heureux-qui.com
Image default
Fil Info

Régionales 2021 : Quels sont les candidats déclarés ou pressentis en Grand-Est ?


Qui seront les futurs conseillers régionaux du Grand-Est ? Plusieurs personnalités se sont déjà déclarées candidates aux élections, prévues les 20 et 27 juin 2021.

Rassemblement national : Laurent Jacobelli 

Il est l’un des premiers à avoir officialisé sa candidature. Laurent Jacobelli, porte-parole du Rassemblement National (RN), est tête de liste de son parti dans la région Grand-Est. Il est pour l’instant le favori des sondages. 

Tout en critiquant la gestion de la pandémie par l’actuel président de région Jean Rottner (LR),  Laurent Jacobelli défend les idées chères à l’extrême-droite. Il s’exprime sur l’immigration, l’insécurité, le localisme… Autant de thèmes qu’il avait déjà abordé en 2015, lors de sa première candidature aux régionales du Grand-Est. Le quinquagénaire conduisait alors la liste de Debout la France, parti de Nicolas Dupont-Aignan, et avait remporté 4,8% des voix au premier tour. 

Les Patriotes : Florian Philippot 

Florian Philippot, actuellement conseiller régional du Grand-Est, souhaite conserver son siège. Peut-être même accéder à la présidence. Cette ancienne tête pensante de l’extrême-droite est tête de liste de son propre parti, Les Patriotes. 

Florian Philippot, 39 ans, se réclame du souverainisme et du gaullisme. Il s’est positionné en faveur du «Frexit» et contre le port du masque. Lors des élections régionales de 2015, il avait conduit la liste du Front National, et avait raflé 46 sièges et 36% des voix au second tour. 

Unser land : Martin Meyer 

Le mouvement autonomiste Unser Land a annoncé sa participation aux élections régionales du Grand-Est. Il sera emmené par Martin Meyer, le secrétaire général du parti. Unser Land critique la formation de la région Grand-Est et prône l’autonomie de l’Alsace. 

Les Républicains : Jean Rottner 

Chez les Républicains, le candidat est tout trouvé : il s’agit de Jean Rottner, l’actuel président du conseil régional du Grand-Est. Il est considéré comme le principal concurrent de Laurent Jacobelli (RN) dans le sondage. Dès l’annonce de sa candidature, le 3 mai, 1.000 maires du Grand-Est (sur 5.121 communes au 1er janvier 2019) ont signé une tribune en sa faveur. 

Jean Rottner est médecin urgentiste de formation. Alsacien de 54 ans, il s’est fait connaître comme maire de Mulhouse. Il a été élu président de région en 2017 suite à la démission de son prédécesseur, Philippe Richert (LR), qui s’est retiré de la vie politique. 

majorité présidentielle : Brigitte klinkert 

Si la secrétaire d’Etat Bérangère Abba était un temps pressentie, c’est finalement Brigitte Klinkert, ministre déléguée de l’Insertion, qui représentera la majorité présidentielle aux régionales du Grand-Est. Elle mène une liste «sans étiquette» et dispute à Jean Rottner l’électorat de centre-droit. 

Brigitte Klinkert, 64 ans, est l’ancienne présidente du conseil départemental du Haut-Rhin. Elle se décrit comme la candidate de la proximité, contre une région qui n’a «pas tout fait pour compenser et corriger les défauts» de la réforme des grandes régions de 2015, explique-t-elle à L’Alsace

europe ecologie les verts, PARTI SOCIALISTE ET PARTI COMMUNISTE : Eliane Romani 

Soutenue très tôt par Europe Ecologie les Verts, la Mosellane Eliane Romani est tête de liste de «Il est temps». Sa candidature est également appuyée par le Parti socialiste et par le Parti communiste. 

Pour autant, l’ancienne adjointe au maire de Thionville (Moselle) n’est pas parvenue à fédérer tout le monde. Les discussions avec Aurélie Filippetti, autre candidate de la gauche, n’ont pas abouti. Les deux femmes mèneront donc leurs listes séparément. 

De son côté, Eliane Romani entend défendre la biodiversité, renforcer la transition énergétique et lutter contre les discriminations. 

Une partie de La France Insoumise et du Parti socialiste : Aurélie Filippetti 

Suite à l’échec de ses discussions avec Eliane Romani, Aurélie Filippetti mènera bien une liste aux élections régionales du Grand-Est. L’ancienne ministre de la Culture a lancé «l’Appel Inédit» en décembre dernier avec la députée France Insoumise Caroline Fiat et la conseillère régionale du Parti socialiste Pernelle Richardot. 

Aurélie Filippetti, 47 ans, milite pour la transition énergétique en Grand-Est, la relocalisation de l’industrie et la gratuité des transports pour les jeunes. 

Lutte ouvrière : Louise Fève 

La cheminote Louise Fève est tête de liste de Lutte ouvrière. Elle s’était déjà faite porte-voix du parti d’extrême-gauche en 2020, lors des élections municipales de Strasbourg. 



Source link

Autres articles à lire

Ces 15 plantes qui poussent à l’ombre

adrien

Ces 5 erreurs à ne pas faire pour réussir son barbecue

adrien

Ligue 1 : Quelle équipe du PSG contre Lens et l’OM ?

adrien

Ligue 1 : l’OM défend Alvaro Gonzalez et dénonce des «menaces de mort»

adrien

Coronavirus: des restrictions pour éviter une deuxième vague au retour des vacances

adrien

Île-de-France : 34 nouveaux lieux de dépistage déployés

adrien