heureux-qui.com
Fil Info

Jean Graton, créateur de Michel Vaillant, est décédé à l’âge de 97 ans

Notez cet article


Il a émerveillé des générations de jeunes lecteurs avec ses albums de Michel Vaillant, le célèbre pilote de course qu’il avait inventé en 1957 pour le Journal de Tintin. Jean Graton, dessinateur et scénariste de bande dessinée, est décédé ce jeudi 21 janvier à Bruxelles, entouré des siens, à l’âge de 97 ans.

Fils unique né à Nantes en 1923, il a rapidement attrapé le virus de la course automobile, grâce à son père, commissaire au Club Motocycliste Nantais et organisateur de courses régionales. Ce dernier le fera assister à 14 ans à ses premières 24 Heures du Mans. Ce goût pour les voitures de course et l’ambiance qui règne autour des circuits ne le quittera plus, et ces souvenirs de jeunesse seront pour beaucoup dans la précision qu’il allait apporter ensuite à ses albums de Michel Vaillant. Après-guerre, la capitale et l’avenir de la BD en Europe se trouvent à Bruxelles.

capture_decran_2021-01-21_a_18.13.55-taille640_6009b6a2c97f4.jpg

Image tirée de l’album n°40 «Rififi en F1» © Dupuis

C’est donc là-bas qu’il effectuera ses premiers pas dans le Neuvième art, à l’agence World’s Press, pour y fournir du contenu pour la revue Spirou. Comme tout jeune auteur, il rêve de pouvoir un jour écrire ses propres histoires. Ce sera chose faite à partir de 1953, après qu’il ait intégré la rédaction du journal Tintin, avec des récits réguliers de quatre pages. Déjà, les circuits automobiles font leur apparition dans ses récits, avec La première ronde, qui se déroule lors du Grand Prix de Belgique de Formule 1. Alors qu’on lui suggère de créer un héros pilote de course, c’est en s’inspirant de ses voisins, dont les deux fils pratiquent la moto et dont l’un s’appelle Michel, qu’il imaginera celui qui lui apportera le succès. Puisque son héros est courageux, il s’appellera Michel Vaillant.

Le succès d’une petite entreprise

Il faudra attendre 1959 pour qu’il publie un album entier consacré à son héros, Le garnd défi. Dès lors, le succès ne s’arrêtera plus. Un succès réunissant 70 albums, tous salués pour l’extrême précision et la véracité des décors, des véhicules, et de l’atmosphère des circuits. En vrai reporter, il n’hésitera pas à se rendre sur les plus grands rendez-vous de la course automobile : Le Mans, Indianapolis, Monaco…Qui seront autant d’occasions de vanter les exploits de son héros, face à son éternel rival, l’américain Steve Warson. Pour les lecteurs, c’était aussi une manière originale de suivre l’évolution des techniques et des modèles qui s’alignaient sur la grille de départ, à l’image d’un Buck Danny pour l’aviation. Les bolides de l’écurie Vaillant n’avaient rien à envier à ceux des constructeurs, grâce notamment à un travail de documentation représentant des milliers de photos, plans, et documents. 

S’il lançait d’autres séries en parallèle, comme Les Labourdet, scénarisé par sa femme, ou la série Julie Wood, héroîne pilote de moto qui devait retrouver Michel Vaillant dans un album crossover, c’est bien la Formule 1 qui restait son pré carré, jusqu’à créer sa propre maison d’éditon, Graton éditeur.

dm_img_paysage_avant_crop_pg_2003_08_collection_fondation_jean_graton_002_6009b57c32e28.jpg

© Fondation Jean Graton

Avec son sens inné du mouvement et la véracité de ses récits, il recevait le meilleur des hommages de la part même des professionnels de la course automobile. Jacky Ickx se liait d’amitié avec lui, quand Alain Prost avouait qu’il devait à Michel Vaillant sa vocation. 

Avec 20 millions d’albums vendus, des bd traduites en une douzaine de langues, et des adaptations pour la télé comme pour le cinéma ( en 2003, réalisé par Louis-Pascal Couvelaire), il pouvait prendre place parmi les géants de l’âge d’or de la BD franco-belge, comme Udrezo, Goscinny, Franquin ou encore Charlier, et passer la main à son fils Philippe, déjà scénariste sur ses albums, en 2004.

Ce dernier avait précédemment offert un second souffle au héros des circuits en lançant les Dossiers Vaillant. Ultime clin d’oeil à Jean Graton, un prototype Vaillante numéro 31, pilotée par Canal, N.Prost, B.Senna et F.Albuquerque remportait le championnat du monde d’endurance 2017 de sa catégorie.

Des hommages de toutes les générations

Avec une telle durée de vie, le décès de Jean Graton ne pouvait que provoquer une pluie d’hommages sur les réseaux sociaux. Politiques, artistes, professionnels du milieu de la course automobile, tous se rappellent avec émotions leur passion pour le héros Michel Vaillant.

Ceratins ressortent les photos d’archives, comme une ultime preuve de l’aura du héros dans le monde, comme ici avec Steve McQueen :

Retrouvez toute l’actualité de la BD ICI





Source link

Autres articles à lire

Coronavirus : le Brésil dépasse l’Italie en nombre de morts, appel à un vaccin pour tous

adrien

Athlétisme : le programme complet des championnats d’Europe 2021

adrien

Pourquoi les chiens ont-ils peur de l’orage ?

adrien

Une statue de Dolly Parton à la place de celle d’un leader du Ku Klux Klan ?

adrien

Impôts 2021 : date limite, changements, aides Covid… tout ce qu’il faut savoir pour remplir sa déclaration

adrien

DIRECT – Coronavirus : la Polynésie refuse toujours de se confiner

adrien