heureux-qui.com
Image default
Fil Info

« Le Hobbit : la désolation de Smaug » : quand Benedict Cumberbatch (Sherlock) jouait le dragon le plus riche de l’histoire


France 2 diffuse ce mardi 20 octobre à 21h05 le deuxième volet de la saga Le Hobbit : la désolation de Smaug (2013) dans lequel l’acteur Benedict Cumberbatch prête sa voix mais aussi ses expressions à un dragon.

Rempli de paysages féériques et de bastons épiques, le film de Peter Jackson, adapté du roman du même nom de J. R. R. Tolkien, suit le voyage périlleux de Bilbo le Hobbit vers la Montagne solitaire et le royaume perdu des nains d’Erebor. Accompagné de treize nains, il rencontrera notamment en chemin Beorn, être étrange qui a la capacité de changer de peau, une horde d’araignées géantes dans la Forêt Noire ou encore le dragon Smaug, détenteur d’un fabuleux trésor – un trésor évalué à 62 milliards de dollars américains selon le très sérieux magazine économique Forbes.

Une immense fortune qui a, pour la petite histoire, permis à Smaug de dominer le palmarès des quinze personnages fictifs les plus riches de 2013 devant Tony Stark (9,3 milliards). Il fallait bien un acteur charismatique pour lui donner le prestige qu’il mérite… Le réalisateur a confié à Benedict Cumberbatch le soin de prêter sa voix grave à la créature, mais aussi de lui donner corps. Précisons que la tête de l’animal est aussi grande qu’un autobus. Large à l’écran comme deux Boeing 747, ses écailles ont été peintes de manière digitale une par une pour un rendu plus naturel…

Un rôle sur mesure

« On ne cherchait pas un acteur qui ferait la voix classique d’un dragon, on cherchait quelqu’un qui allait nous surprendre dans son interprétation. Et cette personne a été toute trouvée avec Benedict Cumberbatch, qui a impressionné l’équipe lors de son casting. Toutefois, le tournage a été éprouvant pour l’acteur, qui a dû interpréter ses scènes à de nombreuses reprises pour que ses mouvements et expressions collent parfaitement au terrifiant Smaug », avait confié Peter Jackson dans un making-of.

« Un autre acteur me lisait les lignes, mais je ne pouvais pas interagir avec lui, le regarder comme je le fais dans une conversation. C’est comme si on redevenait un enfant qui joue dans sa chambre et qui invente un monde imaginaire. C’est très libérateur et étonnamment amusant ! », avait expliqué Benedict Cumberbatch à propos des séquences de motion capture. L’acteur s’est glissé dans un costume moulant à capteurs pour enregistrer les mouvements de son visage, de ses épaules et de ses mains pour animer la créature. Quant à la voix, l’interprète de Sherlock dit s’être inspiré de son père, l’acteur Timothy Carlton, qui lui lisait le Hobbit durant son enfance avec des « intonations rocailleuses et grondantes ». 

Retrouvez toute l’actualité de la télévision ICI

 





Source link

Autres articles à lire

Parkinson : ces 5 signes qui alertent sur l’arrivée de la maladie

adrien

VivaTech 2021 : 5 innovations étonnantes du salon des nouvelles technologies

adrien

Pourquoi les minicrédits sont dans le viseur de l’UFC-Que Choisir

adrien

«Parents d’élèves», «L’enfant rêvé», «Lupin III : The First» : voici les 3 films à voir ce mercredi 7 octobre

adrien

Twitch : pour dénoncer le cyberharcèlement, des utilisateurs organisent une journée de boycott

adrien

Euro 2021 : comment Christian Eriksen, toujours hospitalisé dans un état stable, a été sauvé

adrien