heureux-qui.com
Image default
Fil Info

Gaz, vélo, cookies internet… Ce qui change le 1er avril


Ce 1er avril n’échappe pas à la règle. Comme à chaque début de mois, plusieurs changements influant sur le quotidien des Français sont à noter, de la baisse des prix du gaz à la fin du «coup de pouce vélo».

Baisse des prix du gaz

Après plusieurs mois de hausse, les tarifs réglementés du gaz diminuent de 4,1 % ce 1er avril. Dans le détail, cette baisse est de 4,3 % pour les foyers qui se chauffent au gaz, de 1,2 % pour les clients qui utilisent le gaz pour la cuisson et de 2,5 % pour ceux qui ont un double usage, cuisson et eau chaude.

«Cette baisse pour le mois d’avril s’explique par une moindre demande en gaz naturel liée à la remontée des températures et par la baisse des prix du gaz naturel liquéfié en Asie et en Europe», explique la Commission de régulation de l’énergie (CRE) dans un communiqué.

Fin du «coup de pouce vélo»

A partir de ce 1er avril, il n’est plus possible de bénéficier du «coup de pouce vélo», ce dispositif lancé par le gouvernement en mai dernier pour encourager la pratique du vélo dans le cadre du déconfinement. Il permettait aux particuliers de se voir offrir une séance de remise en selle, mais aussi une aide financière de 50 euros pour faire réparer sa bicyclette.

Grâce à cette opération, prolongée à deux reprises, 1,9 million de réparations ont été financées, selon les chiffres du ministère de la Transition écologique.

Régulation des cookies sur internet

Dès aujourd’hui, entrent en vigueur les nouvelles règles de la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés) sur les cookies, ces traceurs en ligne utilisés pour stocker les données de navigation des internautes. Désormais, les sites internet doivent obtenir le consentement explicite des personnes pour les tracer, avec un bouton «Tout refuser» qui doit avoir le même habillage graphique que le bouton «Tout accepter».

De plus, les internautes doivent dorénavant être clairement «informés des finalités des traceurs avant de consentir», indique la CNIL, notamment concernant la possibilité de se voir adresser des publicités ciblées.

Prolongation de la trêve hivernale

En raison de la crise sanitaire, la trêve hivernale des expulsions locatives a été prolongée de deux mois. Elle «prendra fin le 1er juin au lieu du 1er avril», a annoncé Emmanuelle Wargon, la ministre du Logement, dans Le Parisien le 1er février dernier. Jusqu’au 31 mai, les locataires menacés d’expulsion, notamment pour cause d’impayés successifs, sont donc protégés.

De même, la trêve sur les coupures de gaz et d’électricité, suite à des factures de chauffage impayées, est également prolongée. L’année dernière, la trêve hivernale avait également été étendue, en raison déjà de la pandémie de coronavirus.

Prolongation du dispositif de chômage partiel

Déjà prolongé à plusieurs reprises, le dispositif exceptionnel d’indemnisation du chômage partiel, mis en place par l’Etat pour aider les entreprises et les salariés frappés par la crise sanitaire, est de nouveau maintenu pour le mois d’avril.

Ses conditions restent inchangées. Pour les salariés, l’indemnité reste équivalente à 84 % de leur salaire net. Quant aux entreprises, le reste à charge demeure nul pour les employeurs des secteurs les plus touchés par la crise (tourisme, culture, sport et loisirs, hôtellerie-restauration, transports…), et à 15 % pour les autres.



Source link

Autres articles à lire

Attaque au couteau près de Nantes : ce que l’on sait de l’affaire

adrien

Up2it : un nouveau réseau social pour les sportifs

adrien

Qu’est-ce que le whaling, cette cyberattaque pire que le phishing

adrien

En colère, les syndicats de police reçus par Christophe Castaner

adrien

La technique de Kourtney Kardashian pour avoir des fesses galbées en seulement 10 minutes

adrien

NBA : Stephen Curry en feu, le grand retour du chef ?

adrien