heureux-qui.com
Image default
Fil Info

Lady Gaga révèle être tombée enceinte après avoir été violée


Dans une interview poignante, Lady Gaga confie avoir été violée à l’âge de 19 ans par un producteur qui l’a ensuite abandonnée dans un coin de rue enceinte. Un événement atroce qui lui a causé un profond mal-être et des douleurs physiques et psychiques qui perdurent encore aujourd’hui.

C’est à l’occasion de son interview pour « The Me You Can’t See », la série documentaire dédiée à la santé mentale produite par le prince Harry et Oprah Winfrey, que la chanteuse est revenue sur ce terrifiant épisode de sa vie qui a bouleversé toute son existence.

« J’avais 19 ans, et je travaillais dans le milieu, et un producteur m’a dit : ‘Enlève tes vêtements’, se souvient la jeune femme. Et j’ai dit non », dit-elle. Mais le producteur a alors proféré des menaces. « Il me disait qu’il allait brûler ma musique si je ne me déshabillais pas. » Sous la contrainte, elle n’a pas finalement pas pu résister à son agresseur : « Je me suis juste figée », raconte-t-elle.

« J’ai d’abord ressenti une douleur intense, puis je suis devenue engourdie. Et puis j’ai été malade pendant des semaines et des semaines et des semaines et des semaines après, et j’ai réalisé que c’était la même douleur que j’avais ressentie lorsque la personne qui m’avait violée m’avait déposée enceinte au coin de la rue».

Syndrome de stress post-traumatique, épisode psychotique et pensées suicidaires

« La personne qui m’a violée m’a abandonnée enceinte chez mes parents. Je vomissais et j’étais malade parce que j’avais été maltraitée », explique-t-elle. « Je me suis enfermée dans un studio pendant plusieurs mois. J’ai eu un épisode psychotique total. Pendant quelques années, je n’étais plus la même fille », raconte Stefani Germanotta, de son vrai nom, dans l’épisode 1 de The Me You Can’t See.

Plusieurs années après, elle a ressenti de violentes douleurs physiques, symptômes d’un syndrome de stress post-traumatique qui continue aujourd’hui encore de la hanter. « J’ai eu tellement d’IRM et de scans… Ils ne trouvaient rien, mais mon corps se souvenait», dit-elle. «C’est comme si votre cerveau se déconnectait. Vous vous demandez pourquoi personne d’autre ne panique, mais vous êtes dans un état de paranoïa totale. »

Lady Gaga raconte être passée par des périodes très sombres, avec des épisodes d’automutilation et des pensées suicidaires. « J’ai déjà pensé à mourir, je me suis déjà demandé si j’allais mettre fin à mes jours, mais j’ai appris les moyens de m’en sortir », confie-t-elle.

« Je ne suis pas ici pour vous raconter mon histoire parce que je veux que les gens pleurent pour moi», tient-elle à préciser. Cette démarche de parler fait « partie de la guérison », explique-t-elle, encourageant toutes les victimes à ouvrir leur cœur à quelqu’un : « je vous le dis, je suis passée par là et il faut de l’aide. »

Si elle a décidé de prendre la parole, la chanteuse préfère cependant taire le nom de son agresseur. « Je ne dirai pas son nom. Je comprends le mouvement #MeToo, et je comprends ceux qui sont à l’aise avec ce mouvement, mais moi je ne le suis pas. Je refuse d’être à nouveau confrontée à cette personne », a-t-elle déclaré.

Lady Gaga avait déjà évoqué ses souffrances

Ce n’est pas la première fois que la star évoquait les conséquences du viol qu’elle a subi. Des conséquences qui peuvent survenir parfois des années après le traumatisme, et générer une profonde souffrance. « J’ai été violée à plusieurs reprises quand j’avais 19 ans, ce qui m’a fait développer un syndrome de stress post-traumatique, qui résultait de ces derniers et de mon incapacité à gérer ce traumatisme », avait confié la chanteuse le 4 janvier 2020 – à Oprah Winfrey, lors du Oprah’s 2020 Vision : Your Life in Focus.

« Je suis soudain devenue une star et parcourais le monde en allant de la chambre d’hôtel au garage en limousine en passant par la scène (…) Puis, tout d’un coup j’ai commencé à ressentir cette douleur intense dans tout mon corps et qui était similaire à celle que j’avais ressenti après avoir été violée », avait-elle détaillé. « Ce qui est intéressant, c’est que, grâce à la recherche neuropsychologique et à ma relation avec mes docteurs, on peut traiter la fibromyalgie par une thérapie psychologique. Et la santé mentale est quelque chose de médical, cela devrait être traité comme tel et non ignoré », avait-elle souligné.

« Mon propre traumatisme m’a aidée à comprendre celui des autres. La méditation m’aide à me calmer. Je n’ai pas le même genre de problèmes que vous mais j’ai une maladie mentale et je lutte avec ça chaque jour, donc j’ai besoin de mon mantra pour m’aider à me détendre. Je souffre de stress post-traumatique. Je n’en avais jamais parlé à personne avant, avait-elle aussi révélé en 2019 au Today Show. La gentillesse des docteurs, de mes amis et de ma famille m’a vraiment sauvé la vie.  J’ai cherché de nombreuses méthodes pour me soigner, et la meilleure d’entre elles est d’aider les personnes qui ont vécu des traumatismes, leur envoyer des pensées positives. C’est important de leur rappeler qu’ils ne sont pas seuls et qu’ils sont aimés. Je ne suis pas meilleure qu’eux, je ne suis pas pire qu’eux : nous sommes égaux, nous marchons sur la même terre et nous sommes tous dans le même bateau », avait-elle conclu.

Bande-annonce de «The me you can’t see» :



Source link

Autres articles à lire

Mairie de Marseille : pourquoi l’élection de Benoît Payan fait débat

adrien

la marie de Paris valide la mise en place d’un accord-cadre d’indemnisation

adrien

Paris : à quoi sert le «diagnostic genré» d’un parc

adrien

«Nous n’avons pas peur» : la cheffe de file de l’opposition en Biélorussie appelle à l’unité

adrien

SNCF : réductions, conditions…tout ce qu’il faut savoir sur la carte de réduction commune

adrien

La Polynésie française va rouvrir ses frontières en juillet pour sauver son tourisme

adrien