heureux-qui.com
Image default
Fil Info

Qui sont les deux soldats français tués en mission au Mali ?


L’Armée à nouveau endeuillée. Après la mort, le 28 décembre dernier, de trois soldats français au Mali, deux autres militaires français ont à leur tour perdu la vie, ce samedi 2 janvier, dans ce même pays d’Afrique de l’Ouest.

Le sergent Yvonne Huynh et le brigadier Loïc Risser intervenaient également dans le cadre d’une opération antiterroriste menée par la force Barkhane au Mali. Leur mort a été annoncée samedi soir par l’Elysée.

L’Armée de Terre, à laquelle les deux soldats étaient rattachés, a publié un communiqué dressant le portrait de ces deux soldats appartenant au deuxième régiment de hussards d’Haguenau (Bas-Rhin). Elle a adressé «ses plus sincères condoléances à leurs familles, proches et camarades.»

Yvonne Huynh, 33 ans

Le sergent Yvonne Huynh avait 33 ans et était maman d’un petit garçon.

Née le 18 avril 1987 à Trappes, dans les Yvelines, ce sergent de l’Armée avait rejoint le 2e régiment de hussards stationné à Haguenau le 1er août 2017.

Après avoir servi sept mois en tant que réserviste au sein du 5e régiment du génie, elle s’était engagée le 7 novembre 2006 au sein du 3e régiment d’artillerie de marine.

Sa première mission officielle en Afrique s’est faite au Tchad en 2007. Mobilisée alors dans le cadre de l’opération Epervier, elle en sera récompensée par «un témoignage de satisfaction», indique l’Armée.

Puis, après un séjour de 2014 à 2017 à la Réunion, en tant que chef de groupe au sein du régiment du service militaire adapté, elle avait été affectée, à sa demande, au 2e régiment de hussards pour servir en tant qu’équipier appui recueil au sein d’une équipe de recueil de l’information.

Pour remplir cette tâche, Yvonne Huynh après avait passé avec succès tous les tests de sélection.

Décrite par ses pairs comme «déterminée et particulièrement travailleuse», elle avait été promue sergent le 1er août 2018, «pour ses excellentes dispositions et ses qualités militaires».

Déployée en 2019 au Mali dans sa spécialité, elle avait «accompli une très belle mission», insiste l’institution militaire.

Yvonne Huynh était partie au Mali le 24 septembre 2020 dans le cadre de l’opération Barkhane.

Elle est morte le 2 janvier 2021 dans la région de Ménaka lorsque le véhicule blindé léger, dont elle était chef de bord, est touché par l’explosion d’un engin explosif improvisé.

Décorée de la médaille de la Défense nationale échelon «or» en 2018, de la médaille de la protection militaire du territoire, de la médaille Outre-Mer avec agrafes Tchad et Sahel en 2019, le sergent Yvonne Huynh était pacsée.

«Elle est morte pour la France, dans l’accomplissement de sa mission», conclu l’Armée pour lui rendre hommage.

Loïc Risser, 24 ans

Né le 24 novembre 1996 à Saint-Louis, dans le département du Haut-Rhin, le brigadier Loïc Risser avait 24 ans.

Comme le sergent Yvonne Huynh, le jeune homme servait au 2e régiment de hussards de Haguenau, qu’il avait intégré le 5 avril 2016.

Dans son communiqué, l’Armée de Terre souligne que Loïc Risser était un militaire «particulièrement motivé par le métier des armes et la recherche humaine».

«Il avait démontré d’emblée un grand investissement dans l’accomplissement des missions qui lui sont confiées et un esprit particulièrement curieux», souligne l’institution qui ajoute que le jeune homme était un «excellent camarade et toujours volontaire».

Dans le cadre de son parcours, le soldat avait été engagé sur le territoire national dans le cadre de l’opération Sentinelle en 2017, mission pour laquelle il avait été félicité.

Malgr son jeune âge, il avait pu rapidement capitaliser sur une riche expérience opérationnelle, lui permettant d’être déployé à trois reprises au Mali dans le cadre de l’opération Barkhane, successivement en 2018, en 2019 et depuis l’automne 2020 en tant qu’observateur en patrouille.

Sa dernière mission au Mali prend effet le 11 novembre 2020. En mission avec Yvonne Huynh, Loïc Risser meurt lui aussi le 2 janvier 2021 dans la région de Ménaka lorsque son véhicule blindé léger est touché par l’explosion d’un engin explosif improvisé.

Décoré de la médaille de la Défense nationale échelon «bronze» en 2018, de la médaille Outre-Mer avec agrafe Sahel en 2018, de la médaille de la protection militaire du territoire en 2019, le brigadier Loïc Risser était célibataire et sans enfant.

Le jeune militaire est lui aussi «mort pour la France, dans l’accomplissement de sa mission.»

Retrouvez toute l’actualité sur le Mali ICI





Source link

Autres articles à lire

Covid-19 : Angela Merkel fait marche arrière sur les restrictions et demande pardon aux Allemands

adrien

Grand âge : Jean Castex annonce une enveloppe de plus de 400 millions d’euros pour 2022

adrien

Atterrissage de Perseverance sur Mars : Quand est-il prévu et comment le suivre ?

adrien

Hover-Store : Avis sur une boutique française qui améliore l’achat d’équipements de mobilité urbaine

adrien

Financement libyen: la cour d’appel examine les recours du clan Sarkozy

adrien

Noël 2020 : les meilleurs romans feel-good à offrir

adrien