heureux-qui.com
Image default
Fil Info

Roselyne Bachelot : son coup de gueule contre la gestion du coronavirus


Entendue mercredi par la commission d’enquête de l’Assemblée nationale, l’ancienne ministre de la Santé Roselyne Bachelot a notamment pointé du doigt les médecins concernant la gestion du coronavirus.

Convoquée en compagnie de Marisol Touraine, Roselyne Bachelot s’est refusée à «donner des leçons» à ses successeurs tout en soulignant ses divergences d’appréciation. 

Ministre de la Santé entre 2007 et 2010, celle qui a eu à gérer le risque de pandémie de grippe A(H1N1) en 2009, a déclaré que ce n’était pas «au moment où la pandémie se déclare qu’il faut constituer des stocks».

Elle a notamment regretté une certaine «infantilisation» actuelle, où l’on attend tout «du seigneur du château». «Enfin, des médecins qui n’avaient pas de masques dans leur cabinet, qui n’ont pas de blouse ? (…) On attend que le préfet ou le directeur de l’ARS (l’Agence régionale de santé, NDLR) viennent avec une petite charrette pour porter des masques ?», s’est-elle moquée.

L’épidémie de Covid-19 a signé le retour en grâce de l’ancienne ministre, vue comme l’incarnation d’un principe de précaution oublié par ses successeurs, alors qu’à l’époque elle avait été très critiquée pour avoir commandé trop de vaccins (94 millions de doses, dont seulement six millions avaient été utilisées) face à une pandémie finalement moins grave que redouté.

«Les procès dont j’ai fait l’objet, les moqueries, les mises en cause (ont été) d’une telle violence et d’une telle injustice que je peux comprendre les craintes suscitées chez certains de mes successeurs. On s’est dit qu’il y avait plus de risques à en faire trop qu’à en faire pas assez», a-t-elle analysé.

La commission d'enquête de l'Assemblée nationale sur la gestion de la crise du nouveau coronavirus interroge mercredi deux autres ex-ministres de la Santé sur la gestion des stocks de masques en France, Marisol Touraine et Roselyne Bachelot [DAVID GANNON / AFP/Archives]

«C’est considérer que l’opinion publique doit faire la politique sanitaire du pays, ce qui n’est pas ma vision», a ajouté Roselyne Bachelot, appelant de ses vœux «la création d’une société résiliente, où chaque citoyen s’empare de sa protection».

Retrouvé l’actualité sur le coronavirus ICI





Source link

Autres articles à lire

Pegasus : Emmanuel Macron n’a pas été ciblé par le logiciel espion, affirme la NSO

adrien

Coronavirus : l’Île-de-France est la région la plus affectée par la crise économique, selon l’INSEE

adrien

Fêtes de fin d’année : les accidents domestiques les plus fréquents

adrien

Fort Boyard : Hugo Clément veut une émission sans animaux

adrien

Coronavirus : malgré 26 cas positifs, cette école de l’Oise reste ouverte

adrien

DIRECT – Coronavirus : la Belgique franchit le cap des 100.000 cas

adrien