heureux-qui.com
Image default
Fil Info

Magic The Gathering : 6 conseils de pros pour gagner


Jeux de cartes qui fait le bonheur des collectionneurs depuis près de trente ans, Magic The Gathering fédère une communauté de joueurs solides. Mais pour les débutants, il est parfois difficile de s’imposer. CNEWS a demandé à deux joueurs pros de prodiguer leurs conseils.

Avant tous propos, cet article part du principe que vous connaissez les règles de bases du jeu. Les joueurs Jean-Emmanuel Depraz, alias Jirock, membre de la Magic Pro League, et Frédéric Ramboa, a.k.a El_Gran_Boa, tous deux bien connus des joueurs français pour leurs chaînes Twitch, nous confient leurs conseils pour mettre toutes les chances de son côté afin d’avoir un bon niveau et de garder à l’esprit les erreurs à ne pas commettre.

apprendre de ses choix et accepter de perdre

Jirock : «L’erreur la plus basique est d’avoir une approche orientée sur les résultats plus que sur le processus. Magic est un jeu où on ne peut pas gagner à tous les coups. Si vous pensez prendre une décision qui a 50% de chances de réussir et que ça se passe mal, cela ne veut pas forcément dire que ce choix était incorrect. C’est donc en se concentrant sur le processus qu’on progresse plus vite.

Il faut garder à l’esprit que même les meilleurs joueurs à Magic n’atteignent des pourcentages de victoire que de 60 à 65 %. Ce qui est très peu si on le compare aux échecs par exemple où le meilleur gagnera toujours ou presque. Il est donc important de ne pas prêter attention aux résultats, la perfection n’étant pas réaliste».

Être très attentif à ce qui se passe

shock_fr-taille640_6079cbc23e7fd.jpg

El_Gran_Boa : «Etre sérieux sur la table ou face à l’écran. Faire attention à tout ce qui s’y passe. Bien observer dans quel ordre l’adversaire joue ses cartes, ses expressions faciales (si vous jouez face à lui), mais même pour le jeu en ligne on peut se rendre compte d’indices, par exemple en étudiant la vitesse de jeu de l’adversaire. En effet, on peut se dire qu’un joueur qui joue vite suit bien sa stratégie ou s’il est content de piocher une carte il va la jouer très vite (c’est un réflexe assez inconscient). Faire très attention à ne pas sous-estimer son adversaire. Par exemple quand on ne comprend pas pourquoi il fait une action, on a tendance à partir du principe qu’il fait une erreur. Alors qu’en réalité, on peut juste explorer un peu plus le champ des possibles des cartes, pour en déduire un peu sa stratégie».

Jirock : «Le jeu peu facilement submerger un joueur débutant car il y a beaucoup de choses qui se passe. Quand on débute, se contenter d’un jeu simple peut ne pas paraître satisafaisant car on veut parfois faire des choses plus complexes. Mais il n’y a aucune honte à commencer par des decks simples et ensuite à aborder divers aspects du jeu à mesure qu’on le maîtrise. Il y a également un intérêt stratégique à bien positionner ses cartes de manière homogène sur la table de jeu. Au-delà de l’aspect esthétique, je pense que plus un board est clair, plus on va pouvoir s’y retrouver facilement. Même si ce dernier point est sans doute secondaire».

Bien lire ses cartes

mc4-finals-game_6079cc519b648.jpg

El_Gran_Boa : «C’est important. On ne le répétera jamais assez, mais une grosse part des erreurs commises vient du fait qu’on a mal lu une carte».

Jirock : «Il ne faut pas chercher à aller trop loin trop vite. Magic reste un jeu très complexe. Avant de commencer à prévoir ce que va faire son adversaires avec deux tours d’avance ou de franchir certains caps, ils faut bien connaître ses cartes, ne pas rater les capacités à déclencher de ses permanents, être bien attentif à tout ce qui se passe (comme garder un œil sur les cartes placées dans le cimetière de son adversaires). Rien qu’en faisant cela, on peut devenir assez fort sans faire quelque chose d’extraordinaire».

miser sur les cartes rouges ou blanche pour débuter

Ramboa : «Pour commencer, à mon avis le blanc est tout indiqué. Il y a de petites créatures. On ne se focalise que sur un axe de jeu, c’est à dire le choix des créatures et les booster. Cela permet d’apprendre les bases de Magic, les phases de combats. Je pense que même à très haut niveau savoir gérer ces phases est important. Bloquer, attaquer, savoir à quel moment le faire, quand double bloquer, etc. C’est un des points les plus compliqués à appréhender, mais aussi très simple à comprendre puisque le but est de réduire les points de vie de l’adversaire. Le rouge est également intéressant quand on débute, puisqu’il permet de comprendre comment fonctionne les anti-bêtes. Comprendre combien de tour il me faudra pour les utiliser et calculer les débats. A l’inverse, je pense que le bleu est l’un des plus compliquer à comprendre».

Jirock :«Commencer avec le rouge est intéressant à mon sens, car c’est une couleur très homogène dans ce qu’elle cherche à faire, à savoir : tuer l’adversaire le plus vite possible. Ici on risque moins de se perdre dans des plans de jeux différents. Le vert est aussi intéressant pour commencer. Son spectre est plus large, mais cette couleur à tendance à jouer en rituel, il y a moins d’interactions avec l’adversaire, pour pouvoir se concentrer sur ses cartes à soi».

préserver ses points de vie… et les «dépenser»

strixhaven-key-art-by-magali-villeneuve_6079cc80cbc5b.jpeg

Jirock : «Concernant les points de vie, les joueurs débutants ont tendance à chercher à les protéger à tout prix. Or, il existe un adage assez connu des joueurs compétitifs de Magic : «le seul point de vie qui compte, c’est le dernier». Tous les autres sont là pour être dépensés. Souvent il faut accepter de prendre des dégâts, pour ne pas dépenser certaines ressources qui peuvent être intéressantes à exploiter dans les phases d’attaques».

El_Gran_Boa : «Parallèlement, il y a trois manières de préserver ses points de vie. On peut en gagner, avec des decks blancs et noirs. Ou nullifier les cartes adverses avec des cartes adéquates (sorts et anti-bêtes…). Ici on sera dans une stratégie plus attentiste pour à un moment donné sortir une plus grosse menace que l’adversaire va devoir gérer. Il est intéressant aussi de penser à nullifer les attaques avec de plus grosses créatures que celles de l’adversaire puisque si on bloque, il ne pourra pas attaquer».

garder un deck simple

Jirock : «Le net decking qui consiste à recopier les decks des autres autres joueurs partagés sur le Web, est souvent mal vu par des joueurs. Mais à mon sens si on a un objectif de progression, le net decking est intéressant. Il est intéressant de respecter le travail que d’autres ont déjà fait».

El_Gran_Boa : «Quand on commence à jouer à Magic, il faut limiter la construction de decks. Il y a beaucoup de probabilités qu’à la fin votre jeu ne soit pas fonctionnel. Il existe beaucoup de contenus (streams, sites,…) qui permettent de voir des decks prémontés par des pros. Mon conseil est de prendre un jeu dans le panel d’archétypes qui vous plaisent et de ne faire que celui-là. C’est seulement avec l’expérience que l’on peut s’essayer au deck building en changeant une carte par exemple. Le but étant que le jeu soit fonctionnel, sinon vous ne vous amuserez pas. Beaucoup de joueurs râlent après le net decking (le fait de piocher un jeu tout près sur internet et le copier). Mais on ne peut pas faire fi de tout ce qu’on trouve sur internet actuellement. C’est une grosse révolution pour Magic. Il y a dix ans, cela n’existait pas. Magic est un jeu très profond, mais quand on commence cela ne sert à rien de se rajouter des difficultés supplémentaires».



Source link

Autres articles à lire

PSG : Les dessous faramineux et le montant astronomique du transfert de Neymar

adrien

OM – Saint-Étienne en ouverture de la 1e journée de Ligue 1

adrien

Le sénateur des Alpes-Maritimes Henri Leroy (LR) veut «terroriser les criminels»

adrien

Festival de l’Alpe d’Huez 2021 : Michèle Laroque sera la présidente du jury de la 24e édition

adrien

Le coronavirus plane sur les Journées Européennes du Patrimoine

adrien

Equipe de France : Quels sont les pères et fils à avoir été appelés chez les Bleus ?

adrien