heureux-qui.com
Fil Info

Policier tué à Avignon : ce que l’on sait

Notez cet article


L’annonce a été faite, ce mercredi 5 mai au soir, par le Premier ministre Jean Castex en personne. Un policier, qui intervenait quelques heures plus tôt près d’un point de deal à Avignon (Vaucluse) a été tué par balles par un tireur qui s’est enfui.

Ce jeudi, alors que le tireur reste introuvable, des opérations de recherche se poursuivent dans le but de le retrouver. Voici ce que l’on sait pour le moment de ce drame qui endeuille, une fois de plus, les forces de l’ordre et qui vient remettre le thème de la sécurité au coeur de l’actualité.

une opération anti-drogue qui a mal tourné

Les faits ont eu lieu mercredi vers 18h30, lors d’une opération anti-drogue qui a mal tourné.

Le policier décédé et son équipage avaient été envoyés «pour un attroupement sur la voie publique autour d’un point de deal», selon Gérald Darmanin, le ministre de l’Intérieur.

A leur arrivée sur les lieux, un «lieu très sensible en matière de stup’» selon le délégué syndical Unité SGP-Police Grand Sud Bruno Bartocetti, l’équipage a remarqué une transaction liée à la drogue et a contrôlé le groupe présent. C’est au cours de cette intervention qu’un des individus aurait fait feu «à plusieurs reprises» sur le fonctionnaire de police.

Les autres policiers présents ont riposté, sans pouvoir interpeller l’auteur des tirs qui a pris la fuite «en trottinette», selon une source policière. Malgré l’intervention de ses collègues et des sapeurs-pompiers, le policier visé est décédé sur place.

Des centaines de policiers mobilisés

Aussitôt après les faits, alors que le ministre de l’Intérieur se rendait sur les lieux, des centaines de policiers ont été déployés, lourdement armés, autour des lieux du crime.

Le drame s’est déroulé dans une petite rue située à l’intérieur des remparts de la Cité des Papes, dans le centre-ville d’Avignon.

Arrivé sur place en fin de soirée, au côté du directeur de la police nationale, Gérald Darmanin a salué un policier «mort en héros dans la lutte contre les stupéfiants».

Cette lutte, a ajouté le ministre de l’Intérieur, se joue «partout sur le territoire», s’apparentant «a une guerre».

Alors que les officiels quittaient les lieux, un enquêteur de la police scientifique faisait encore des prélèvements sur place dans le but de récupérer le maximum d’éléments susceptibles d’être utiles à l’enquête.

Le policier tué : un père de famille de 36 ans

Outre la dimension sécuritaire, le drame a particulièrement ému l’opinion  publique.

Le policier tué, prénommé Eric, était âgé de seulement 36 ans. L’homme, issu d’une famille de policiers, était pacsé et père de deux enfants. Il laisse deux fillettes âgées d’à peine 5 et 7 ans. 

Sur Twitter, le Premier ministre, Jean Castex, a qualifié ce drame «d’acte odieux» et assuré que «tout est mis en oeuvre pour qu’il ne reste pas impuni».

le tireur en attente d’être identifié

Jusqu’à présent, peu d’informations ont filtré quant au profil du tireur dans la mesure où il est en attente encore d’être identifié.

D’après une source policière à CNEWS, un homme qui est soupçonné d’avoir été présent hier près du lieu où le policier a été tué a été placé en garde à vue. Mais à ce stade on ne sait pas s’il s’agit du tireur ou s’il s’agit d’une simple interpellation dans le cadre de l’enquête.

Dans ce contexte, les enquêteurs devraient continuer d’étudier les images des caméras de vidéosurveillance du quartier et procéder à des enquêtes de voisinage. Le but : récolter d’éventuels témoignages.

Dans le même temps, les fonctionnaires devraient se rapprocher de leurs homologues des services de renseignement territorial pour savoir quelles sont les personnes qui fréquentent en temps normal ce point de deal. Enfin, les policiers devraient continuer à ratisser la scène de crime et au-delà à la recherche du moindre indice.

L’exécutif mis à nouveau sous pression sécuritaire

D’un point de vue politique, le drame d’Avignon vient – une fois encore – replacer l’enjeu sécuritaire au coeur de l’agenda politique.

Alors que l’exécutif a érigé la lutte contre les trafics en priorité, et que l’insécurité s’annonce comme un thème majeur de la campagne présidentielle, la majorité au pouvoir est une fois de plus mise sous pression d’une partie de l’opinion publique plus que jamais excédée par ce qu’elle considère être comme une impuissance, voire une passivité, des pouvoirs publics.

Policier tué à Avignon : «On savait qu'on était des cibles»

L’affaire d’Avignon s’inscrit d’ailleurs dans une séquence sécuritaire chargée, quelques jours seulement après l’assassinat par un Tunisien récemment régularisé de l’agente administrative Stéphanie M. à Rambouillet (Yvelines) et au moment où plusieurs quartiers de villes de France sont secoués par des troubles à l’ordre public.

Le week-end dernier dans le quartier de Stalingrad à Paris (19e) des toxicomanes au crack ont notamment été visés par des tirs de mortiers d’artifices qui pourraient être le fait d’habitants à bout, mais cette thèse n’est pour l’heure pas confirmée.





Source link

Autres articles à lire

Climat : le nombre d’ouragans va-t-il augmenter à l’avenir ?

adrien

Policier tué à Avignon : le meurtrier toujours en cavale

adrien

Les rassemblements extérieurs sont-ils propices aux contaminations ?

adrien

Covid-19 : le Royaume-Uni lève ses restrictions ce lundi

adrien

Mike Tyson, Tony Yoka, Anthony Joshua… un programme chargé en boxe pour la fin 2020

adrien

Vidéo : à Boston, le personnel d’un hôpital danse pour célébrer l’arrivée des vaccins

adrien