heureux-qui.com
Image default
Fil Info

La population de l’Afrique pourrait tripler d’ici à 2100


Une démographie mondiale chamboulée. La population de l’Afrique subsaharienne pourrait tripler d’ici à la fin du siècle, passant de 1 à 3 milliards d’habitants, selon une étude publiée le 14 juillet dernier dans la prestigieuse revue médicale The Lancet.

D’après les chercheurs de l’Institute for Health Metrics and Evaluation (IHME), l’Afrique subsaharienne devrait durant cette période rester la région du monde avec le taux de fécondité le plus élevé. Jusqu’en 2063, ce dernier devrait être au-dessus du seuil de renouvellement des générations, fixé à 2,1 enfants par femme, avant de décliner. 

C’est le Nigeria qui devrait connaître la hausse de population la plus vertigineuse. Elle devrait être mutipliée par près de 4 entre 2017 et 2100, passant de 206 millions à 791 millions, faisant du Nigeria le deuxième pays le plus peuplé de la planète à la fin du siècle, derrière l’Inde (1,1 milliard) mais devant la Chine (732 millions).

De deux pays à plus de 100 millions d’habitants en 2017, l’Afrique devrait en compter pas moins de neuf en 2100 : l’Egypte, la République démocratique du Congo (RDC), l’Ethiopie, Madagascar, la Tanzanie, l’Ouganda, le Tchad, le Niger et le Nigeria. Le continent devrait alors placer quatre Etats dans le top 10 des pays les plus peuplés de la planète.

La démographie mondiale [Cléa PÉCULIER / AFP]

Mais l’Afrique est une exception. Hormis celle-ci et le Moyen-Orient, toutes les régions de la planète vont voir leur population baisser d’ici à 2100, en raison de la chute du taux de fécondité. A l’échelle mondiale, il devrait passer de 2,37 à 1,66. D’après les projections de l’IHME, basé à Seattle et financé par la Fondation Bill et Melinda Gates, 183 pays sur les 195 étudiés auront d’ici à la fin du siècle un taux de fécondité inférieur à 2,1 enfants par femme.

Un déclin démographique mondial à partir de 2064

En conséquence, la population mondiale pourrait atteindre son pic en 2064, à 9,7 milliards d’individus (contre 7,6 milliards en 2017), puis décliner à partir de cette date. En 2100, il pourrait n’y avoir plus que 8,8 milliards d’êtres humains sur Terre. Certains pays pourraient même voir leur population fondre de moitié d’ici là, tels que la Chine (de 1,4 milliard à 732 millions), le Japon (de 128 millions à 60 millions), l’Espagne (de 46 à 23 millions) ou l’Italie (de 61 millions à 31 millions).

Un continent jeune, peu dense, habitué des épidémies... Tous ces ingrédients ont sans doute permis à l'Afrique de bien résister face au coronavirus.

Mais ces chiffres sont à prendre avec précaution. Ce ne sont en effet que des projections basées sur un modèle mathématique, qui prend seulement en compte les taux de fécondité, de migration et de mortalité. «2100 est un horizon très lointain. Autant, pour 2050, dans trente ans, c’est une génération, les projections sont solides. Mais d’ici à quatre-vingts ans, beaucoup de choses peuvent se passer», tempère dans Le Monde le démographe Gilles Pison, qui n’a pas participé à l’étude.

D’autant plus que ces prévisions ne collent pas avec celles de l’ONU. L’organisation internationale prédit une hausse continue de la population mondiale d’ici à 2100. A la fin du siècle, elle atteindra selon elle 10,9 milliards d’habitants, soit environ 2 milliards de plus que dans la projection de l’IHME.

Retrouvez toute l’actualité internationale ICI



Source link

Autres articles à lire

Lego Super Mario : Tout savoir sur la nouvelle gamme de jouets

adrien

«Je me fiche qu’il n’aime pas les Noirs» : le rappeur 50 Cent annonce qu’il votera pour Donald Trump

adrien

L’ex-Top Chef Victor Mercier lance un service de livraison à prix libres

adrien

Corée du sud : une députée vivement critiquée pour avoir porté une robe à l’Assemblée

adrien

Ces 6 sports qui brûlent le plus de calories

adrien

Procès du «tueur de Twitter» : ce que l’on sait de l’affaire

adrien