heureux-qui.com
Image default
Fil Info

Drapeau confédéré : que représente-t-il ?


Symbole d’oppression raciste pour certains, relique d’un passé à ne pas oublier pour d’autres… Le drapeau confédéré est au cœur des passions alors que les Etats-Unis débattent sur ce qui représente le racisme après la mort de George Floyd le 25 mai dernier aux mains de la police.

La forme de ce drapeau le rend facilement reconnaissable. Reprenant le bleu, blanc et rouge de la traditionnelle bannière étoilée, il a été utilisé par les Etats du Sud du pays se soulevant contre le gouvernement central à l’annonce de l’abolition de l’esclavage. Cette prise d’armes a entraîné une des guerres fondatrices de ce que sont les Etats-Unis aujourd’hui : la guerre de Sécession entre 1861 et 1865. 

Le drapeau américain utilise les étoiles pour signifier le nombre d’Etats dans l’Union, une symbolique reprise par celui des confédérés. Ainsi, l’on peut compter 13 étoiles disséminées dans une croix bleue et blanche. Il s’agit de la Caroline du Sud, du Mississippi, de la Floride, de l’Alabama, de la Géorgie, de la Louisiane, du Texas, de la Virginie, de l’Arkansas, du Tennessee et de la Caroline du Nord. Le Kentucky et le Missouri n’ont pas officiellement fait sécession à cette période, mais étaient considérés comme confédérés, et étaient représentés au Congrès confédéré. 

À noter que ce drapeau, nommé «The Stainless Banner» (la bannière sans tache, en français) n’était pas le premier utilisé. Il n’a été adopté qu’en 1863, car le premier ressemblait trop à celui des Etats-Unis, ce qui portait à confusion sur le champ de bataille. Aujourd’hui, il est toujours utilisé de manière officielle par le Mississippi, et apparaît régulièrement aux mains de manifestants suprémacistes blancs, membres du Ku Klux Klan et autres groupes racistes. 

Un héritage qui fait polémique

C’est la raison qui fait qu’une grande partie de la population demande à ce qu’il soit purement et simplement interdit. Héritage de ces Etats qui demandaient le maintien de l’esclavage, il peut sembler étrange de le voir si facilement déployé dans un pays où tous les citoyens sont égaux selon la Constitution, quelle que soit la couleur de leur peau. 

Ses défenseurs arguent de leur côté qu’il est avant tout un héritage historique, et qu’il ne faut pas l’enterrer ni en avoir honte. Certains estiment qu’il est de leur devoir patriotique de l’utiliser. Cependant, avec les manifestations contre le racisme et les violences policières, il fait partie des symboles qui sont visés par les mouvements comme Black Lives Matter et les politiciens. 

Le drapeau confédéré sera moins visible que par le passé

Ainsi, le 10 juin, le championnat de course automobile Nascar a décidé de l’interdire lors de ses événements et le corps des Marines a assuré le bannir de ses bases. En 2015, après l’attaque de Charleston qui a fait 9 morts dans une église de la communauté noire, plusieurs marques ont pris la décision de ne plus en produire ou en vendre, comme eBay, Amazon, Google Shopping, Walmart… Il faut dire que le drapeau était particulièrement apprécié de Dylan Roof, le tueur suprémaciste blanc. Cinq ans plus tard, le débat existe toujours quant à l’interdiction totale ou non de ce drapeau. 



Source link

Autres articles à lire

Allemagne : une mère soupçonnée du meurtre de cinq de ses enfants

adrien

Coronavirus : Madrid se prépare à un reconfinement partiel

adrien

Vaccin anti-Covid : le gouvernement détaille sa stratégie

adrien

Mort de George Floyd : le vibrant hommage de Liverpool

adrien

Déclaration de politique générale de Jean Castex : ce qu’il faut retenir

adrien

Claire Bourhis-Mariotti : «Joe Biden ne répond pas encore aux attentes après la mort de George Floyd»

adrien