heureux-qui.com
Image default
Fil Info

Saint Seiya : Un nouvel album rend hommage aux sublimes orchestrations de l’œuvre


Considérées par les fans d’animation japonaise comme les plus belles partitions offertes à une œuvre, les musiques de Saint Seiya (alias Les Chevaliers du Zodiaque) ont été imaginées par Seiji Yokoyama. Un projet, mené par des Français, entend lui rendre hommage en adaptant ses plus belles bandes originales.

Lancé dans le cadre d’un financement participatif sur Kickstarter (qui a déjà récolté plus de 15.000 euros sur les 13.000 espérés), le projet World of Seiji Yokoyama : Serenade a mis a contribution l’orchestre symphonique de Budapest, sous la baguette du maestro François Rousselot. Son but ? Offrir un sublime album dominé par l’influence rock symphonique du compositeur japonais, décédé en 2017 à l’âge de 82 ans.

Des chœurs alliés à des mélodies puissantes, une harpe qui dégage une douce mélodie enivrante, quelques accords désespérés qui s’échappent d’une guitare mélancolique… Rarement la bande-originale d’une série animée a porté aussi bien la dramaturgie d’une histoire et marqué autant les téléspectateurs que celle offerte sur Saint Seiya.

Des musiques intemporelles

«Pour que ses musiques restent intemporelles, Seiji Yokoyama composait d’abord les mélodies avant de les réorchestrer. Il avait un sens du thème qui fait que ses auditeurs retenaient ses compositions. A l’époque, il a pu notamment bénéficier de très gros orchestres alors qu’ailleurs on était plus proche de petits groupes», explique pour CNEWS Gérald Ory, producteur de cet album, directeur d’Inory Music et grand admirateur de la série Saint Seiya qu’il a découvert dès 1988.

Comme de nombreux Français biberonnés au Club Dorothée, Gérald Ory a voué une grande admiration pour la culture japonaise avant de pouvoir vivre de sa passion et de partir pour le pays du soleil-levant.

«J’ai rencontré Seiji Yokoyama en 2003. A l’époque j’avais trouvé des contacts au début d’Internet. Je travaillais sur des livres d’éditions et je voulais le rencontrer. J’ai alors décroché une interview pour le magazine Animeland. Lors de notre rencontre, nous avons sympathisé et j’ai été amené à collaborer avec lui à de nombreuses reprises. J’avais prévu de revoir Seiji en septembre 2017, mais il est décédé avant. Je n’ai pas pu lui dire au revoir. J’ai voulu lui rendre hommage. Il m’a tellement apporté. Faire un concert hommage et un album c’est ce qu’il y a de mieux. Nous sommes d’abord partis sur des singles dans un premier temps, déjà tous disponibles sur les plates-formes de streaming (Apple Music, Spotify…), tandis que des vidéos ont déjà été publiées sur YouTube. Nous aurions aimé sortir ce projet plus tôt mais la crise sanitaire est passée par là», souligne Gérald Ory.

Une collaboration inédite

S’en suivra alors une collaboration inédite pour le compositeur japonais francophile (amateur de croissants) qui composera l’album Ragen Blue dès 2008, avant de participer à l’élaboration des concerts Saint Seiya : Pegasus Symphony qui se sont tenus à Paris entre 2014 et 2016.

seiji_yokohama_6123c2cfb2039.jpg

Mais parler de Seiji Yokoyama pour ses seules inspirations liées à Saint Seiya serait réducteur. L’homme compte de nombreuses cordes à sa harpe et l’animation japonaise ne représente que 10 % de ses compositions. Outre la bande originale d’Albator 78, cet infatigable compositeur fut diplômé dès 1957 du Kunitachi College of Music de Tokyo où fut formé une autre grande vedette, Joe Hisaishi (compositeur de la plupart des films du studio Ghibli notamment). Seiji Yokoyama s’illustra ainsi aux BO de plus d’une centaine de films, séries, téléfilms mais aussi de dramas radio. Un travail que cet album hommage n’entend pas oublier, puisque les fans y retrouveront plus de 15 compositions tirées de ce riche univers musical.

saint_seiya_6123d139ee4a9.jpg

Et pour ravir les fans de Saint Seiya et de Seiji Yokoyama, ce projet d’album à la fois CD et vinyle sera accompagné d’une foultitude de collaborations. Les contributeurs auront ainsi droit à des dessins dédicacés de plusieurs stars, comme la chanteuse Yumi Matsuzawa (Saint Seiya chapître Hadès), qui dédicacera des albums, ou encore des dessins de Michi Himeno, dessinatrice de talent qui œuvra avec Shingo Araki (1938-2011) au design des personnages de la série animée. Autant de trésors qui devraient régaler les yeux et les oreilles des amateurs du manga créé par Masami Kurumada, et dont l’adaptation en série animée fêtera ses 35 ans le 11 octobre prochain.

World of Seiji Yokoyama, Inory Music, campagne kickstarter en cours disponible ICI, pour une sortie en novembre 2021.



Source link

Autres articles à lire

«3615 Monique» : la série culottée sur les débuts du Minitel rose

adrien

Aubervilliers : Trois ans après le vol du fourgon, le butin dans la nature

adrien

Baseball : les Indians de Cleveland vont changer leur nom, jugé raciste

adrien

Covid-19 : Didier Raoult accusé de «faux témoignage» par l’AP-HP

adrien

Affaire Adama Traoré : des incidents éclatent à la fin du vaste rassemblement

adrien

Meurtre et enlèvement dans la Marne : le suspect déjà condamné à 27 reprises

adrien