heureux-qui.com
Image default
Fil Info

Paris : la lutte contre le crack s’intensifie square de la Porte de la Villette


Un vendeur de crack a été interpellé mercredi en plein cœur du square de la Villette (19e), où les toxicomanes ont été déplacés le 24 septembre dernier, a communiqué la préfecture de police (PP) de Paris ce week-end.

«Mercredi [10 novembre, ndlr], un vendeur de crack a été interpellé grâce au dispositif de surveillance mis en place par les policiers de la BAC au cœur du square de la Villette», a ainsi fait savoir la PP ce samedi 13 novembre, soulignant que l’homme en question – visiblement d’origine étrangère – s’était «vu notifier une obligation de quitter le territoire».

«Il n’y a pas de zone de non-droit»

Depuis plusieurs semaines, et alors que les autorités publiques sont critiquées pour avoir déplacé les toxicomanes depuis les Jardins d’Eole (18e) jusqu’au square de la Porte de la Villette (19e), sans qu’aucune prise en charge sociale ou médicale n’ait été proposée, la PP a assuré renforcer les contrôles et ses activités dans la lutte contre les stupéfiants.

«Il n’y a pas de zones de non-droit en matière de lutte contre la drogue», avait même souligné Didier Lallement, le préfet de police de Paris, lors du dernier conseil de Paris, mercredi 13 octobre. Interrogé au sujet de la politique de lutte contre le trafic de crack, ce dernier avait détaillé «le bilan extrêmement significatif» du travail des policiers parisiens en la matière.

Au total, à cette date, 284 personnes avaient été interpellées pour trafic de crack, 328 autres pour usages de stupéfiants, et quasiment 3 kg de crack avaient été saisis, selon les chiffres de la PP. «Un ensemble très vaste d’interpellations», selon Didier Lallement, qui révélait que celles-ci avaient également permis le démantèlement de «11 cuisines de crack».

Cette «solution temporaire» consiste à installer les toxicomanes dans le square de la porte de la Villette.

La lutte contre le crack «pourrait être supérieure» avait concédé le préfet de police, argumentant que la réponse ne pouvait être «seulement policière» mais «aussi et avant tout médicale et sociale». Expliquant que la présence des toxicomanes square de la Porte de la Villette ne pouvait être une situation pérenne, il avait expliqué «être prêt à envisager et regarder d’autres solutions», tout en ayant «l’intention de poursuivre» la répression autour du trafic de crack.





Source link

Autres articles à lire

Jean-Marc Généreux quitte «Danse avec les stars» et débarque sur France 2

adrien

Vacances en Espagne : test, quarantaine… Tout ce qu’il faut savoir avant de partir

adrien

les rares confidences sur sa vie de mère

adrien

Gala «Hope» : les artistes se mobilisent contre la maladie le 9 février 2021 au Casino de Paris

adrien

Claire Bourhis-Mariotti : «Joe Biden ne répond pas encore aux attentes après la mort de George Floyd»

adrien

Hon-Kong : les autorités envisagent de réglementer les rassemblements privés pour lutter contre l’épidémie

adrien