heureux-qui.com
Image default
Fil Info

Paris : les vélos en free-floating bientôt de retour


En attendant que les vélos rouges retirés par Jump fassent leur retour sous la bannière de Lime dans les prochaines semaines, Paris ne compte désormais plus de bicyclettes en free-floating. Une anomalie alors que ce moyen de déplacement n’a jamais eu autant la cote.

En l’espace de quelques jours seulement, les 5.000 deux-roues de Jump (filiale d’Uber) ont en effet presque tous été enlevés de la capitale, comme l’a fait remarquer lundi 15 juin Fluctuo, société spécialisée dans l’analyse des micro-mobilités :

Une action surprenante, alors que Jump, qui était la dernière entreprise du secteur présente à Paris, enregistrait «des résultats plutôt bons depuis le déconfinement», analyse Julien Chamussy, directeur général de Fluctuo. «Chaque vélo effectuait 4 à 5 trajets par jours, contre 7 à 8 trajets par jour pour Vélib’».

La décision d’Uber, déjà appliquée dans plusieurs villes à travers le monde, découle en réalité d’une récente opération financière globale. Début mai, le géant américain a conclu un deal avec Lime, transférant à cette entreprise la gestion de ses vélos et trottinettes. C’est d’ailleurs Lime qui a annoncé mardi 16 juin le retour des ex-Jump «dans les prochaines semaines» dans la capitale française.

Le pionnier Gobee.bike en octobre 2017

D’ici là, les Parisiens ne pourront plus emprunter de vélos en free-floating, après les retraits successifs des entreprises du secteur. La société Gobee.bike avait été la première à lancer ses vélos verts sur le bitume parisien en octobre 2017. En quelques semaines à peine, plusieurs autres lui avaient pris la roue : Mobike, Obike, Ofo, Donkey Republic, Oribiky…

Si bien que les trottoirs Paris avaient fini par crouler sous des milliers de deux-roues. Leur stationnement anarchique était même devenu une problématique politique, forçant la mairie à édicter une charte de bonne conduite en juin 2018.

Alors comment expliquer que ces bicyclettes, que l’on trouvait presque à chaque coin de rue, aient disparu au moment où le vélo s’impose dans la vie des Parisiens ? D’une part, ces deux-roues, parfois de qualité médiocre et fragiles, ont subi de très nombreux actes de vandalisme. C’est notamment ce qu’a mis en avant le pionnier Gobee.bike, qui a quitté Paris au bout de quelques mois seulement, en déplorant «un effet domino de dégradations qui s’est abattu sur notre flotte».

Le déraillement de Vélib’

D’autant que la stratégie de ces entreprises était souvent basée sur le déploiement de nombreux vélos afin de saturer le marché et d’asphyxier les rivaux. Une logique très coûteuse, tandis qu’une concurrence acharnée s’est instaurée avec l’arrivée des scooters puis des trottinettes sur ce marché de la micro-mobilité.

Pour séduire les Parisiens, les vélos en free-floating ont également profité du déraillement de Vélib’, après le changement d’opérateur en janvier 2018. Mais malgré des difficultés persistantes, le vélo en libre-service parisien a fini par se remettre en selle et retrouver de nombreux adeptes.

Des événements particuliers – grèves, coronavirus – et les aides financières mises en place par les autorités conduisent de plus en plus de Parisiens à s’acheter leur propre vélo. Ou à le louer pour une longue durée, faisant notamment le succès du Véligo proposé par la région Ile-de-France.

Et comme pour tous les secteurs, la crise du coronavirus a eu un impact terrible, en particulier avec la fuite des touristes, qui représentaient «en moyenne entre 30 et 40 % des usagers», selon Julien Chamussy. Cette activité devrait toutefois vite retrouver des couleurs.

«La situation conjoncturelle du confinement a gelé les projets, mais la demande explose et notre objectif est de continuer à avoir ce type de services. De nouveaux opérateurs sont désormais intéressés pour venir», fait savoir Christophe Najdovski, adjoint chargé des transports à la mairie de Paris.

bientôt les vélos électriques deux places de pony ?

Parmi les entreprises intéressées, figure l’opérateur français Pony, déjà implanté à Bordeaux et Angers. Après des discussions avec l’équipe d’Anne Hidalgo, cette société révèle à CNEWS «être en réflexion pour s’implanter à Paris dans les prochains mois, avec un vélo à assistance électrique deux places».

«Le marché parisien est énorme, en particulier avec les touristes. Il y a de place pour d’autres acteurs. Surtout que la ville a fait des efforts pour développer les pistes cyclables», souligne Julien Chamussy. Et l’expert en micro-mobilités assure que «le vélo partagé est complémentaire du vélo individuel, avec des usages différents».

Outre la flexibilité qu’il offre, le free-floating permet de contourner «le problème du stockage de sa bicyclette chez soi», veut croire le directeur général de Fluctuo. A condition de proposer des modèles à assistance électrique, selon lui : «les gens n’ont plus envie de trop faire d’effort et de transpirer». Les Parisiens peuvent donc se rassurer, ça devrait vite rouler à nouveau pour le free-floating.





Source link

Autres articles à lire

Coronavirus : appels à la mobilisation face à la crainte d’une deuxième vague

adrien

La ville de Nice entre au patrimoine mondial de l’Unesco

adrien

La soeur de Sharon Stone atteinte du Covid-19 : la star dénonce la gestion de la pandémie

adrien

Une nouvelle loi antiterroriste adoptée en France

adrien

Dwayne Johnson dévoile le visage des comédiens de son biopic «Young Rock»

adrien

Coronavirus : la course au vaccin s’accélère, inquiétudes sur une seconde vague

adrien