heureux-qui.com
Image default
Fil Info

Féminicides: malgré la prise de conscience, les victimes ont augmenté en 2019


Malgré une prise de conscience collective de l’ampleur des violences conjugales proclamées «grande cause du quinquennat», le nombre de femmes tuées par leur conjoint ou ex-compagnon a augmenté en 2019 avec 146 victimes, soit 25 de plus que l’année précédente.

Vingt-sept hommes ont également été tués au sein du couple, soit 173 décès au total (+16%), selon des chiffres rendus publics par le ministère de l’Intérieur lundi. Cela représente en moyenne un décès tous les deux jours. La victime est en général une femme, de nationalité française, âgée de 30 à 49 ans ou de plus de 70 ans et n’exerce pas ou plus d’activité professionnelle.

«C’est une hausse effroyable, mais qui ne me surprend pas», a réagi auprès de l’AFP Anne-Cécile Mailfert, présidente de la Fondation des femmes, «ça doit appeler une réaction urgentissime, le blabla ne suffit pas, il est nécessaire qu’il y ait des mesures fortes».

«Marlène Schiappa n’a pas fait ce qu’il fallait. Les principales mesures du Grenelle ne sont pas mises en place, les moyens ne sont pas mis pour protéger suffisamment ces femmes», a-t-elle ajouté.

Le logo du numéro d'urgence contre les violences conjugales, le 3919 [Eric FEFERBERG / AFP/Archives]

 

Le logo du numéro d’urgence contre les violences conjugales, le 3919

[Eric FEFERBERG / AFP/Archives]

Le Grenelle contre les violences conjugales qui s’est tenu à l’automne «a permis une vraie prise de conscience et une mobilisation de toute la société face aux violences conjugales. Avant le Grenelle, 8% de la population connaissait le 3919 (numéro d’aide, ndlr): c’est désormais plus de 64%», a pourtant défendu Marlène Schiappa ministre déléguée chargée de la citoyenneté et ancienne secrétaire d’Etat chargé de l’Egalité entre les femmes et les hommes.

Pour Caroline De Haas du collectif #NousToutes, «ces chiffres correspondent à l’absence de politique ambitieuse», «il y a un décalage entre l’affichage du gouvernement et ses résultats».

«Mieux repérer et mieux protéger les victimes, mieux sanctionner les agresseurs constituent, dans le sillon du Grenelle des violences conjugales, mes priorités», a assuré de son côté Elisabeth Moreno ministre déléguée chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes.

Bracelet anti-rapprochement en septembre 

Une affiche

 

Une affiche “Stop Feminicide” à Marseille le 23 novembre 2019, jour de manfestations conttre les violences faites aux femmes

[CLEMENT MAHOUDEAU / AFP]

Le Parlement a adopté définitivement fin juillet une proposition de loi destinée à mieux «protéger les victimes de violences conjugales». Ce texte introduit notamment une exception au secret médical en cas de «danger immédiat».

Une première série de mesures avait déjà été adoptée fin 2019, dont la généralisation du bracelet anti-rapprochement contre les conjoints et ex-conjoints violents qui devrait être mis en place en septembre.

Selon l’étude, la majorité (76%) des homicides ont lieu au domicile du couple, de la victime ou de l’auteur, 31% sont motivés par une dispute et 20% par un séparation non acceptée. Selon les chiffres fournis par le ministère, 36% des homicides ont été commis par arme blanche et 24% par arme à feu.

«D’où l’importance d’une des nouvelles mesures qui est celle des saisies d’arme lorsqu’il y a plainte pour violences», explique une source policière. Le détenteur d’une arme à feu légale est inscrit dans un fichier désormais systématiquement consulté si une victime dépose plainte pour violence.

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a pour sa part souligné «une mobilisation sans précèdent des forces de l’ordre sur la prise en charge des violences conjugales avec la mise en place de nouvelles méthodes et des formations renforcées pour tous les policiers et gendarmes».

Une manifestation contre les violences contre les femmes, le 23 novembre 2019 à Marseille [CLEMENT MAHOUDEAU / AFP]

 

Une manifestation contre les violences contre les femmes, le 23 novembre 2019 à Marseille

[CLEMENT MAHOUDEAU / AFP]

Le collectif «féminicide par compagnons ou ex» a recensé 152 cas en 2019. Sur cette base, l’AFP a opéré des vérifications pendant toute l’année 2019 auprès des services de police et gendarmerie, magistrats, avocats, maires ou proches des auteurs et victimes.

Au total, l’AFP a décompté au moins 126 cas l’année dernière. Dans une dizaine de cas supplémentaires, les enquêtes n’ont pas permis de démontrer qu’il s’agissait bien de féminicide.

Depuis janvier 2020, au moins 46 féminicides présumés ont été recensés, selon un décompte de l’AFP.

Retrouvez toute l’actualité société ICI



Source link

Autres articles à lire

Paris : «plus de 600 migrants» s’installent devant la préfecture d’Île-de-France

adrien

«Alien», «Scarface», «Harry Potter»… : près de 800 objets issus de films cultes mis aux enchères à Los Angeles

adrien

F1 : Record d’Hamilton, lutte pour le titre, retour d’Alonso, débuts de Schumacher… Top départ d’une saison prometteuse

adrien

Vidéo : Paris Hilton, en larmes, évoque un lourd secret dans un documentaire sur YouTube

adrien

États-Unis, Canada, Singapour… Quels pays vaccinent déjà les enfants ?

adrien

Apple : iPhone 13, Apple Watch Series 7, iPad… Retrouvez toutes les annonces de la keynote

adrien