heureux-qui.com
Fil Info

Fort Boyard : Hugo Clément veut une émission sans animaux

Notez cet article


Les tigres, insectes et autres reptiles ont-ils leur place à Fort Boyard ? Pour Hugo Clément, la réponse est clairement non. Participant à l’émission de ce samedi 1er août, le journaliste a fait savoir qu’il avait refusé de prendre part aux épreuves impliquant des animaux.

Venu pour récolter des fonds pour l’association Les matelots de la vie, qui emmène des enfants guéris de graves maladies faire de la voile, ce végétarien convaincu est connu pour son engagement en faveur de la cause animale.

 

 

Ce soir, je serai dans Fort Boyard avec @alexandrarosenfeld, @flopeyre @arianemassenet et @geremycredeville ! Nous allons tenter de remporter la plus grosse somme possible pour aider la formidable association « Les matelots de la vie », qui emmène des enfants guéris de graves maladies faire de la voile. Les enfants encore hospitalisés, eux, participent aux aventures de leurs copains à distance, en attendant de pouvoir prendre la mer. Pour découvrir leur boulot et les aider si vous le souhaitez, rendez-vous sur : www.matelots-vie.com Comme lors de ma première participation il y a deux ans, j’ai refusé de prendre part aux épreuves impliquant des animaux. Vous connaissez mes convictions à ce sujet : je suis farouchement opposé à la captivité d’animaux sauvages dans un but de divertissement, comme c’est le cas sur le Fort. Des tigres n’ont rien à faire derrière des barreaux au milieu de l’océan et les reptiles ou les insectes ne sont pas des objets avec lesquels j’ai envie de jouer. A l’occasion de ma participation, j’ai pu mettre ce problème en lumière dans la presse et le débat a été ouvert. Vous le savez, avec le @referendum_animaux, nous proposons d’interdire les spectacles avec animaux sauvages. Dans leur forme actuelle, certaines épreuves de Fort Boyard seraient concernées. Sans attendre le référendum, je milite activement pour obtenir un Fort Boyard sans animaux le plus rapidement possible. J’ai fait part de ce souhait à la production. Nous n’avons pas besoin d’animaux pour faire une super émission de télévision. Sinon, vous pensez qu’Alex, qui a une peur bleue du vide, acceptera de sauter ? Réponse à 21h sur @france2

Une publication partagée par Hugo Clément (@hugoclementk) le

Récemment, Hugo Clément s’est notamment engagé dans un projet de référendum d’initiative partagée, le référendum des animaux, dont le but est de faire examiner un projet de loi constitué de six mesures contre la maltraitance animale.

L’une d’elles demande l’interdiction des spectacles avec des animaux sauvages et, selon le journaliste, «dans leur forme actuelle, certaines épreuves de Fort Boyard seraient concernées».

«Je suis farouchement opposé à la captivité d’animaux sauvages dans un but de divertissement, comme c’est le cas sur le Fort, développe-t-il sur Instagram. Des tigres n’ont rien à faire derrière les barreaux au milieu de l’océan et les reptiles ou les insectes ne sont pas des objets avec lesquels j’ai envie de jouer».

Une prise de position qu’Hugo Clément affirme avoir partagé avec la production de l’émission : «je milite activement pour obtenir un Fort Boyard sans animaux le plus rapidement possible. J’ai fait part de ce souhait à la production. Nous n’avons pas besoin d’animaux pour faire une super émission de télévision».

Sur Twitter sa démarche a suscité des réactions contrastées, certains estimant que la participation du journaliste à Fort Boyard questionne la crédibilité de son engagement en faveur des animaux tandis que d’autres saluent l’initiative.

Retrouvez toute l’actualité sur la condition animale ICI





Source link

Autres articles à lire

Manifestations en Biélorussie : «Une intervention militaire russe ne paraît pas l’option la plus crédible»

adrien

Noël 2020 : les pièces Mode féminines à glisser au pied du sapin

adrien

PSG-Leipzig : Sergio Rico peut-il faire oublier Keylor Navas ?

adrien

Coronavirus : la France peut «basculer à tout moment»

adrien

Pourquoi il faut visiter le Louvre dès sa réouverture ce lundi

adrien

Affaire des chevaux mutilés : tout ce que l’on sait

adrien