heureux-qui.com
Image default
Fil Info

Suicide : pourquoi les tentatives ont-elles augmenté chez les jeunes femmes ?


Une autre conséquence de la crise sanitaire. L’année dernière, le nombre de tentatives de suicide a augmenté chez les jeunes, et en particulier chez les filles.

Les données de Santé Publique France ont été récupérées et analysées par Libération. Le constat est glaçant : les gestes suicidaires ont augmenté de plus de 40% chez les filles de moins de 15 ans en 2021, par rapport aux trois années précédentes. Mêmes conclusions pour la catégorie des 15-29 ans : les gestes suicidaires des jeunes femmes ont augmenté de 22% en 2021. Chez les garçons, le phénomène est resté stable. 

La crise sanitaire a provoqué une hausse des dépressions et de l’anxiété des mineurs. En janvier 2021, 2 jeunes sur 3 estimaient que la pandémie avait «des conséquences négatives sur leur santé mentale», selon une étude de FondaMental.

«Dans ces âges-là, on se construit beaucoup par rapport aux autres, pas seul dans sa chambre», avait à l’époque commenté pour CNEWS Patrice Huerre, pédopsychiatre. «Il y a un manque flagrant d’expérimenter des modes de relation qui permettent de grandir, et ça, c’est très douloureux.» 

Les filles surreprésentées 

Reste à comprendre pourquoi les filles sont surreprésentées par rapport aux garçons. «Peut-être que les filles ont été plus affectées par ce stress sociétal, par cette insécurité, par la diminution des liens et des repères sociaux ou familiaux», avance la spécialiste de la psychiatrie de l’enfant Angèle Consoli auprès de Libération. «Il y a une exposition à la mort, à l’angoisse, à la maladie. Peut-être qu’elles y sont plus sensibles que les garçons, mais (…) ce ne sont que des hypothèses.»

Hors pandémie, les tentatives de suicide sont déjà beaucoup plus fréquentes chez les femmes. «Elles effectuent deux fois plus de tentatives de suicide que les hommes, mais sont trois fois moins nombreuses à se donner la mort», indiquait un rapport de l’Observatoire national du suicide (ONS) publié en 2014.

Cet écart peut s’expliquer par le mode de suicide choisi. Pour les hommes, la pendaison est à l’origine de 58% des suicides, et les armes à feu de 17%. Pour les femmes, la pendaison (37%) et la prise de médicaments (28%) sont les moyens les plus utilisés, et laissent plus de chances de survivre. 

Claire Hédon, la Défenseure des droits, alerte sur les conséquences de confinements sur la santé mentale des enfants

Selon l’ONS, le suicide est la deuxième cause de mortalité chez les 15-24 ans en France, juste derrière les accidents de la route. Ils représentent 16% des décès dans cette tranche d’âge en 2014, soit environ 8.800 décès. 



Source link

Autres articles à lire

Covid-19 : Un vaccin peut-il être rendu obligatoire ?

adrien

Un lanceur d’alerte accuse Facebook etc.

adrien

Equipe de France : Didier Deschamps va rester le sélectionneur des Bleus

adrien

A Lyon, un collectif d’avocats demande aux autorités de mettre fin aux milices identitaires

adrien

Bitcoin : Comment sécuriser vos cryptomonnaies et éviter les pièges des cybercriminels ?

administrateur

Le pape François appelle à «la fraternité» et plaide pour un vaccin accessible à «tous»

adrien