heureux-qui.com
Image default
Fil Info

Ultradroite : Rémy Daillet présenté à un juge d’instruction ce vendredi en vue d’une mise en examen


Rémy Daillet, figure des milieux complotistes, va être présenté ce vendredi à un juge d’instruction antiterroriste en vue d’une mise en examen, a-t-on appris de source judiciaire. L’homme avait été placé mardi en garde à vue pour des projets de coups d’Etat et d’actions violentes, notamment un attentat contre une loge maçonnique en Moselle.

La secrétaire de Rémy Daillet, Ginette M. avait elle aussi été placée en garde à vue mardi et sera également présentée à un juge ce vendredi.

Rémy Daillet, était jusqu’à présent déjà incarcéré dans le cadre de l’affaire de l’enlèvement de la petite Mia au printemps. Sa secrétaire, Ginette M., a pour sa part été interpellée dans l’Aude. Ces dernières heures, ils étaient tous deux interrogés dans les locaux de la DGSI (Direction générale de la Sécurité intérieure) à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine).

12 mises en examen

Dans le détail, Rémy Daillet est soupçonné d’avoir été l’instigateur d’un groupuscule projetant des actions violentes. Une enquête est ouverte depuis plusieurs mois sur ces projets d’attaques et les investigations des juges antiterroristes ont abouti, depuis le mois de mai, aux arrestations et mises en examen pour «association de malfaiteurs terroriste criminelle» de 12 personnes appartenant à l’ultradroite.

Parmi eux, certains appartiendraient au groupuscule «Honneur et Nation», qui projetait d’attaquer une loge de la Franc-Maçonnerie en Moselle. Le 8 octobre, quatre homme âgés de 43 à 69 ans, dont deux militaires, ont été mis en examen. Convaincus qu’«Emmanuel Macron est au service de l’argent et qu’il faut en finir avec le grand capital», ces hommes avait «l’idée d’un coup d’Etat, d’un renversement du gouvernement français», selon une source proche du dossier.

Dans le cadre de l’affaire Mia, Rémy Daillet, 54 ans, est poursuivi pour «complicité d’enlèvement d’un mineur de 15 ans commis en bande organisée et association de malfaiteur en vue de commettre le crime d’enlèvement de mineur de quinze ans en bande organisée». Rémy Daillet, sa compagne et leurs trois enfants avaient été arrêtés fin mai en Malaisie où ils résidaient. Ils avaient ensuite été expulsés vers la France. 

Depuis 2017, six enquêtes portant sur des projets d’attentats de l’ultra-droite ont été ouvertes par le parquet antiterroriste. Interrogé dans la Matinale de CNEWS en septembre dernier, Laurent Nuñez, coordonnateur national renseignement et lutte contre le terrorisme, avait précisé que ces six cellules clandestines démantelées «avaient des intentions de passer à l’acte». «La menace est réelle, il faut vraiment la prendre au sérieux», avait-il souligné, évoquant des «groupes qui vont s’inscrire dans la clandestinité avec des velléités de s’en prendre aux institutions démocratiques représentatives». «Aux Etats-Unis, ces dix dernières années, il y a plus de victimes du terrorisme d’ultra-droite que du terrorisme islamiste sunnite», avait-il ajouté.



Source link

Autres articles à lire

«France» avec Léa Seydoux : Bruno Dumont égratigne le monde des médias

adrien

Les Emirats démarrent la première centrale nucléaire arabe

adrien

Coronavirus : l’Ile-de-France entière bientôt en zone d’alerte maximale ?

adrien

Un an après la mort de Breonna Taylor, tuée par la police, sa famille reste mobilisée

adrien

La production mondiale de viande en baisse, une première depuis 60 ans

adrien

Elizabeth II : Megxit, affaire d’agression sexuelle, Prince Philip malade…Pourquoi elle vit des heures difficiles

adrien