heureux-qui.com
Image default
Fil Info

Le pire tueur en série des Etats-Unis est mort


Il était le tueur en série le plus meurtrier des Etats-Unis. Samuel Little est mort ce 30 décembre dans sa prison californienne, à l’âge de 80 ans.

Il avait avoué pas moins de 93 meurtres. Tous n’ont pas été prouvés, mais la police fédérale (FBI) a confirmé sa responsabilité dans l’assassinat de 50 personnes. Un palmarès morbide qui fait de Samuel Little le tueur le plus prolifique des Etats-Unis, devant Gary Ridgway, «l’assassin de la rivière verte», condamné à perpétuité pour avoir tué au moins 49 femmes dans les années 80. 

Comme Gary Ridgway, Samuel Little purgeait sa peine. Il était emprisonné depuis 2014 pour le meurtre de trois femmes. Atteint de diabète et de problèmes de coeur, il avait commencé depuis quelques années à confesser des dizaines d’autres meurtres. En majorité de femmes. 

Ses aveux sont toujours en ligne sur le site du FBI. On y voit Samuel Little, très calme, raconter avec précision ses rencontres avec ses victimes. Il s’appuie sur des portraits d’elles qu’il a lui-même dessinés. Mary Ann, 19 ans, tuée à Miami. Sheila, pas plus de 25 ans, tuée à Los Angeles. Jo, 26 ans, tuée dans l’Illinois. 

Elles étaient presque toutes des femmes isolées, issues des minorités afro-américaines ou hispaniques, junkies ou prostituées. La police pense que Samuel Little tuait celles qui n’attiraient pas l’attention. «Pendant des années, il a cru qu’il ne serait pas coincé parce qu’il pensait que personne ne se rendrait compte de la disparition de ses victimes», a analysé la criminologue Christie Palazzolo. 

Impunité

Une théorie confirmée par Samuel Little lui-même. Il a expliqué à Jillian Lauren, journaliste au New York Magazine : «Je n’ai jamais tué de sénateurs, ni de gouverneurs, ni de journalistes de New York. Rien de tout ça. Si je te tuais toi, je ferai les gros titres dès le lendemain. Non, je restais dans les ghettos.»

Sa stratégie a fonctionné pendant près de trente-cinq ans. Entre 1970 et 2005, Samuel Little a battu à mort et étranglé ses victimes dans près de 10 Etats différents. Les décès de celles-ci étaient souvent attribués à des overdoses, parfois à des accidents. Certains corps n’ont jamais été retrouvés. 

Pourtant, Samuel Little était déjà connu des services de police. Ancien boxeur, il se faisait régulièrement arrêter pour vol, viol, vol à main armée, possession de drogues… Et parfois pour meurtre. Mais à chaque fois, l’identité des victimes poussait la justice à ne pas l’inculper. Comme en 1976, lorsque Pamela Smith, une jeune droguée, est parvenue à lui échapper. Elle a raconté à la police que Samuel Little l’avait battue et violée. Considérée hystérique, son témoignage ne sera que peu entendu et Samuel Little sera condamné à seulement trois mois de prison. 

Son impunité prendra fin en 2012. Samuel Little est arrêté dans un centre de sans-abris du Kentucky pour une affaire de drogues. Mais le prélèvement de son ADN conduit une inspectrice à faire le lien entre lui et trois affaires de meurtres, encore non résolues. 

Victimes non identifiées

Samuel Little a été déclaré coupable. Mais même après des heures passées à démêler le vrai du faux, les enquêteurs n’ont pas réussi à identifier toutes les victimes. Ne restent que les portraits dessinés par le tueur. Ils représentent les visages de ces femmes assassinées. Parfois souriantes. 

Lors de leur entrevue, la journaliste Jillian Lauren avait confié à Samuel Little ne pas comprendre pourquoi il avait tué ces personnes. Il avait alors répondu : «Je pose à Dieu la même question tout le temps. Reposez-vous. Quand vous aurez compris pourquoi, écrivez-moi une lettre et faites-le moi savoir.»

Retrouvez toute l’actualité Criminalité ICI 



Source link

Autres articles à lire

Suspense autour du rendu du jugement Fillon

adrien

OVNIS : une affaire d’États, un documentaire fascinant à voir sur myCANAL

adrien

Largo Winch : «La fortune des Winczlav» revient aux origines de l’empire du héros culte

adrien

10 romans à feuilleter à la plage

adrien

Etats-Unis: des conservateurs ont-ils utilisé un symbole nazi pour la scène de leur événement annuel ?

adrien

Maîtres Gims divulgue ses conseils et lance sa masterclass en ligne

adrien