heureux-qui.com
Fil Info

Municipales : Patrick et Isabelle Balkany dénigrent sur Facebook leur ex-candidate à Levallois

Notez cet article


Après l’avoir lâchée en avril dernier, Patrick et Isabelle Balkany s’attaquent désormais frontalement à leur ex-candidate aux élections municipales à Levallois-Perret, Agnès Pottier-Dumas. Sur Facebook, l’ancien maire de la ville des Hauts-de-Seine a ironiquement invité son ancienne protégée à prendre «un aller simple» pour la capitale de la Mongolie.

«C’est aujourd’hui l’anniversaire d’Agnès Pottier-Dumas, je propose que nous nous cotisions pour lui offrir un aller simple pour Oulan-Bator la très belle capitale de la Mongolie où je suis certain qu’elle se plaira énormément», a écrit Patrick Balkany samedi sur le réseau social, le tout accompagné d’une photo de son ex-candidate aux municipales 2020, qui était auparavant son ancienne directrice de cabinet.

Ce message désobligeant, visant à torpiller la candidature d’Agnès Pottier-Dumas, n’a pas du tout été du goût de Vanessa Balkany, la fille de Patrick et Isabelle, qui elle continue à soutenir celle qui est arrivée en tête du premier tour des municipales en mars dernier (34,6 % des voix). «Papa svp retire ce post atroce !!! Ne sombre pas toi non plus dans cette pathologie des réseaux sociaux !!!», a-t-elle réagi dans un commentaire, visiblement supprimé depuis. 

Les réquisitions demandées dans leur procès en appel pour fraude fiscale ont eu raison d'Isabelle et Patrick Balkany, le parquet général ayant demandé «l'exécution provisoire» de la peine de dix ans d'inéligibilité.

Pour poursuivre le mélodrame familial, Isabelle Balkany, ex-première adjointe à la mairie de Levallois, a elle aussi commenté le message de son mari, lui apportant son soutien et en profitant pour en remettre une couche sur Agnès Pottier-Dumas. «Patrick reconnaît avoir fait une grave erreur en pensant qu’une “administrative” comme Agnès Pottier-Dumas, froide, arrogante, sans empathie pour les Levalloisiens et, pire, incompétente pendant la crise (…) pouvait avoir les “tripes” pour être maire et diriger une ville, tout comme les technocrates sont inaptes à diriger le pays !», a-t-elle écrit en réponse à plusieurs commentaires d’internautes.

Un refus d’Agnès Pottier-Dumas en cause ?

La raison de ce changement de pied pourrait être ailleurs, selon une enquête du magazine Marianne. Dans une interview début mars sur France 3 Ile-de-France, Agnès Pottier-Dumas avait affirmé que, si elle était élue, le couple Balkany n’aurait «aucun rôle à la mairie de Levallois, aucun rôle au sein d’aucun service de la ville ni dans aucun de ses satellites».

Elle est alors convoquée dans le bureau du maire, où Patrick Balkany lui aurait lancé selon Marianne : «Je vous donne 15 minutes pour me faire une lettre avec votre plus belle plume comme quoi vous vous engagez sur l’honneur à nous faire un contrat à Isabelle et à moi. Sinon j’appelle à voter (Arnaud) de Courson», candidat divers droite à la maire de Levallois.

Patrick et Isabelle Balkany lors d'un conseil municipal à Levallois-Perret, le 15 avril 2019 [STEPHANE DE SAKUTIN / AFP/Archives]

Patrick et Isabelle Balkany, condamnés en appel mercredi à respectivement cinq et quatre ans de prison pour blanchiment de fraude fiscale, après avoir écopé en appel de quatre (dont un avec sursis) et trois ans d’emprisonnement début mars pour fraude fiscale, ont finalement attendu que le premier tour se passe avant de retirer leur soutien à Agnès Pottier-Dumas. L’ex-maire LR, démis de son mandat début mars, travaille à une coalition entre trois candidats pour empêcher la victoire de son ancienne héritière annoncée, selon Marianne. 

Les époux Balkany se défendent d’avoir lâché leur candidate pour une question de postes dans la future mairie. «Nous disposons de retraites qui nous permettent de subvenir à nos moyens ! Nous souhaitions simplement aider BÉNÉVOLEMENT celle à laquelle nous avons eu tort de faire confiance !», a réagi sur Facebook Isabelle Balkany, en réponse à la question d’un internaute sous le post de Patrick Balkany. «Quel emploi nous n’avons besoin de rien nous touchons nos retraites de l’Assemblée Nationale du Conseil Général de la Mairie et de mon entreprise !!!!», a également assuré l’ancien édile de 71 ans sur le réseau social. 

Retrouvez toute l’actualités des élections municipales ICI. 



Source link

Autres articles à lire

DIRECT – Coronavirus : près de 100.000 nouveaux cas en 24h aux Etats-Unis, un record

adrien

La Suède instaure le télétravail jusqu’en 2021

adrien

Climat : les États-Unis et la Chine prêts à coopérer ensemble contre la crise climatique

adrien

Ile-de-France : la création du RER Vélo a été officiellement lancée

adrien

Covid-19 : en 2021 Pfizer prévoit d’engendrer au moins 33,5 milliards de dollars grâce aux vaccins

adrien

Nice va proposer 400 évènements dans 40 lieux cet été

adrien