heureux-qui.com
Image default
Fil Info

Des stations spatiales privées à l’horizon 2030 ?


Mise en orbite à partir de 1998, la Station Spatiale Internationale (ISS) s’apprête à tirer sa révérence dans les prochaines années. Un doux rêve de coopération internationale qui devrait bientôt céder sa place à des projets privés.

Elles se nomment Blue Origin, Nanoracks, Northrop Grumman ou Axiom Space et toutes ont en commun de préparer leur propre programme spatial.

Des projets qu’elles comptent commercialiser auprès des Etats, mais aussi d’autres acteurs privés ou encore de riches amoureux de l’espace qui veulent s’offrir un séjour touristique à grands frais.

Jeudi 2 décembre, la Nasa a annoncé qu’elle serait partenaire de leur projet et a attribué respectivement 130, 160, 125,6 et 140 millions de dollars. «Nous nous associons avec les entreprises américaines pour développer des destinations spatiales que les gens pourront visiter, où ils pourront vivre et travailler», s’est enthousiasmé le patron de la Nasa, Bill Nelson, dans un communiqué.

La Chine bâtit déjà sa propre station orbitale

L’idée pour l’agence spatiale américaine est de se défaire de ce type d’installations coûteuses pour se concentrer sur des voyages plus lointains et le programme Artemis, qui vise la Lune avant Mars. C’est donc un nouveau créneau qui se libère pour toutes ces entreprises privées qui souhaitent exploiter le business de l’espace, à l’image de SpaceX, dont les capsules Crew Dragon assurent déjà le ravitaillement et l’acheminement d’astronautes vers l’ISS.

image-axiom-station-cupola-view-taille640_61a9df0cb438e.jpg

Car l’ISS pourrait prendre officiellement sa retraite entre 2024 (date à laquelle elle devait être délaissée initialement) et 2030, cette échéance plus raisonnable étant défendue par Bill Nelson, le directeur de la Nasa. L’idée étant surtout de préparer l’après ISS qui devrait donc être assuré par des sociétés privées, même si la Chine prépare déjà la sienne pour ses taïkonautes.

Quatre projets déjà bien avancés

Dans les faits, les projets menées par ces quatre sociétés américaines sont déjà avancés. Axiom Space a même dévoilé un premier module qu’elle souhaiterait accoupler à l’ISS offrant une chambre d’hôtel avec vue sur la Terre, désignée par Philippe Starck. Une première étape avant d’assembler sa propre station qui pourrait intégrer une pièce offrant une vision panoramique à 360° jamais vue sur le globe (photo ci-dessus).

De son côté, Blue Origin, la société spatiale de Jeff Bezos, s’est associé avec Sierra Space, afin de bâtir son projet Orbital Reef. Cette station pourrait accueillir jusqu’à 10 locataires dont la provenance sera diversifiée puisque touristes et chercheurs pourront s’y croiser.

Le groupe Northrop Grumann, spécialisé dans l’aérospatial et la défense depuis 1994, compte également lancer son propre projet mixant science et tourisme spatial.

Enfin, Nanoracks, qui travaille depuis dix ans sur son projet Starlab, a rappelé dans un tweet publié cette semaine à l’issue de cet accord avec la Nasa qu’elle vise à mettre en orbite une station dès 2027.

Les projets fleurissent donc pour les stations orbitales et d’autres acteurs internationaux pourraient également émerger dans les prochaines années.





Source link

Autres articles à lire

Pétards et feux d’artifice le 14 juillet : que dit la loi ?

adrien

Que faire si l’on assiste à une noyade ?

adrien

«Autant en emporte le vent» revient sur HBO Max accompagné de 2 vidéos de contextualisation

adrien

Attention, 450 applis mobiles (certaines françaises) vous espionnent à votre insu

adrien

Covid-19 : une communauté Amish a-t-elle atteint l’immunité collective ?

adrien

Starzplay arrive dans les offres Canal+ : 7 séries à ne pas manquer dès le 3 février

adrien