répond en direct aux demandes des participants, dont il est les yeux et les mains», commente Emmanuel Reboul, cofondateur de Dama Dreams.

braquage-sous-pression-1_600991a4aeb3b.jpeg

Après s’est fait connaître autour de l’escape game Le Bureau des Légendes (tiré de la série Canal+), cette société, spécialisée dans le deep game pour des expériences plus immersives avec des comédiens de métiers, rappelle que 2020 a marqué un tournant pour le secteur. «En 2019, la proportion de clients liés aux entreprises représentait 30 % de notre chiffre d’affaires, 70 % étant des particuliers. L’année dernière, seules les entreprises ont émis le souhait de poursuivre des opérations de team building via les escape games qui sont connus pour forger l’esprit de groupe et de cohésion», souligne Emmanuel Reboul.

Un secteur amené à s’adapter

Aujourd’hui, Dama Dreams doit faire face à un afflux de demandes important, obligé parfois de refuser du monde. Cette expérience en ligne a vocation à durer jusqu’en juin prochain, mais pourraît être prolongée en fonction de la demande et du contexte lié au Covid-19. Mais pour Emmanuel Reboul : «l’escape game en ligne ne devrait pas s’installer durablement. Il faut s’adapter au contexte, mais je crois davantage à l’escape game physique où l’émotion est plus palpable. D’autres projets sont touefois en cours, notamment autour de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée».

Retrouvez toute l’actualité Numérique ICI



Source link

Autres articles à lire

les rues de Miami prises d’assaut par les fêtards malgré la pandémie

adrien

Golden Globes 2021 : les temps forts de la 78e cérémonie

adrien

Sécheresse : des milliers de flamants roses retrouvés morts en Turquie

adrien

La reine Elizabeth annonce la fin des thérapies en conversion au Royaume-Uni

adrien

Près de 9 personnes sur 10 pourraient ne pas pouvoir être vaccinées dans les pays pauvres

adrien

Paris : le Grand Palais éphémère prêt à accueillir son public

adrien