heureux-qui.com
Image default
Fil Info

«Space Jam : Nouvelle Ère» : que vaut le deuxième volet avec LeBron James ?


Après Michael Jordan en 1996, c’est au tour de LeBron James de rejoindre l’équipe des Looney Tunes dans «Space Jam : Nouvelle Ère». Un nouveau volet qui sortira le 21 juillet, et plaira autant aux fans du joueur qu’aux non-initiés.

En gestation depuis 2015, la suite du premier volet au succès planétaire, porté à l’époque par la star incontestée de la NBA, Michael Jordan, revient sur les écrans vingt-cinq ans après. Cette fois, c’est LeBron James – le meilleur joueur NBA de sa génération, que certains voient surpasser Jordan au rang de meilleur joueur de tous les temps d’ici la fin de sa carrière – qui se retrouve à faire équipe avec Bugs Bunny et la Tune Squad.

Est-ce que «Space Jam : Nouvelle Ère» parviendra à susciter le même engouement ? Cela reste à voir. Mais la Warner n’a pas lésiné sur les moyens pour offrir aux spectateurs – petits et grands – un spectacle de qualité bâti autour d’un scénario aussi simple que réjouissant. Et où les références aux moments forts de la carrière de joueur de LeBron James sont légion.

C’est quoi l’histoire ?

Au sommet de sa gloire, LeBron James met un point d’honneur à inculquer à ses enfants l’amour du basketball et le goût de l’effort. Son plus jeune fils, Dom, possède un certain talent balle en main. Mais sa véritable passion est la création de jeux-vidéo. Alors que l’incompréhension s’installe entre père et fils, LeBron James décide de l’emmener avec lui à un rendez-vous professionnel chez les studios de la Warner.

Au même moment, une intelligence artificielle prénommée Al-G Rhythm rêve de devenir aussi célèbre que LeBron James. Quand le joueur rejette l’offre de la Warner d’intégrer leur univers et tous les personnages cultes qui s’y trouvent, Al-G Rhythm se sent humilié et promet de se venger.

Après avoir attiré Dom dans sa dimension parallèle, il fait de même avec LeBron James. Et lui propose un marché : s’il veut récupérer son fils, il devra remporter un match de basket face la Goon Squad, une équipe composée d’avatars de stars connues de la balle orange, selon les règles d’un jeu-vidéo créé par Dom lui-même.

LeBron James tente alors de composer une super-team avec – espère-t-il – Superman et d’autres héros de la galaxie Warner. Quand il comprend que seuls les Looney Tunes sont disponibles, le joueur sait que la tâche sera ardue.

des références à la star de NBA

«Space Jam : Nouvelle Ère» est la suite directe du premier volet avec Michael Jordan. Les fans du film de 1996 y trouveront d’ailleurs de multiples références hilarantes. Les adeptes de LeBron James qui ont suivi sa carrière de bout en bout – avec tous ses succès et controverses – auront également à leur disposition de nombreux clins d’œil (dont certains assez subtiles) sur les moments forts qui ont bâti la légende de celui qu’on appelle «King James». Le tout avec beaucoup d’autodérision.

S’il reste relativement simple, le scénario de ce deuxième volet offre une histoire touchante entre un père et son fils, et leur capacité à se rapprocher malgré les malentendus et les tensions. Un aspect du film très important aux yeux de LeBron James.

«C’est une version fictionnelle de moi dans le film, mais il y a aussi des choses qui me tiennent personnellement à cœur. Même si c’est sur grand écran, vous allez me voir sous un autre jour, comme celui de la paternité, mais aussi du joueur que je suis sur le terrain, le leadership, entre autres choses. Je pense que cela fonctionne bien au niveau de mon personnage, et j’ai eu la possibilité d’ajouter des choses que je fais dans ma vie de tous les jours», explique la star dans un communiqué.

une plongée dans L’univers Warner

L’un des aspects les plus impressionnants de «Space Jam : Nouvelle Ère» est la plongée vertigineuse offerte dans l’univers de la Warner. Grâce au monde dans lequel évolue Al-G Rhythm (incarné à merveille par Don Cheadle), les spectateurs découvrent le «Server-verse», un monde parallèle où cohabitent toutes les franchises de la Warner, de Matrix à Game Of Thrones en passant par les personnages de Hanna-Barbera, DC Comics, Orange Mécanique, Les Gremlins, Mad Max, et tous les autres. De nombreux visages connus qui peuplent les gradins du match complètement déjanté opposant la Tune Squad à la Goon Squad.

Ce second volet de Space Jam avec LeBron James déborde d’énergie et d’humour, utilisant la puissance technologique actuelle pour proposer un divertissement de grande qualité. Et avec assez de références culturelles pour satisfaire la curiosité des spectateurs de tous âges. Qu’on soit fan ou non de basketball, on ne s’ennuie pas une seconde dans ce film. Ce qui en fait un des rendez-vous incontournables de l’été, à découvrir dans les salles obscures.





Source link

Autres articles à lire

Municipales à Marseille : pourquoi Martine Vassal se retire-t-elle ?

adrien

Equipe de France : Les Bleus qualifiés pour la Coupe du monde au Qatar si…

adrien

CANNESERIES saison 04 : Tout savoir sur l’édition 2021 du festival qui démarre ce 8 octobre

adrien

L’édito de Paul Sugy : «Antifascisme en carton-pâte»

adrien

Paris : qu’est-ce que la «zone apaisée» imaginée par la municipalité dans l’hyper-centre ?

adrien

Canicule : 53 départements placés en vigilance orange, 9 départements en vigilance rouge

adrien