heureux-qui.com
Image default
Fil Info

Halloween : les 10 meilleurs films d’horreur de tous les temps


A Halloween, on adore se faire peur. Si cette année, la distribution de bonbons en costume de monstres risque d’être compromise en raison du Covid-19, on optera pour un bon film d’horreur, cachés sous la couette. La rédaction de CNEWS a établi son top 10 des longs-métrages les plus terrifiants. Un classement qui fera certainement réagir… Mais il fallait bien «trancher».

«Les autres», de Alejandro Amenábar (2001)

Lors de sa sortie, ce long-métrage avec Nicole Kidman dans le rôle principal, avait réussi à passionner les spectateurs avec un récit mêlant angoisse et surnaturel, et un final particulièrement surprenant. En 1945, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, Grace, femme pieuse, se retrouve isolée dans une imposante maison victorienne sur l’île de Jersey avec ses deux enfants. Anne et Nicholas, touchés par une étrange maladie, doivent vivre dans l’obscurité. Le jour où cette mère ouvre la porte à trois domestiques, les règles changent et le mal commence à s’immiscer insidieusement.

«Amityville, la maison du diable», de Stuart Rosenberg (1980)

Un classique du genre basé sur une histoire vraie avec le terrifiant James Brolin, père de Josh. Dans une maison cossue de la petite ville d’Amityville, près de New York, Ronald Junior DeFeo massacre ses parents et toute sa famille. Un acte qui lui aurait été dicté par Satan. N’ayant pas connaissance de cette atroce histoire, les Lutz rachètent la propriété à bas prix, et pensent profiter de jours heureux. Mais bientôt, ils vont être témoins d’événements surnaturels. La folie ne sera pas loin pour certains. Avant d’aller dormir, on regardera à deux fois si la porte d’entrée est bien fermée.

«Halloween, la nuit des masques», de John Carpenter (1979)

A la fin des années 1970, les spectateurs découvrent pour la première fois le tueur en série Michael Myers et une jeune comédienne, Jamie Lee Curtis, qui rencontrera le succès et apparaîtra par ailleurs dans de nombreuses suites. Un soir d’Halloween en 1963, Michael, alors enfant, poignarde sa sœur, ce qui lui vaut un détour par l’asile psychiatrique. A sa sortie, quinze ans plus tard, il repasse à l’action en attaquant les ados de sa ville. Qui a dit que l’on devait aimer sa famille ?

«La nuit des morts-vivants», de George A. Romero (1970)

Avant de réaliser «Zombie» et «Le Jour des morts-vivants», George A. Romero a tourné ce film, inspiré du roman «Je suis une légende», de Richard Matheson. Sur la route qui les ramène du cimetière où se trouve la tombe de leur père, Barbara voit son frère Johnny se faire tuer sauvagement. Elle et d’autres personnes rencontrées dans une maison de campagne vont affronter des cadavres qui reviennent d’entre les morts. Frissons et sueurs froides garantis.

«Sinister», de Scott Derrickson (2012)

Selon une étude récente baptisée «Science of Scare Project» et réalisée par Broadbandchoices via «Forbes», ce film d’horreur serait «le plus effrayant de tous les temps». Comme tout classement, il y a débat. Mais ce rapport se base sur des données scientifiques. Le rythme cardiaque des spectateurs a en effet été analysé pendant qu’ils regardaient le long-métrage. Celui-ci a oscillé entre 86 et 131 battements par minutes, alors que la moyenne est de 65 pour une personne au repos. Si l’on y réfléchit bien, le synopsis peut faire trembler. Auteur de romans policiers, le héros Ellison (Ethan Hawke) part s’installer avec sa femme et ses enfants dans une maison (oui, encore une maison) où les anciens propriétaires ont été retrouvés pendus. Mais cela ne semble pas les affoler. Jusqu’au jour où le père découvre des vidéos contenant des images de meurtres.

«Freddy – chapitre 1 : les griffes de la nuit», de Wes Craven (1985)

Si vous ne connaissez pas encore Freddy Krueger, vous allez rencontrer l’un des meurtriers les plus célèbres de l’histoire du cinéma, qui assurément hantera vos nuits à tout jamais. Avec son vieux pull déchiré et des doigts remplacés par des lames tranchantes, cet homme au visage brûlé traumatise une bande d’adolescents, dont la jeune Nancy, en les assassinant pendant leur sommeil. Alors gardez bien les yeux ouverts… et admirez au passage la performance de Johnny Depp, alors jeune acteur.

«Conjuring : les dossiers Warren», de James Wan (2013)

Ce long-métrage fait d’autant plus peur qu’il s’inspire de faits réels. Et pendant le tournage, l’équipe a été confrontée à des phénomènes étranges comme l’incendie inexpliqué de l’hôtel où les membres séjournaient. Lors de la sortie en salle, le public découvre donc l’existence du couple Warren, enquêteurs paranormaux, et l’effroyable poupée Annabelle.

«Massacre à la tronçonneuse», de Tobe Hooper (1974)

Cinq copains se débarrassent d’un auto-stoppeur très étrange qu’ils avaient pris à bord de leur mini bus. A court d’essence, la bande part se réfugier dans la maison d’enfance de deux d’entre eux. Dans cette demeure, ils vont connaître l’enfer alors que les cadavres sont déterrés des tombes dans les alentours. Sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs du Festival de Cannes 2014 en séance spéciale, le film qui s’inspire du tueur en série, Ed Gein, a été présenté dans une version restaurée en 4K.

«L’exorciste», de William Friedkin (1974)

Il a remporté l’Oscar du meilleur scénario et celui du meilleur son. Et on garde tous en mémoire les cris stridents et diaboliques de Regan. Son père Chris McNeil est très inquiète pour elle puisqu’elle semble possédée par les forces du Mal. Un vrai démon qui balance des insanités, se poignarde avec un crucifix, et fait tourner sa tête à 360°. Des effets spéciaux spectaculaires pour l’époque.

«Shining», de Stanley Kubrick (1980)

Impossible d’oublier la scène terrifiante du tricycle dans les couloirs de l’hôtel ou les jumelles flippantes qui murmuraient «Viens jouer avec nous, Danny». Adaptation du roman éponyme de Stephen King, «Shining» reste un classique des films d’horreur. Jack Torrance, écrivain, devient le temps d’un hiver le gardien d’un hôtel reculé du Colorado, dans lequel il s’installe avec sa femme et son fils. Possédant un don de médium, le petit Danny va vivre un enfer. Et nous aussi…

Retrouvez toute l’actualité cinéma ICI



Source link

Autres articles à lire

Municipales 2020 : les résultats à Levallois-Perret

adrien

Réalité augmentée : Microsoft invente l’holoportation

adrien

Vacances de Noël : cinq films à regarder en famille sur Canal+ et MyCanal

adrien

Des données personnelles de 533 millions de comptes Facebook mises en ligne

adrien

Etats-Unis : la vaccination bientôt ouverte aux moins de douze ans, annonce Joe Biden

adrien

James Bond : 37.000 litres de Coca-Cola déversés pour une cascade de «Mourir peut attendre»

adrien