heureux-qui.com
Fil Info

Réalité virtuelle : l’apprentissage immersif en plein essor

Notez cet article


Préparer une solution chimique et sans danger, visiter des pyramides, comprendre comment achalander un magasin ou encore faire une visite de chantier… Les formations professionnelles et les cours en réalité virtuelle se développent.

Si l’usage de cette technologie n’est pas nouveau dans le cadre de l’apprentissage d’un métier – ce support était déjà employé dès les années 1980 -, ces cinq dernières années ont permis de faire un bond de géant dans le domaine. La multiplication des casques plus abordables et même la qualité des écrans de smartphones a ainsi boosté cette méthode.

On sait notamment Google, Microsoft, Facebook et HTC investis dans ce domaine, pour ne citer que les plus connus, tandis que plusieurs sociétés développent leurs propres plates-formes d’apprentissage immersif, surfant sur la tendance des fameux Mooc (des cours en ligne). Et dans un monde confiné, l’année 2020 a vu les projets se multiplier, tandis que les entreprises découvrent un nouveau moyen de former leurs employés à moindre coût et que le monde de l’éducation multiplie les cours à distance.

Station F à Paris héberge notamment la start-up Uptale qui démocratise ce type d’expériences. «La formation en réalité virtuelle permet de transmettre un savoir-faire visuel grâce à la captation à 360 °. L’idée est donc de simuler la réalité et de mettre les personnes face à de vrais cas de figure. Il s’agit d’un format plus stimulant. On pourrait penser les gens réticents, mais c’est très rare. En outre, le sentiment de mal de mer que certains craignent s’estompe souvent rapidement pour les personnes sensibles, notamment grâce à l’amélioration de la qualité visuelle des casques», explique Aurélie Truchet, cofondatrice d’Uptale, qui fournit des solutions pour des entreprises comme Danone, PSA, Alstom, Fnac-Darty ou encore Schneider Electric.

psa-3-taille640_5fbfe2c53d51e.jpg

© Uptale

Si des casques peuvent être prêtés par les formateurs, il suffit parfois d’un simple smartphone pour s’immerger dans la formation. L’idée est ici de téléporter les apprenants sur un site fidèle à la réalité, évitant par la même des transports, des frais d’hôtels, voire un voyage chronophage pour toute une équipe de salariés. Un point que l’épidémie de Covid-19 a mis en exergue cette année.

Des ouvriers peuvent ainsi se mettre en situation et apprendre les différentes étapes de contrôle de la qualité d’une pièce en se retrouvant devant un banc de montage, par exemple. Tandis que de futurs commerciaux peuvent apprendre à négocier ou à prendre la parole en public face à des cas de figures filmés à 360° avec des figurants. La plate-forme propose plusieurs fonctionnalités innovantes comme la manipulation d’objets en 3D, l’analyse et la reconnaissance vocale ou encore la possibilité de détecter où le regard se pose grâce à des cartes de chaleurs (des zones sur lesquelles les utilisateurs vont porter beaucoup d’intérêt).

Des visites virtuelles sur les bancs de l’école

Du côté scolaire et des études, la VR aussi commence à faire son nid. Certains bâtiments historiques peuvent ainsi se visiter tranquillement assis sur les bancs de l’école. Et à l’heure où les sorties scolaires sont suspendues en raison de la pandémie, les professeurs s’emparent de la réalité virtuelle pour faire voyager les élèves. De nombreux monuments se laissent ainsi approchés comme le château de Versailles, le château de Blois ou encore Notre-Dame de Paris.

Certains professeurs vont même jusqu’à reproduire avec leurs élèves des monuments en 3D sur le jeu Minecraft. Comme à Poitiers, où François Lecellier, maître de conférence à l’Université de Poitiers, s’est allié à ses étudiants pour reproduire certains bâtiments du XVIe siècle aujourd’hui disparus dans cette cité.

Si pour ce dernier projet, il ne s’agit pas d’une expérience VR à proprement parler, celui-ci témoigne de la démocratisation de tels outils compatibles avec des casques de réalité virtuelle. Outre des visites de lieux historiques, les cours s’adaptent aussi à la tendance. Uptale a ainsi mis en avant des cours de chimie où les élèves peuvent participer à l’élaboration de solutions tout en répondant à des questions.

L’avenir devrait logiquement «se traduire par un boom des formations de ce type», avance Aurélie Truchet, qui estime «que les usages vont se multiplier, tandis que de nouvelles technologies s’intégreront à l’apprentissage immersif, notamment avec le biofeedback», afin de mesurer comment le corps réagit à certaines situations.

Retrouvez toute l’actualité Numérique ICI



Source link

Autres articles à lire

Hausse du budget et des effectifs, prime pour les «nuiteux»… Les annonces de Gérald Darmanin pour la police

adrien

Escape game : On a testé la terrifiante salle Dracula, à Paris

adrien

10 séries animées pour adultes à voir sur MyCanal

adrien

NBA, JO, NFL… La longue histoire de la contestation dans le sport

adrien

Que retenir du XBox games Showcase ?

adrien

Un navire s’échoue près de l’île Maurice, du fuel s’échappe dans la mer

adrien