heureux-qui.com
Fil Info

Mort du Prince Philip : dix choses à savoir sur l’époux de la reine Elisabeth II

Notez cet article


Le prince Philip est décédé ce vendredi à l’âge de 99 ans. Homme de l’ombre au franc-parler, il a soutenu la reine tout au long de sa vie. Après 22 000 engagements au service de la monarchie, qui était finalement le prince Philip ?

Tour d’horizon en dix anecdotes de la vie de Philip Mountbatten, né prince Philip de Grèce et de Danemark, ayant fui son pays de naissance, la Grèce, dans un carton d’oranges, avant de rencontrer Elisabeth. Une rencontre qui changera son destin, mais pas son caractère bien trempé. 

Enfant, il fuit la Grèce dans un panier d’oranges

Fils du prince André de Grèce, le prince Philip et sa famille ont dû fuir la Grèce à la chute de la monarchie. Alors enfant, il aurait été caché dans un panier d’oranges pour s’échapper en toute discrétion, direction la France. Il passera plusieurs années dans l’Hexagone avant de rejoindre l’Angleterre.

La reine tombe sous son charme très jeune

C’est en 1939 qu’Elisabeth croise la route de celui qui deviendra le prince Philip. Elle n’a que treize ans mais tombe d’emblée amoureuse de son futur époux, âgé de 18 ans et réputé pour son physique avantageux. Philip lui fera sa demande sept ans plus tard. Sans consulter son père le Roi George VI, la future Reine Elisabeth, éperdument éprise, aurait accepté tout de suite. 

Un mauvais choix d’époux selon les parents d’Elisabeth

Il a séduit le cœur d’Elisabeth, bien avant celui du roi Georges VI. Philip aurait en effet été peu apprécié au début de sa relation avec Elisabeth par le père de la future reine d’Angleterre, qui l’aurait qualifié d’homme « impoli et sans manière ». Le physique du jeune homme et son charme l’aurait même laissé penser qu’il serait infidèle. Peu fortuné, alors que ses soeurs se sont mariées avec des proches du parti nazi, Philip avait tout selon le roi d’un mauvais parti, en somme. Elisabeth aura raison des réticences de ses parents et l’épouse en 1947.  

Pas de protocole avec la reine, qu’il surnomme «mon chou»

Comme de nombreux couples, le prince Philip et la reine avaient leurs petits noms. Tout du moins le prince Philip, qui surnommait Elisabeth « Mon Chou ». Une révélation faite en 2006 par le réalisateur Stephen Frears dans le film « The Queen », alors qu’une séquence met en scène le prince interpellant Elisabeth avec ce sobriquet, «cabbage» en anglais. Un surnom nullement inventé comme il l’a expliqué au Times à la sortie du film : « J’ai enquêté auprès du cercle royal et j’ai appris de source sûre que c’était comme ça que le duc appelait la reine ». Un surnom qu’il aurait importé de France, où il a vécu enfant. 

Le prince a dû choisir son nom de famille 

La famille royale de Grèce n’ayant pas de nom de famille, le prince Philip, né Philipe prince de Grèce et de Danemark, a dû choisir son propre patronyme lorsqu’il a épousé Elisabeth II. C’est en référence à son oncle maternel Lord Louis Mountbatten qu’il optera pour ce dernier. Le prince Philip a dû batailler ferme pour que ses enfants portent son patronyme, accolé évidemment à celui des Windsor. 

Le Prince Philip réputé pour ses gaffes 

Peu adepte du protocole auquel il a dû se plier toute sa vie, le prince Philip s’est taillé au fil du temps une réputation de gaffeur. Régulièrement relayées par la presse britannique, ses bourdes parfois vraiment problématiques n’ont épargné personne, ni les femmes, ni les chômeurs, ni les non-voyants, ni les malentendants, ni les personnalités politiques qu’il a pu rencontrer. En 1981, il avait notamment déclaré « Tout le monde voulait plus de loisirs et maintenant, ils se plaignent d’être au chômage. » En 2000, s’adressant à des enfants sourds après un concert de percussion, il ose un : « Vu l’endroit où vous êtes, ce n’est pas étonnant que vous soyez sourds ». Plusieurs de ses propos ont par ailleurs été qualifiés de racistes, comme en 2003, où s’adressant au président du Nigéria habillé en tenue traditionnelle, il lui assène : «On dirait que vous êtes prêt pour aller au lit !»

Dans l’archipel de Vanuatu, c’est une divinité

S’il n’a pas le titre de roi en Angleterre mais de prince consort, dans l’archipel de Vanuatu, en Océanie, plusieurs villages lui vouent un véritable culte et l’ont élevé au rang de divinité. Un statut décroché à la suite d’un voyage dans l’archipel en 1974. 

Sa mère Alice de Battenberg est devenue religieuse 

La mère du prince Philip connait un passage difficile au début des année 1930. Après une crise mystique, elle est internée alors que Philip est âgé de 9 ans. Elle restera longtemps loin de ses enfants et décide, dès 1948, de fonder sa propre communauté monastique. Cette dernière périclite rapidement mais Alice de Battenberg ne quittera jamais son voile. Elle finira ses jours à Londres auprès de son fils Philip. 

Il ne vivait plus au côté de la Reine à Buckingham Palace

Après des années passées à servir la couronne, Le prince Philip s’est retiré de la vie publique en 2017. Il aurait alors choisi de ne plus séjourner  à Buckingham Palace, préférant vivre le plus clair de son temps dans un cottage dans le Comté de Norfolk, par conséquent sans la reine, contrainte de vivre au Palais. En mars 2020, le couple s’était toutefois confiné ensemble au château de Windsor.   

Il allait avoir 100 ans

Né le 10 juin 1921, le prince Philip est décédé deux mois, quasiment jour pour jour, avant son 100eanniversaire. 



Source link

Autres articles à lire

Paris : nouvelle mobilisation contre le projet d’extension de la cimenterie Lafarge du 15e

adrien

Présidentielle américaine : quelle rôle pour Melania Trump ?

adrien

Ligue 1 : l’OM arrache un nul inespéré contre Lille (1-1)

adrien

L’ex-Top Chef Victor Mercier lance un service de livraison à prix libres

adrien

Bientôt un salaire minimum à l’échelle européenne ?

adrien

Ces 10 aliments prébiotiques pour reconstituer sa flore intestinale

adrien