heureux-qui.com
Image default
Fil Info

Paris : Pony lance son service de vélos électriques en free-floating


L’opérateur français Pony lance son nouveau service de location de vélos électriques ce mercredi 3 mars. Baptisé «Véloponytain», il est doté d’une flotte de 500 vélos, uniquement disponible le long des lignes 1 et 13 du métro parisien.

«En positionnant ses vélos le long d’axes clés, Pony entend créer un système de transport aussi fiable que le métro ou une voiture personnelle», a ainsi communiqué le groupe français, dont les trottinettes et les vélos électriques sont déjà implantés à Angers, dans le Maine-et-Loire. Avec la promesse que les Parisiens puissent trouver un vélo «à moins de 100 mètres de leur station de métro habituelle».

Deux axes concernés

Mais attention, seuls deux itinéraires pourront ensuite être empruntés avec un vélo électrique Pony : le premier le long de la ligne 1 entre la Gare de Lyon (12e) et la Porte Maillot (16e), et le second le long de la ligne 13 entre la Porte de Saint-Ouen (18e) et la Porte de Vanves (14e).

capture_decran_2021-03-02_a_17.23.56_603e66e3842c2.png

En parallèle, une zone centrale sera également ouverte entre le quartier des Halles et les trois gares du Nord (10e), de l’Est (10e) et Saint-Lazare (8e). Les vélos Pony seront donc uniquement disponibles à l’intérieur de ces zones et ne pourront être rendus en-dehors de celles-ci. 

«Ce système constitue une expérimentation inédite : Pony invente ainsi la première ligne de transport en commun à vélo», s’est félicité Paul-Adrien Cormerais, le fondateur de Pony, qui souligne la «fiabilité» de ce système qui prévoit que les vélos soient disposés «le long d’axes clairement identifiés».

Au prix d’un ticket de métro

Côté prix, Pony a choisi de s’aligner sur le prix d’un ticket de métro à l’unité : 1,90 euros pour 30 minutes de trajet, sans aucun surcoût de « déverrouillage ». Un prix «plus accessible que les autres services de vélos en libre-service», choisi pour «inciter les Parisiens à se passer de leur voiture individuelle» selon le groupe.

Au-delà de 30 minutes, le compteur sera relancé et 1,90 euros supplémentaires seront débités. Pas de problème donc si un usager souhaite utiliser les vélos Pony «dans un but récréatif», mais l’entreprise souligne que le service a avant tout été «calibré» pour être une «solution fiable de transport d’un point A à un point B», dans cet «esprit d’un trajet de métro».

img_8928_603e5c6d81b47.png

Pour l’utilisation, le principe est le même que pour les autres opérateurs de free-floating : il faut d’abord télécharger l’application Pony, puis localiser un vélo disponible le long des lignes 1 et 13 ou dans la zone centrale desservie par le service. Une fois le vélo trouvé, il suffit de scanner le QR code présent sur le vélo pour lancer la location.

Mais attention, à la fin de la course, il n’est pas possible de laisser le vélo n’importe où. Pony a en effet signé la Charte de bonne conduite de la Mairie de Paris, qui oblige ses usagers à garer les vélos Pony dans l’une des zones dédiées au free-floating. Elles sont «indiquées par une icône rose dans l’application» et sont «présentes environ tous les 100 mètres» sur le trajet, rassure le groupe.

Les premiers scooters Lime pourraient être déployés au printemps 2021.

Un modèle d’économie participative

Autre chose à savoir : l’entreprise angevine est fondée sur un modèle d’économie participative, puisqu’elle vend ses vélos à ceux qui souhaitent «investir». En échange, les personnes propriétaires d’un ou plusieurs vélo(s) Pony touchent ensuite 50 % des recettes générées lorsque leur véhicule effectue un trajet.

Au total, plus d’une centaine d’entre eux ont déjà été vendus, sur une flotte de 500. De «nouvelles ventes» seront organisées dans les prochains mois «afin pour que 100 % de la flotte soit adoptée avant l’été» explique le groupe dans son communiqué.

Bientôt une version deux places ?

Et si le service plaît, il sera bientôt possible de vivre l’expérience à deux à Paris, puisque le «Double Pony» – un véhicule deux places «conçu par les équipes d’ingénieurs» du groupe – sera disponible à son tour «dans les prochains mois». S’il ne s’agira pas d’un tandem, ce modèle sera doté d’un siège avec des cale-pieds : de quoi circuler avec un enfant.



Source link

Autres articles à lire

Dexamethasone : ce qu’il faut savoir sur le premier traitement efficace contre le Covid-19

adrien

New York : elle jette son nouveau-né par la fenêtre puis fait la sieste

adrien

Disneyland Paris rouvre enfin ses portes

adrien

Vidéo : une élue propose une séance de méditation en plein conseil municipal

adrien

Pass vaccinal : les débats à nouveau suspendus à l’Assemblée nationale après les propos d’Emmanuel Macron sur les non-vaccinés

adrien

Lille : il perd des documents inestimables dans un TGV et lance un appel pour les retrouver

adrien