heureux-qui.com
Fil Info

il est désormais possible de faire de la glisse sur l’eau à Paris

Notez cet article


«Un spot de glisse unique à Paris»… Voilà ce que nous réserve «Wave in Paris», inauguré ce jeudi 10 juin, qui propose à tous de s’initier aux sports de glisse sur l’eau. Et ce, grâce à une vague artificielle propulsée par deux pompes.

Un projet né en 2017, lorsque Jean-Baptiste Piette et son associé décident de répondre à un appel d’offres de la mairie de Paris, «Paris, terrain de jeux», qui met à disposition plusieurs sites dans la capitale à destination de projets sportifs.

Après avoir remporté l’appel d’offres, ils héritent d’un terrain vague situé au 107, rue de la Croix Nivert (15e) pour un bail de 15 ans, où ils imaginent ce nouveau concept.

UNE TECHNOLOGIE IMPORTÉE DES ETATS-UNIS

Quatre ans et 4 millions d’euros investis plus tard, ils vont enfin pouvoir ouvrir au public leur salle unique en son genre dans la capitale et même en Île-de-France, ce jeudi. «Fun, ludique et accessible, l’activité mêle les sensations du surf, du snowboard, du skateboard et du wakeboard», peut-on lire sur le site de «Wave in Paris».

Le concept ? Venue tout droit des Etats-Unis, la technologie Flowrider consiste à projeter de l’eau à forte puissance sur une toile tendue en plan incliné, afin de créer «une vague statique» plus ou moins puissante. Dès l’âge de 4 ans, tout le monde peut ensuite y glisser et réaliser des figures dans une eau naturellement chauffée à 27 degrés.

Deux pratiques proposées

Deux pratiques y sont proposées, encadrées par des instructeurs : le «bodyboard», qui se pratique allongé sur la planche et le «flowboard», qui se pratique debout sur une petite planche et dont les sensations se rapprochent du skate ou du snow. Et en cas de chute (inévitable), la toile tendue apporte un «effet trampoline», qui amortit les chocs. Ou permet aux plus habiles d’y trouver un rebond nécessaire pour faire des figures et des sauts. 

Ouvert à tous, «Wave in Paris» est accessible sur réservation dès 20 euros (pour une session d’une heure) en heures creuses, dès 10h du matin, et jusqu’à 45 euros (pour une session d’une heure) le soir et le week-end. Dans un premier temps, notamment à cause du Covid, les sessions sont ouvertes à 8 participants maximum qui se relaient sur la vague, mais sont prévues pour accueillir le double.

Il sera également possible de privatiser la vague, pour un séminaire d’entreprise, pour un anniversaire d’adultes ou d’enfants, ou encore pour les enterrements de vie de garçon ou de jeune fille. Et si le pari d’ouvrir une salle de loisirs en cette période de crise sanitaire peut s’avérer risqué, Jean-Baptiste Piette se montre confiant : «on va voir ce que ça va donner, mais les gens ont besoin de s’amuser et de retrouver le goût des choses simples».

Du squash et un restaurant 

En parallèle, le centre est doté de quatre cours de squash à l’étage ouverts à tous dès 8h30, pour un début de session à 8h45, et également privatisables. Deux tarifs seront pratiqués : l’un à 9 euros par personne en heures creuses et l’autre à 18 euros par personne au déjeuner, le soir et le week-end. Des formules sont aussi accessibles, avec des prix dégressifs.

Et pas question que «le centre reste figé», souligne Loïc Revol, le responsable communication de la structure, qui ne manque pas d’ambition pour faire vivre le lieu et envisage déjà de faire venir des escape games, et d’autres activités de réalité virtuelle, sur les cours de squash.

A noter enfin qu’un restaurant «Rice Trotters» a été installé au rez-de-chaussée de «Wave in Paris». Il sera ouvert midi et soir, pour les pratiquants de la salle, mais pas que, puisque l’offre – proposée autour du riz et de la cuisine du monde – sera disponible pour tous, sur place, à emporter ou sur livraison.





Source link

Autres articles à lire

Ferland Mendy : «je suis complètement épanoui au Real Madrid»

adrien

Roche : tout savoir sur le traitement anti-covid prometteur du laboratoire suisse

adrien

Policier tué à Avignon : ce que l’on sait

adrien

Déconfinement : ces 5 questions que va devoir éclaircir Jean Castex

adrien

Vidéo : L’échange entre Thomas Pesquet et Kylian Mbappé depuis l’espace

adrien

Paris : une nouvelle fête géante aux Invalides dispersée par la police

adrien