heureux-qui.com
Image default
Fil Info

Homophobie : deux jeunes hommes agressés à Ajaccio après s’être embrassés en public

Notez cet article


Deux jeunes hommes ont été agressés à la sortie d’un bar du centre-ville d’Ajaccio pour avoir échangé un baiser en public.

L’agression s’est déroulée à la mi-juin selon France 3 Corse qui a rendu publique cette affaire. Les deux hommes ont été pris à partie par quatre ou cinq personnes qui n’avaient pas apprécié de les voir s’embrasser. L’une des deux victimes s’est vu prescire cinq jours d’ITT. 

Laurent Marcangeli, le maire (DVD) d’Ajaccio a dénoncé, ce vendredi 10 juillet, cette agression homophobe, la qualifiant «d’insupportable» et assurant de sa volonté de «lutter contre toute forme de discrimination».

«agression insupportable»

Jeudi, «les associations Larcu et BCV-Aiacciu ont alerté la municipalité qu’une plainte pour ‘coups et blessures avec ITT’ a(vait) été déposée au commissariat d’Ajaccio, à la suite d’une agression à caractère homophobe», relate dans un communiqué Laurent Marcangeli qui «condamne très fermement cette agression insupportable».

«Les victimes de violences homophobes me trouveront toujours à leur côté : je leur dis tout mon soutien et toute ma solidarité», a-t-il ajouté, souhaitant «que toute la lumière soit faite sur cette affaire».

deuxième agression avec coups et blessures à Ajaccio

«Nous vous informons qu’un couple de jeunes gays d’Ajaccio a subi une agression en bande pour s’être embrassés en public», a publié sur les réseaux sociaux l’association Arcu -LGBTI+ Corsica.

«Bien que choqués – et nous le sommes avec eux – d’avoir été victimes de coups et blessures avec ITT, dans leur propre ville, pour un simple baiser, ils ont porté plainte et sont déterminés à ne pas laisser passer», ajoute l’association qui assure que c’est «la deuxième agression avec coups et blessures à Ajaccio depuis le passage à tabac d’un touriste gay par une bande de jeunes adultes en août dernier».

Sa plainte a été classée sans suite, précise l’association qui dénonce également un «guet-apens tendu à Bastia par des adolescent(e)s à un adhérent de notre association», des faits qui n’ont «pas pu faire l’objet d’un dépôt de plainte», regrette l’association. «Nous avons le droit d’aimer qui on veut en Corse, sans avoir à craindre pour nos vies, notre santé, nos familles, nos images, nos réputations», a-t-elle martelé.

Retrouvez toute l’actualité société ICI





Source link

Related posts

Le président de l’OM veut «transformer» le club en s’inspirant du monde de l’entreprise

adrien

Le Musée du Louvre rouvre lundi en version post-Covid

adrien

Il s’introduit un câble de téléphone dans l’urètre mais dit aux médecins qu’il l’a avalé

adrien