heureux-qui.com
Image default
Fil Info

Les 7 aliments les plus difficiles à digérer


Après le repas, le ventre est parfois douloureux, des ballonnements se font sentir, l’estomac brûle… Chronique ou ponctuel, cet inconfort digestif est appelé dyspepsie. Pour s’en prémunir, il est possible de réduire ou d’écarter certains aliments réputés difficiles à digérer.

Les produits laitiers

Plus que le lait lui-même, c’est en fait le lactose qu’il contient que de nombreux organismes ont du mal à assimiler. Ce glucide est présent dans le lait de vache et de brebis, dans celui de chèvre aussi mais dans une moindre mesure.

Lorsque la digestion des produits laitiers pose problème, il est fort possible que cela soit dû à un manque de lactase. Cette enzyme permet la dissociation du lactose en glucose et galactose, deux types de sucre, ce qui conditionne la bonne digestion du lait.

Selon les cas, il n’est pas forcément nécessaire de supprimer tous les produits laitiers de son alimentation. Les fromages à pâte ferme et les yaourts, fermentés, ne contiennent pas ou peu de lactose. Ils sont donc à privilégier.

L’oignon

La consommation excessive d’oignon peut faire des dégâts et pas seulement au niveau de l’haleine. Un peu comme le chou, il contient beaucoup de fibres que l’estomac ne parvient pas toujours à digérer dans leur intégralité, en raison de leur quantité.

La part non assimilée reste alors dans l’estomac et stagne, jusqu’à ce que les bactéries de notre tube digestif s’en occupent. Cela fait de l’oignon, comme de l’ail, un aliment fermentescible.

C’est ce temps de fermentation qui provoque gaz, ballonnements et autres brûlures d’estomac.

mockup-graphics-bc1fxu1v98u-unsplash-taille640_5fbbdbc1acfc7.jpg

©mockup-graphics-unsplash

Les aliments gras, notamment frits

Une belle assiette de frites garantit souvent un plaisir gustatif immédiat… vite terni par une sensation de lourdeur, voire de somnolence.

L’organisme a besoin de temps pour digérer les aliments gras et caloriques. C’est pourquoi un repas copieux se traduit fréquemment, au moment de la digestion, par cette impression de manquer d’entrain pour le reste de la journée.

En effet, l’assimilation d’une nourriture riche monopolise une grande partie de l’énergie disponible, qui ne peut donc pas être allouée aux tâches quotidiennes.

Parmi les aliments gras, les fritures remportent la palme de la digestion difficile car elles peuvent aussi ralentir le transit et provoquer des crises de constipation.

Les légumineuses

Pois chiches, lentilles, fèves : les légumineuses sont souvent mises en avant pour leurs nombreux bienfaits. Riches en protéines, fibres et vitamines, elles sont effectivement très intéressantes d’un point de vue nutritionnel.

Mais, pour certains estomacs, leur digestion est ardue. Ces aliments contiennent une quantité importante de fibres et de glucides, des substances complexes que l’organisme ne parvient pas toujours à dégrader «normalement».

Au lieu d’être décomposées dans le petit intestin, les légumineuses sont envoyées dans le gros où elles fermentent et nourrissent les bactéries. Un processus qui crée du gaz et donc des flatulences.

Ce n’est pas forcément une fatalité puisque dans certains cas, le problème se résout de lui-même : à force d’en manger, la flore intestinale se modifie afin de mieux assimiler ces aliments.

L’acide phytique, protection naturelle des plantes présente dans l’enveloppe des graines, peut aussi jouer un rôle dans l’inconfort digestif, puisqu’il empêche une bonne absorption des nutriments.

Pour s’en débarrasser ou en tout cas le réduire, la solution est de faire tremper les légumineuses dans l’eau froide avant la cuisson, en n’hésitant pas à changer l’eau plusieurs fois.

Les plats épicés

Sans épice, la cuisine est fade et triste. Mais, quand on a la main un peu lourde sur le curry et, surtout, sur le piment, la digestion peut réserver quelques mauvaises surprises. Les condiments, en particulier s’ils sont forts, peuvent entraîner des irritations du système digestif, de la gorge à l’estomac, en passant par l’oesophage.

Leur impact varie d’une personne à l’autre, selon la sensibilité de l’organisme mais aussi en fonction des habitudes alimentaires.

A noter, contrairement à ce que l’on pourrait penser, le poivre, lui, n’est pas concerné. C’est même le contraire puisqu’il facilite la digestion en stimulant la sécrétion de sucs gastriques.

Les crudités

Les crudités sont connues pour leur apport en vitamines, en fibres, ainsi que pour leurs antioxydants. On aime les servir en apéro ou les cuisiner en entrée. Mais attention, consommées en grande quantité, elles peuvent entraîner des troubles de la digestion. En effet, les fibres qu’elles contiennent peuvent irriter le tube digestif. Par ailleurs, sous l’effet de la fermentation, elles peuvent faire gonfler le ventre. Tout est question de quantité.

nadine-primeau-ftwfohtjnw-unsplash-taille640_5fbbdb4aa82a7.jpg

©nadine-primeau-unsplash

Les bonbons

Voilà un aliment que les estomacs n’aiment pas vraiment. Les bonbons et les chewing-gums sont souvent riches en dioxyde de titane qui rendent la digestion très difficile d’après une étude américaine. Mâcher de la gum fait aussi avaler de l’air ce qui entraîne des ballonnements. Enfin, les bonbons dits sans sucre ne sont pas meilleurs : ils peuvent contenir des polyols, certes peu caloriques mais hautement indigestes.

sylvanus-urban-xvyz_qeiebw-unsplash-taille640_5fbbdb0885f81.jpg

©sylvanus-urban-unsplash

Retrouvez toute l’actualité Santé ICI



Source link

Autres articles à lire

Vidéo : un mouton sauvage sauvé et débarrassé d’une toison de 35 kg en Australie

adrien

Livraison : 5 sites où acheter de la viande en ligne

adrien

Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir appelé les Américains à voter

adrien

Humour, théâtre, danse : que voir au théâtre dès le 19 mai ?

adrien

Les réactions se multiplient après la mort de Jacob Desvarieux, fondateur du groupe Kassav’

adrien

La Chine interdit le bitcoin aux institutions financières

adrien