heureux-qui.com
Image default
Fil Info

Tchernobyl bientôt au patrimoine mondial de l’UNESCO ?


Le ministre de la Culture ukrainien souhaite faire entrer Tchernobyl au patrimoine mondial de l’UNESCO. Ce site, qui fut le théâtre d’une des pires catastrophes nucléaires de l’Histoire, accueille chaque année des milliers de touristes.

«C’est un des territoires les plus emblématiques de l’Ukraine», a justifié Oleksandr Tkachenko, le ministre de la Culture ukrainien. Il faut «le préserver pour l’humanité». 

Le ministère souhaite élaborer des programmes de voyage visant à «percevoir la zone comme un lieu de mémoire qui doit apprendre des choses». Ces programmes viendront nourrir le dossier de candidature, qui devrait être remis à l’UNESCO fin mars 2021. La décision de l’organisme est attendue au plus tôt en 2023.

Jusqu’à «1 million de visiteurs par an»

Si sa candidature est acceptée, Tchernobyl rejoindra la célèbre liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Emanation directe de l’ONU, l’UNESCO vise à protéger le patrimoine et à le transmettre aux générations futures. Sur sa liste figurent actuellement 1.121 sites répartis dans plus de 160 Etats. Parmi eux, le Mont-Saint-Michel, la Statue de la Liberté, ou encore la Grande Muraille de Chine. La classification ne donne pas lieu à un soutien financier très important. En revanche, elle constitue un énorme coup de pouce touristique. 

Chaque site voit en effet sa fréquentation touristique bondir après avoir été inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Par exemple, la cité française d’Albi a enregistré une hausse de 40% des visiteurs les quinze jours suivants sa classification. 

L’impact pourrait être tout aussi conséquent à Tchernobyl. D’après Oleksandr Tkachenko, une classification permettrait au site d’attirer jusqu’à 1 million de visiteurs par an. Tchernobyl avait accueilli 124 000 touristes en 2019, contre 72 000 l’année précédente, selon les derniers chiffres de l’AFP. 

«Territoire interdit»

Ce record est notamment dû au succès de la série HBO Chernobyl, sortie en 2019. Celle-ci revient sur les terribles événements de 1986 : le 26 avril, une explosion se produit dans la centrale nucléaire Lénine. Elle provoque le déversement de matières radioactives, contaminant ainsi une zone immense allant jusqu’aux pays voisins. 

Il est impossible de dresser le bilan humain de cette catastrophe. Les substances radioactives auraient contribué au développement de plusieurs pathologies, dont des cancers de la thyroïde, causant indirectement la mort de milliers de personnes. Selon un rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé établi en 2005, jusqu’à 4.000 personnes au total pourraient à terme décéder des suites de leur exposition aux substances radioactives de la centrale. 

Aujourd’hui encore, la centrale est inaccessible. La zone d’exclusion de 2.600 km² érigée autour d’elle est considérée comme l’une des plus radioactives du monde.

Sur ce point, le ministre de la Culture s’est montré catégorique. Même si Tchernobyl vient à être classé, visiter le site ne sera jamais «une simple aventure en territoire interdit.»

Retrouvez toute l’actualité Tourisme ICI



Source link

Autres articles à lire

Angela Merkel veut laisser une trace avec la présidence de l’UE

adrien

Mort du Prince Philip : quel protocole au sein de la monarchie ?

adrien

Livraison : 5 sites où acheter de la viande en ligne

adrien

Comment le couple Macron a réaménagé le Fort de Brégançon

adrien

Brexit : la migration des Britanniques vers l’UE a augmenté de 30% depuis le référendum

adrien

La téléconsultation médicale en plein essor

adrien