heureux-qui.com
Image default
Fil Info

La fermeture du magasin historique Tati Barbès fait réagir Twitter


Clap de fin pour le site historique. Fortement touché par la crise sanitaire, le magasin Tati du boulevard Barbès à Paris, le dernier commerce de l’enseigne vichy rose en France, va bientôt fermer ses portes. Une nouvelle qui n’a pas manqué de faire réagir.

Le président du groupe Tati, Philippe Ginestet, avait annoncé le 16 juillet 2019 la fermeture de 13 magasins tandis que les autres (une centaine) sont passés sous pavillon Gifi, l’autre marque du groupe.

Seul le magasin de Barbès, installé dans le 18e arrondissement de la capitale depuis 1948, a gardé son nom. Malheureusement, lui aussi va disparaître, a annoncé ce mardi le groupe.

Le magasin «a accusé une baisse de 60% de ses ventes entre le 1er octobre 2019 et le 31 mai 2020 par rapport à la même période l’année précédente», a précisé le directeur général délégué Thierry Boukhari dans un communiqué.

«BarbÈs sans Tati c’est plus BarbÈs»

Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes ont témoigné de leur tristesse. «RIP Tati Barbès. (…) Le seul magasin au monde où mon daron nous disait de prendre ce qu’on voulait», «Un mythe de notre jeunesse parisienne qui disparaît ! Ces néons kitchs à souhait vont me manquer», «Tati qui ferme, mon cœur saigne», peut-on notamment lire sur Twitter.

Une internaute a même comparé la fermeture du magasin à la perte d’un proche, tandis qu’une autre se demande déjà par quoi il va être remplacé.

Retrouvez toute l’actualité nationale ICI





Source link

Autres articles à lire

Comment l’affaire Navalny complique les relations UE-Russie

adrien

Pourquoi Anne Hidalgo ne sera pas «officiellement» élue maire ce soir

adrien

Ile-de-France : problèmes en vue dans plus de la moitié des lycées pour accueillir les élèves à la cantine

adrien

JO de Tokyo : un entraîneur de cyclisme allemand renvoyé après des propos racistes

adrien

Téléviseurs : Samsung, Sony, LG… Les constructeurs font la course à l’innovation

adrien

Sanofi veut supprimer 1.700 emplois en Europe, dont un millier en France

adrien