heureux-qui.com
Image default
Fil Info

Qui est Lisa Montgomery, la première femme condamnée à mort par les Etats-Unis depuis 1953 ?


Une exécution historique. Ce 12 janvier, Lisa Montgomery, âgée de 52 ans, sera la première femme à connaître la peine capitale au niveau fédéral des Etats-Unis depuis près de 70 ans.

Un crime qui avait choqué

Les faits se sont déroulés en 2004. Lisa Montgomery se rend dans le Missouri pour rencontrer Bobby Jo Stinnett, une éleveuse de chien enceinte de 8 mois, sous couvert de lui acheter un animal. Mais sur place, elle attaque la jeune femme de 23 ans, et finit par la tuer en l’étranglant. Dès lors, elle ouvre le ventre de sa victime avec un couteau de cuisine pour en ressortir le bébé. Elle a ensuite tenté de faire comme si l’enfant était le sien d’après les enquêteurs. 

Les policiers visent rapidement Lisa Montgomery comme une potentielle suspecte en raison de mails échangés avec Bobby Jo Stinnett retrouvés sur l’ordinateur de la victime. Lorsque les forces de l’ordre sont arrivés chez elle, dans le Kansas, elle portait le nouveau-né dans ses bras. Un test ADN prouvera que le bébé était celui de Bobby Jo Stinnett.

Une condamnation rarissime

Aujourd’hui, Lisa Montgomery assure par des intermédiaires qu’elle souhaitait plaider coupable et passer le reste de sa vie en prison. Mais sa défense a préféré jouer la carte de sa santé mentale, et a donc estimé qu’elle n’était pas responsable de ses actes en plaidant non coupable. Le tribunal n’a pas été convaincu par les arguments, et elle a été condamnée à mort en 2008. 

La dernière femme à avoir reçu une telle peine au niveau fédéral aux Etats-Unis était Bonnie Brown Heady en 1953. Elle avait été condamnée pour le meurtre de Bobby Greenlease, un enfant de 6 ans, fils d’un millionnaire. Cet écart de date s’explique notamment par la fin de la peine de mort fédérale en 1972, relancée en 1988. Jusqu’en 2001, date à laquelle un moratoire est mis en place, trois peines de morts sont prononcées, mais aucune ne sera effectivement appliquée. Il faudra attendre 2020 pour voir une nouvelle peine capitale au niveau fédérale, après la fin du moratoire prononcé par l’administration Trump. Depuis, 10 personnes ont été exécutées. 

Une santé mentale qui interroge 

Depuis plusieurs mois, des avocats, des activistes ou encore des proches de Lisa Montgomery font pression pour tenter d’éviter la peine de mort à celle-ci, et obtenir une peine de perpétuité à la place. Le principal argument est la santé mentale de la meurtrière, causée par des viols et des violences répétés pendant sa jeunesse. 

Robert Badinter défendait sa loi contre la peine de mort en 1981, quand les Français étaient majoritairement contre

Ainsi, alors qu’elle n’était encore qu’une enfant, elle a été violée par son beau-père et les amis de celui-ci à partir de ses 13 ans. D’après le New York Times, la mère de Lisa Montgomery forçait l’adolescente à se prostituer pour payer des factures. Des dizaines de témoignages de la famille ou de proche appuient ces allégations. D’après son avocate Kelley Henry, elle souffre aujourd’hui de troubles bipolaires, stress post-traumatic, traumatisme cérébral ou encore de troubles dissociatifs. Autant de maladies qui expliquent la demande de clémence pour Lisa Montgomery.  

Retrouvez toute l’actualité des Etats-Unis ICI



Source link

Autres articles à lire

Transferts : City, Manchester United, PSG… Quelle destination pour Lionel Messi ?

adrien

Voici une méthode japonaise qui permet de brûler les graisses en 5 minutes

adrien

pourquoi n’y a-t-il plus de nouveaux variants ?

adrien

Emploi : la discrimination à l’embauche a explosé en 20 ans, selon une étude

adrien

Dragons de Komodo, requins.. la liste des espèces menacées dévoilée

adrien

No Straight Roads : le jeu musical qui veut ambiancer la rentrée

adrien