heureux-qui.com
Image default
Fil Info

La jeune pépite de l’ASVEL Victor Wembanyama veut s’«affirmer comme un joueur potentiellement dominant»


Il est annoncé comme un futur très grands joueurs du basket français mais aussi international. A seulement 17 ans, Victor Wembanyama a déjà tout d’un grand et se montre surtout sûr de ce qu’il veut : apporter ce que la sphère de la balle orange n’a encore jamais connu.

Cet été, il a fait trembler la sélection U19 en finale du championnat du monde (défaite 81-83) avant de quitter son cocon du Nanterre 92 pour rallier l’ASVEL de Tony Parker. S’il compte marcher sur les traces de son illustre aîné en rejoignant la NBA -il pourrait se présenter à la draft 2023-, Victor Wembanyama compte laisser sa propre empreinte sur l’histoire du basket.

En marge du Media Day organisé par la LNB, la recrue phare de Lyon-Villeurbanne s’est confiée sur ses objectifs personnels. Le joueur de 2m19 pour 102 kilos ne souhaite pas griller les étapes mais bien progresser chaque jour, à son rythme, vers le sommet de son sport.

Première étape, la première journée de Betclic Élite, ce dimanche (17 heures) avec la réception de Gravelines-Dunkerque, quelques jours avant de se frotter au gratin européen de l’Euroligue.

Pouvez-vous nous dire un mot sur les championnats du monde avec les U19 ?

Durant ce mondial, j’ai été confronté à un niveau de jeu différent de ce que j’avais connu durant la saison. En passant des pros aux U19, j’ai eu l’impression d’avoir un niveau d’expérience que certains adversaires ou même coéquipiers n’avaient pas. J’ai essayé vraiment de me servir de ça pour porter le groupe vers le haut et être un leader. Je pense que c’était vraiment une bonne expérience. Ma meilleure campagne en équipe de France avec un vrai groupe et une vraie alchimie.

Vous avez quitté votre équipe de formation, Nanterre 92, pour rejoindre l’ASVEL…

J’ai découvert un univers différent de ce que je connaissais. Très axé sur le travail individuel, ce qui est déjà une énorme différence avec ce que j’ai connu avant. Le niveau expertise et de précision sur le travail individuel ainsi que tout un programme de développement musculaire et technique.

Avez-vous un ou des joueurs à suivre comme exemple ?

Si je devais choisir un joueur, ça serait Charles Kahudi qui est dans mon équipe. Il joue le rôle de mentor, pas seulement pour moi mais pour toute l’équipe. C’est sûr que je le suivrai lui et ses conseils. Au niveau du championnat de France, on dit que le niveau sera élevé cette saison et c’est forcément excitant.

Sur quels aspects personnels dois-tu travailler ?

Je dois prendre du muscle mais le but mais n’est pas de devenir un bodybuilder. C’est d’être bien gainé, solide. Je pense qu’il n’y a pas besoin que j’atteigne les 125 kilos ou un poids trop extravagant. Personnellement, je préfère garder mon agilité et ma vitesse. La prise de poids ne doit pas être trop brusque. Le jour où, je l’espère, j’arriverai en NBA, je n’aurai pas atteint mon poids maximal car avec les années je continuerai à prendre 4,5 ou 6 kilos par an.

En venant à l’ASVEL, as-tu reçu des garantis sur ton temps de jeu et comment appréhendes-tu la découverte du haut niveau européen avec l’Euroligue ?

Chacun aura le temps qu’il méritera. Ça c’est clair. Si je suis performant je jouerai. Surtout, je n’ai pas de doutes sur nos performances et sur les miennes non plus.

Au niveau de l’Euroligue, il s’agit d’une nouvelle expérience donc on va voir ce que ça va donner. Je pense que ça va bien se passer. D’année en année, j’essaie de monter le niveau et ça se fera plus ou moins vite, dans la continuité. J’espère être dans la lignée de l’année dernière, avoir une progression tout au long de la saison. Je sais que je ne mettrai pas 20 points par match dès les premières journées.

Au niveau du championnat de France, le but va m’être de m’affirmer, comme un joueur potentiellement dominant. Tout simplement monter en puissance. De match en match, d’année en année, saison après saison.

Au niveau scolaire, tu as obtenu ton bac avec un an d’avance. Ambitionnes-tu de poursuivre les études ?

Pas concrètement mais une formation oui. J’espère que je ne resterai jamais sans m’instruire. J’aime bien lire, apprendre. J’aime bien apprendre de nouvelles choses chaque jour. J’ai notamment des projets d’enseignements pour plus tard.





Source link

Autres articles à lire

Voici les 3 meilleurs shampoings d’après 60 millions de consommateurs

adrien

Brexit : passeport, taxes… ce qui change au 1er janvier

adrien

Canneseries : la saison 4 de Dix pour Cent à l’honneur pour la clôture du palpitant festival

adrien

Les 3 infos majeures, hors coronavirus, de ce mardi 26 mai

adrien

Antoinette Guhl, candidate EELV à la législative partielle dans le 20e arrondissement : «La droite est le vrai adversaire»

adrien

Le monopole des GAFA vacille aux Etats-Unis

adrien