heureux-qui.com
Image default
Fil Info

Projet terroriste à Béziers : que sait-on de l’enquête ?


La menace terroriste plane toujours. Cinq femmes ont été interpellées dans la nuit de samedi à dimanche à Béziers (Hérault) dans le cadre d’une enquête antiterroriste. Leur garde à vue a été prolongée cette nuit, a indiqué une source proche du dossier à CNEWS.

Une femme de 18 ans «Déterminée»

L’enquête préliminaire, ouverte pour «association de malfaiteurs terroristes» et pour «détention et fabrication d’explosifs en relation avec une entreprise terroriste» visait particulièrement une jeune femme de 18 ans. C’est sur elle que les soupçons d’action violente pointent. Les quatre autres personnes sont sa mère et ses trois sœurs.

Lors de l’interpellation, l’état d’esprit de la jeune femme visée a montré sa «détermination» à passer à l’acte, a indiqué une source proche de l’enquête, sans en détailler davantage les circonstances.

Elle avait été repérée via des menaces faites sur internet. Les services de renseignement ne la connaissaient pas mais ont noté qu’elle souhaitait viser des églises pour les fêtes de Pâques, en citant plusieurs villes, comme Montpellier. Devant l’imminence du projet d’attaque, l’opération a été rapidement mise sur pied par la DGSI, appuyée par le Raid.

Le maire de Béziers, Robert Ménard, a affirmé que la jeune femme «est quelqu’un qui n’hésitait pas à dire, d’après ce qu’on m’a dit, qu’elle regardait des vidéos de Daesh».

Des explosifs prêts à l’emploi

L’intervention, qui s’est déroulée dans le quartier sensible La Devèze, a permis de découvrir des engins explosifs fabriqués à la main (comme des bouteilles scotchées entre elles et des billes). Ils étaient prêts à l’emploi. Une arme blanche, un sabre a aussi été retrouvé. Par ailleurs, plusieurs produits chimiques étaient aussi sur place et avaient été utilisés.

toute une famille complice ?

La question quant à la façon dont ont été confectionnés les engins, et si des personnes en ont été témoin, voire y ont aidé, se pose. L’appartement a en effet été décrit comme «très encombré» et il est habité par quatre autres femmes, en plus de celles interpellées.

L’enquête doit donc se poursuivre, afin de rendre compte de la nature et de l’ampleur du projet terroriste. Si la famille n’était pas connue des services de renseignement, elle l’était en revanche des services sociaux et de la justice pour mineurs.

Les jeunes gens autoradicalisés inquiètent particulièrement les services de renseignement. Avant cette affaire, les trois précédents projets d’attentats déjoués concernaient ce genre de profil.



Source link

Autres articles à lire

Bientôt des prénoms pour les vagues de chaleur ?

adrien

Incendie de la cathédrale de Nantes : plus de 30.000 euros de dons récoltés en 48 heures

adrien

Bernard Bouveret, résistant ayant sauvé 200 juifs, est mort

adrien

PSG – Bayern : les premières réactions après la défaite du Paris Saint-Germain

adrien

Coronavirus : ce que l’on sait sur le passe sanitaire

adrien

US Open : après Benoît Paire, Kristina Mladenovic victime de la bulle sanitaire

adrien