heureux-qui.com
Image default
Fil Info

Le festival d’Avignon démarre entre joie et précaution


Entre la joie des retrouvailles avec le public et les précautions sanitaires, la 75e édition du festival d’Avignon s’ouvre ce lundi 5 juillet, suivi du OFF mercredi 7 juillet.

Annulée l’année dernière en raison de la crise sanitaire, l’impatience est à son comble.  « Je suis euphorique, c’est comme si c’était mon premier festival! », s’est ainsi enthousiasmé Olivier Py, directeur du IN, auprès de l’AFP. « Avoir été privé du festival l’année dernière ne fait qu’accroître l’impatience, le désir de vivre celui-là. On a appris à quel point c’était précieux », poursuit celui qui considère cette 75eédition comme une renaissance.

Une 75e édition avec pour fil rouge un thème tourné vers l’avenir, baptisé « se souvenir de demain », qui accueillera jusqu’au 25 juillet, 45 spectacles dont plus de 35 créations, deux expositions et 40 lectures, offrant au total 150 propositions dans une quarantaine de lieux. Cette année, 131.500 billets seront mis en vente, soit plus de 20.000 qu’en 2019.

Une édition qui a toutefois annoncé hier l’annulation du spectacle de la chorégraphe sud-africaine Dada Masilo en raison de cas de Covid au sein de l’équipe, restée bloquée en Afrique du sud, pays particulièrement impactés par l’épidémie.  

Une édition sous contrôle sanitaire

Si tous les scénarios avait été envisagés il y a encore quelques semaines, les spectacles se tiendront finalement devant une jauge à 100 %, comme l’avait annoncé le préfet du Vaucluse le 24 juin dernier. Mais face à la menace du variant Delta, le festival reste vigilant. 

Contrairement au reste de l’Hexagone, les masques sont ainsi obligatoires dans les rues avignonnaises, dont la fréquentation explose durant le festival. Quatre centres de dépistage ont été installés et des distributions d’autotest sont prévues. Dans les salles, le port du masque est évidemment toujours en vigueur, sans compter que les lieux seront aérés 40 minutes entre chaque créneau de spectacle. 

Le pass sanitaire sera lui obligatoire, uniquement pour les spectacles qui se tiendront dans la Cour du Palais des papes, seul lieu amené à accueillir plus de 1000 personnes, où se produira notamment dès ce soir Isabelle Huppert dans «La cerisaie» de Tchekhov, sur une mise en scène de Tiago Rodrigues. « En dehors de la Cour d’honneur du Palais des papes, aucun autre justificatif que votre billet ne vous sera demandé sur l’ensemble de nos sites », précise le festival In sur son site.

 « On a un préfet qui fait attention à tout ça et les théâtres aussi », explique de son côté Sébastien Benedetto, président de l’association qui gère le festival Off, également directeur du théâtre des Carmes. Lui qui ne misait pas sur une jauge à 100 %  s’en félicite, et a fait part de son soulagement à l’AFP. « C’est un peu la course pour tout le monde, mais on est soulagé que le festival se tienne », a-t-il expliqué, d’autant que le public, privé d’édition 2020, répond visiblement présent. « On avait un peu d’appréhension par rapport au public, mais petit à petit on est rassuré car on vend pas mal de billets et de cartes d’abonnements », autant qu’en 2019. 

Une bonne nouvelle pour le festival Off qui accueillera, quant à lui, 1070 spectacles cette année, contre 1592 en 2019, une année record. Le coup d’envoi sera donné mercredi 7 juillet pour un peu plus de trois semaines, jusqu’au 31 juillet. 

 





Source link

Autres articles à lire

Vaccin Pfizer/BioNTech : une plate-forme ouverte pour recenser les effets indésirables

adrien

Une possible fuite dans une centrale nucléaire chinoise surveillée de près

adrien

Paris : grâce à une association, les lapins de garenne pourraient ne plus être chassés des Invalides

adrien

Le président Loukachenko rejette une médiation étrangère pour sortir de la crise

adrien

Souleymane Cissokho : «cette soirée m’a fait beaucoup fait grandir»

adrien

Le Meilleur pâtissier : la saison 10 débute le 7 octobre

adrien