heureux-qui.com
Fil Info

Réouverture des salles : une sélection de concerts classiques à Paris

Notez cet article


Ca y est, le grand rendez-vous du retour de la vie culturelle, mercredi 19 mai, a bien eu lieu. Il est temps désormais de scruter avec attention les différents agendas de reprise. Le répertoire classique n’échappe pas à la règle, offrant une grande diversité d’oeuvres, d’ensembles, et de formats à écouter et voir sur Paris. CNEWS vous propose une petite sélection des incontournables à ne surtout pas rater pour célébrer le «grand répertoire», dès cette semaine.

Et même si le couvre-feu reste fixé à 21h jusqu’au 9 juin (il passera alors à 23h), obligeant généralement les programmateurs à avancer les horaires des spectacles, ils n’ont pas attendu la rentrée de septembre pour proposer d’emblée ce que la «grande musique» fait de mieux. 

Brahms à l’honneur de la Musikfest parisienne (25, 27, 29 mai), à la Salle Cortot

dm_img_paysage_avant_crop_capture_decran_2021-05-24_a_19.05.13_60abde300f4d0.png© DR

Pour reprendre rapidement contact avec le charme de la musique vivante, quoi de mieux qu’un mini-festival de musique de chambre, dans une salle emblématique de Paris – la salle Cortot – réunissant la fine fleur de la jeune génération d’instrumentistes, et le tout gratuitement ?

Avec Musikfest, la violoniste Liya Petrova à l’origine de ce projet – une première édition digitale et sans public avait eu lieu en mai 2020 – a voulu faire perdurer ce tout nouveau rendez-vous sur trois dates, qui avait alors rencontré une belle audience. Une véritable bouffée d’oxygène pour les artistes, désireux de pouvoir enfin retrouver l’émotion et l’expérience du contact avec un vrai parterre d’auditeurs. 

Cette édition 2021 sera consacrée à l’un des maitres de la musique de chambre, considéré comme le digne héritier de Beethoven, à savoir Johannes Brahms (1833-1897).  

«J’ai souhaité créer un projet musical et fraternel, un festival au sens étymologique du terme, durant lequel mes amis musiciens et moi-même fêterons ensemble et chaque année un grand compositeur, dans des formes variées de musique de chambre», explique ainsi la violoniste bulgare Liya Petrova, qui met en relation, à travers cette programmation, les oeuvres de jeunesse de celles de la maturité, à l’amplitude inégalée. 

Trois soirées sont proposées, toujours à 18h30, les 25, 27 et 29 mai, mêlant violon et piano, mais aussi clarinette pour le concert du 29.

La Musikfest parisienne, 25,27 et 29 mai, 18h30, Salle Cortot (Paris 17e), entrée gratuite sur inscription sur les pages Facebook et Instagram de l’événément.

Le magnificat de bach sublimé par les arts florissants (31 mai, 1er juin ), à la philharmonie de paris

dm_img_paysage_avant_crop_000_par2831821_60abddfa3ab8a.jpg© BORIS HORVAT / FILES / AFP

Des places sont encore disponibles pour ce concert de reprise de l’activité en public à la Philharmonie, et rien que pour ça, il faut sauter sur l’occasion.

Temple de l’exigence et de la qualité, la grande salle parisienne accueille en habitué le chef William Christie et son ensemble Les Arts Florissants, pour deux dates consacrées au Magnificat de J.S. Bach (1685-1750). Une des oeuvres phares pour le compositeur allemand, écrite vers 1730, et qui relate la visitation de la Vierge Marie. 

Grand arpenteur du répertoire baroque, William Christie et son ensemble n’ont pourtant que très récemment enregistré, en 2018, un disque des oeuvres du Cantor de Leipzig. Leur maitrise de l’art vocal devrait ici faire merveille puisque la pièce prévoit en effet cinq solistes en plus du choeur. De quoi faire vibrer les cordes vocales jusqu’au plafond de l’immense salle Pierre Boulez, et oublier enfin nos basses contraintes terrestres le temps du concert.  

Magnificat de J.S.Bach, Les Arts Florissants, dir. William Christie, 31 mai et 1er juin, 19h, Philharmonie de Paris (19e).

le piano de l’europe au brésil par le fantasque simon ghraichy (25 mai), au théâtre des champs-élysées

dm_img_paysage_avant_crop_capture_decran_2021-05-24_a_19.08.24_60abdda16b869.png© DR

Après la musique de chambre et le répertoire sacré, place au récital soliste, avec l’une des figures les plus originales du clavier, le franco-libano-mexicain et forcément cosmopolite Simon Ghraichy. Voulu comme un «tourbillon des sens», le programme concocté par le trentenaire vaut le détour et promet de belles envolées et du lyrisme non-stop.

La pyrotechnie pianistique devrait atteindre des sommets dès l’entame, avec la transcription pour piano du prélude et fugue de Bach par Liszt, dont l’interprète est un vrai spécialiste.

D’autres oeuvres de Liszt suivront, entre audace et endurance, entrecoupées de partitions signées Villa-Lobos, pour un rayon de soleil musical qu’on peine à trouver dans le ciel. 

Si la musique était source de vitamine D, alors Simon Ghraichy serait prescrit par tous les médecins.

Récital Simon Ghratchy, piano, oeuvres et transpositions de Liszt et Villa-Lobos,  25 mai, 19h, Théâtre des Champs-Elysées. 





Source link

Autres articles à lire

L’Allemagne interdit la vente de plastiques à usage unique

adrien

la vaccination va nettement ralentir cet été en Île-de-France

adrien

The Voice : tout savoir sur la saison 10 avec Vianney

adrien

L’île de Saint-Vincent recouverte sous les cendres volcaniques

adrien

Après le Brexit, l’Ile-de-France attire plusieurs milliers de nouveaux emplois

adrien

L’ouragan Isaias menace la Floride, déjà meurtrie par le coronavirus

adrien