heureux-qui.com
Image default
Fil Info

Ghost’n Goblins Resurrection : le retour d’un jeu culte aussi génial que punitif


Dur, dur d’être un héros. Ghost’n Goblins, titre culte des années 1980-90 revient dans une version qui n’a rien perdu de son panache… ni de son âpreté. Accrochez-vous, ça va secouer !

Si vous traîniez vos guêtres dans les salles d’arcades au milieu des années 1980 ou que vous étiez un accro à la Super Nintendo quelques années plus tard, sans doute les titres Ghost’n Goblins et Ghouls’n Ghosts ne vous sont-ils pas inconnus ?

Ces jeux d’action et de plates-formes 2D réalisés par les Japonais de Capcom (Street Fighter, Resident Evil…) auraient pu à eux seuls créer une pénurie de Xanax tant le niveau de difficulté était relevé. Conscients du caractère culte du titre et de sa difficulté exemplaire, les développeurs se sont dit qu’il serait bien de renouveler l’expérience un peu plus de 35 ans plus tard avec un reboot, exclusif à la Nintendo Switch. On checke son stock d’anxiolytiques, on respire un grand coup, et c’est parti !

gngr_archie_6036569194a9b.jpg

Ghost’n Goblins Resurrection reprend des éléments vus dans Ghost’n Goblins (1985) mais aussi sa suite Ghouls’n Ghosts (1988). La formule entre les deux jeux reste la même : le joueur enfile l’armure (et le caleçon) du chevalier Arthur qui va, en traversant des niveaux en 2D, affronter des cohortes de monstres et éviter mille et un périls. Zombies, démons, dragons, ogres… tout le bestiaire médiéval fantastique classique répond présent alors qu’Arthur, tire (à la verticale et l’horizontale), saute, frappe et meurt. Et meurt. Et meurt encore. Souvent.

ghosts-n-goblins-resurrection-screenshot-6_0000969880-taille640_603657b5dbf5e.jpg

Ghosts’n Goblins fait partie de ces titres qui, bien avant les années Dark Souls, Bloodborne et Nioh, ont fait de l’âpreté une des composantes centrales de leur expérience. Comprenez que le titre est difficile. Très. Le niveau de difficulté le plus faible reste un challenge pour les joueurs qui découvrent cet univers délicieusement médiévalo-kitch. On guette dans chaque niveau les bannières qui marquent les étapes de ce périple qui peut être éprouvant.

gngr_barry_603656ac62a94.jpg

Chaque passage franchi est une victoire alors que chaque saut manqué, chaque tir mal cadré, peut conduire Arthur à une fin précipitée, obligeant le joueur à recommencer le segment. Les sauts doivent être millimétrés et mieux vaut ne pas manquer sa cible lorsqu’on attaque. Un brin éprouvant mais… Il faut l’admettre, difficile de ne pas ressentir une véritable exaltation à chaque niveau.

Un mode coop inédit

Comme pour faire passer la pilule, Capcom propose avec cette édition 2021 un mode coopération pour deux joueurs en local. Chaque joueur prend alors un Joy-Con (à l’horizontale). Ici, un compagnon de route peut accompagner Arthur dans son périple pour le protéger d’un champ protecteur, le porter au-dessus des adversaires ou bien encore créer des ponts pour l’aider à franchir des marais ou des précipices. Une vraie bonne idée… alors que les puristes (adeptes de la performance pointue) crieront sans doute au blasphème et à la trahison.

gngr_kerry_603656cdcd41a.jpg

Ghost’n Goblins Resurrection révise avec talent ses classiques tout en enrichissant la formule. Reste une aventure 2D éprouvante qui demande du sang-froid pour qui veut découvrir la richesse de cette version 2021 sublimée et toujours aussi hardcore.

Ghost’n Goblins Resurrection, Capcom, sur Switch.

ban_jeux_video_magazine_youtube_603658725d106.jpg

A voir aussi



Source link

Autres articles à lire

Coup d’Etat en Birmanie : les généraux veulent bloquer Facebook

adrien

Emma Watson au conseil d’administration du groupe de luxe Kering

adrien

Régionales en Auvergne-Rhône-Alpes : Laurent Wauquiez creuse l’écart dans les intentions de vote

adrien

Un Français sur deux prend l’apéritif au moins une fois par semaine

adrien

Rentrée littéraire d’hiver 2021 : les stars de l’édition vont se bousculer sur les étals des librairies

adrien

Mort de Tonton David : stars et anonymes lui rendent hommage

adrien