heureux-qui.com
Fil Info

«Pretty Woman» : voici 5 anecdotes insolites sur le film culte

Notez cet article


Ce lundi, à 21h05, M6 diffusera le film culte «Pretty Woman» de Garry Marshall, sorti en 1990. L’occasion de revenir sur cinq histoires insolites autour de cette comédie romantique, avec Julia Roberts et Richard Gere, qui fête ses 30 ans cette année.

Julia Roberts, l’outsider du casting

Si elle a été révélée au monde entier grâce au rôle de Vivian Ward, cette prostituée au franc parler qui tombe sous le charme d’Edward Lewis (Richard Gere), Julia Roberts, qui faisait ses débuts à l’époque et a fêté ses 21 ans (la majorité aux Etats-Unis) sur le plateau, ne figurait pas parmi les actrices souhaitées au départ par la production. En effet, celle-ci cherchait une grande star et a notamment contacté Michelle Pfeiffer, Meg Ryan, Sarah Jessica Parker, Sandra Bullock, Valeria Golino, Daryl Hannah ou encore Brooke Shields. Toutes ont décliné la proposition, certaines craignant que ce personnage de prostituée ne les desserve pour la suite de leur carrière.

Un corps peut en cacher un autre

Julia Roberts arborait une jolie plastique. Pourtant, ce n’est pas le corps de l’actrice que l’on peut apercevoir dans certaines scènes intimes, mais celui de la comédienne et mannequin Shelley Michelle. L’Américaine était la doublure de nombreuses comédiennes à Hollywood. Ses jolies gambettes (et très longues, plus d’un mètre) étaient assurées pour près d’un million de dollars. L’affiche de «Pretty Woman» a, elle aussi, été retravaillée avec un photomontage qui ne garde que la tête de Julia Roberts et juxtapose le bas du corps de Shelly Michelle avec les célèbres cuissardes.

affiche_ok_5ef07f9a029dd.jpg

© DR

Un drame transformé en conte de fées

A l’origine, «Pretty Woman» devait avoir pour titre «3 000 $» qui faisait référence au tarif demandé par la call-girl à son client pour sa prestation. Et le film ne devait pas vraiment ressembler à un conte de fées puisque l’héroïne était toxicomane et abandonnée comme une «vieille chaussette» par le milliardaire avant le générique de fin. Mais c’était avant que les studios Disney ne rachètent les droits, et modifient quelque peu le scénario.

Le Beverly Wilshire Hotel reconstitué

De nombreuses scènes du film se déroulent au Beverly Wilshire Hotel, l’un des plus prestigieux établissements de Los Angeles qui a servi à de nombreux tournages de longs-métrages hollywoodiens.

Si la façade a été utilisée et apparaît à l’écran, l’intérieur a quant à lui été reconstitué en studio. Mais l’illusion est parfaite et on s’y croirait presque.

Aujourd’hui âgé de 58 ans, Samy Naceri, qui a été confiné à Los Angeles loin de son fils Julian, espère revenir sur le devant de la scène.

Un problème dentaire sur le tournage

Alors qu’il jouait la scène où son personnage, l’homme d’affaires Edward Lewis, se bat avec son avocat Philip Stuckey, Richard Gere a tout simplement perdu sa couronne dentaire. Mais en grand professionnel qu’il est, l’acteur n’a pas demandé à arrêter la scène et s’est fait soigner après le clap de fin.

Retrouvez toute l’actualité cinéma ICI





Source link

Autres articles à lire

Coronavirus : bientôt un test aussi simple qu’un éthylotest ?

adrien

La Barbade propose aux étrangers de venir télétravailler sur son île paradisiaque

adrien

Gignac, Zidane, Bielsa, Mbappé… tous les nommés des trophées Fifa The Best

adrien

Non, Kamala Harris n’est pas la première femme noire candidate à la vice-présidence des Etats-Unis

adrien

Dwayne Johnson dévoile le visage des comédiens de son biopic «Young Rock»

adrien

Voici pourquoi le lait de vache peut être mauvais pour la santé

adrien