heureux-qui.com
Image default
Fil Info

Marine Le Pen lance sa campagne CNEWS


Un appel au rassemblement de «tous les patriotes français». Marine Le Pen a profité de son discours lors de l’université d’été du Rassemblement national, ce dimanche à Fréjus, pour quitter temporairement la tête du parti et lancer sa campagne présidentielle.

Autour de plusieurs thèmes majeurs, elle s’est présentée comme la candidate qui redonnera aux citoyens la possibilité de vivre «comme des Français».

«Un choix de civilisation»

La candidate a affirmé que la présidentielle 2022 «ne sera pas seulement un choix de société, comme ont pu l’être les précédents scrutins, ce sera un choix de civilisation». Selon elle, seulement deux alternatives se présentent aux Français : «soit la dilution de la France par déconstruction et submersion (migratoire), soit le sursaut salutaire qui fera entrer la France dans le troisième millénaire autour de l’idée de Nation».

Un projet de loi sur l’immigration doit être présenté en octobre, dont elle a promis qu’il serait soumis à un référendum pour être adopté si elle accède à l’Elysée.

Elle a ainsi estimé qu’«il est des batailles que nous n’avons pas le droit de perdre. L’élection présidentielle de 2022 est de celles-là. Et parce que nous n’avons pas le droit de la perdre, nous allons la gagner».

«La présidente des libertés françaises»

Marine Le Pen s’est présentée comme «la présidente des libertés françaises». Cette notion est d’ailleurs au centre de sa campagne. «En France, les Français ont le droit de vivre comme des Français. Les délinquants seront mis hors d’état de nuire, les délinquants français en prison, les étrangers dans l’avion», a-t-elle promis.

Pour lutter contre la «censure» qui serait appliquée par les géants du web à propos des idées politiques patriotes défendues par Marine Le Pen et d’autres personnalités, elle a proposé de créer, «à l’échelle européenne, un réseau social libre et gratuit».

Des propositions pour les jeunes et les femmes

Marine Le Pen a également fait un geste en direction des jeunes, en souhaitant pour les étudiants et les nouveaux travailleurs «la gratuité des trains» en dehors des heures de pointe. Elle a par ailleurs appelé à construire avec elle «une nation unie et protectrice pour ses enfants».

Elle a aussi pris à partie «le silence assourdissant des prétendues féministes» à propos de certaines pratiques imposées par des communautés. Elle a promis de libérér les femmes concernées du «joug obscurantiste (des) talibans de l’intérieur». Dans le même ordre d’idée, elle a proposé que les personnes condamnées pour outrages sexistes soient inscrites au fichier des criminels et délinquants sexuels.

La «dictature» de l’Union européenne

La désormais ancienne présidente du Rassemblement national en a enfin profité pour dénoncer la «dictature» de l’Union européenne. Elle a assuré son souhait de «graver» dans la Constitution, après référendum, la supériorité du droit français sur le droit international : «Les décisions internationales contraires à un principe constitutionnel resteront simplement inappliquées». 



Source link

Autres articles à lire

The Voice 2021 : pourquoi Marc Lavoine ne met-il jamais ses lunettes de vue sur le nez ?

adrien

Régionales : quel est le protocole sanitaire mis en place ?

adrien

JO de Tokyo : où en est l’équipe de France de basket avant les Jeux ?

adrien

D’Istanbul à Rome, un parfum de normalisation flotte sur l’Europe

adrien

Johnny Hallyday : on a écouté le titre posthume «Deux sortes d’hommes»

adrien

Disney+ : pour deux euros de plus, le catalogue de streaming accueillera Star et son contenu plus adulte, à partir du 23 février

adrien