heureux-qui.com
Image default
Fil Info

Journée internationale des filles : 5 chiffres chocs sur leurs conditions de vie


A l’occasion de la Journée internationale des filles, l’ONG Plan International publie ce lundi 11 octobre un rapport sur le travail des enfants et l’exploitation des petites filles dans le monde. Aggravés par la pandémie, les chiffres sont accablants.

63 millions de jeunes filles contraintes à travailler

Les enfants sont de plus en plus nombreux à travailler, alerte Plan International dans son rapport. Ils sont environ 160 millions en 2021, soit 8 millions de plus qu’en 2016. Parmi eux, on compte 63 millions de jeunes filles. Un chiffre énorme mais malheureusement sous-estimé en raison de la difficulté à quantifier l’importance du travail domestique ou de l’exploitation sexuelle. Le travail des filles est particulièrement élevé dans les pays pauvres et dans les zones de conflits.

1 fille sur 5 n’a pas accès à l’éducation

Dans le monde, 132 millions de filles ne vont pas à l’école. Un droit qui leur est pourtant garanti par la Convention internationale des droits de l’enfant. Les freins à l’éducation des filles sont nombreux, liste Plan International : «mariages forcés, grossesses précoces, travail forcé, esclavage domestiques, violences, etc.». Résultat : une fille a 2,5 fois plus de risque d’être déscolarisée qu’un garçon. Pour lutter contre la déscolarisation, l’ONG propose de parrainer un enfant.

40% des enfants soldats sont des filles

On estime à 300.000 le nombre d’enfants soldats dans le monde. Dans les pays en guerre, «l’incidence du travail des enfants est 77 % supérieure à la moyenne mondiale», note Plan International. En temps de guerre, les filles et les adolescentes se retrouvent exposées à des «violences de genre». Elles sont ainsi utilisées comme combattantes, esclaves sexuelles, espionnes ou «boucliers humains».

4,4 millions de filles astreintes au travail domestique

Difficile à mesurer, le travail domestique désigne «l’ensemble des tâches ménagères non rémunérées et informelles, effectuées par les filles dans leur propre foyer ou dans d’autres familles». Cela comprend le ménage, la cuisine, la lessive ou encore les soins apportés aux personnes âgées ou malades. Le travail domestique est particulièrement dangereux quand il se caractérise par de longues heures de labeur (plus de 21 heures par semaine), un environnement malsain, des équipements non sécurisés et des tâches lourdes à effectuer.

Covid-19 : 11,2 millions de filles pourraient abandonner l’école 

La pandémie et la hausse du niveau de pauvreté ont aggravé les conditions de vie des enfants dans le monde. Selon les calculs de Organisation internationale du travail (OIT),  le travail des enfants augmente de 0,7 % à chaque fois que la pauvreté augmente de 1 %.

Le calvaire des Afghanes

Ainsi, de nombreuses filles ne pourront pas reprendre le chemin de l’école, contraintes à travailler pour subvenir aux besoins de leur famille ou de s’occuper des tâches domestiques.





Source link

Autres articles à lire

Colissimo : Quatre personnes interpellées pour avoir détourné près de 100.000 euros de marchandise

adrien

Ces 5 albums à écouter au mois d’octobre

adrien

Climat : nouvelle journée d’action mondiale ce vendredi, à l’appel de Greta Thunberg

adrien

DIRECT – Coronavirus : le vaccin Pfizer pourrait être disponible début 2021 en Europe

adrien

PACA : le maintien de l’écolo Felizia au 2nd tour fait des vagues

adrien

Gad Elmaleh, Eric Antoine, « Le petit coiffeur »… Les spectacles à voir en livestream en ce début d’année

adrien