heureux-qui.com
Image default
Fil Info

Des mines sur la Lune ? La Nasa découvre des gros gisements de titane et de fer


Des ressources signes de tension ? La NASA a trouvé des gisements de fer et de titane plus importants que prévu sur la Lune. Découverts par la sonde spatiale Lunar Reconnaissance Orbiter (LRO), ces métaux pourraient devenir un enjeu grandement stratégique dans la conquête spatiale.

En effet, toutes les ressources disponibles peuvent permettre d’envisager des bases lunaires qui pourraient servir de poste avancé pour des voyages plus lointains, à destination de Mars notamment. Dans ce contexte, l’utilisation du métal pourrait causer des tensions internationales. Un pays peut-il s’approprier quelque chose trouvé sur la Lune et l’exploiter ? 

«À l’heure actuelle, rien ne l’empêche», estime Perrine Barthomeuf, avocate spécialisée dans le droit spatial. «La liberté spatiale permet la liberté d’explorer et d’exploiter ce qui se trouve dans l’espace». Le traité de l’espace ne tranche que sur la propriété du sol, et non pas de ce qui en est extrait. De plus, les Etats-Unis disposent de l’Obama ACT, qui «autorise les entreprises privées américaines se livrant à des opérations d’exploitation minière des astéroïdes, à revendiquer des droits sur les ressources extraites», affirme-t-elle.

Cependant, le domaine est encore très confus, et tout le monde n’est pas d’accord explique l’avocate, puisque certains assurent que l’espace fait partie du «patrimoine commun de l’humanité», ce qui prévoit «la mise en place d’un régime de répartition équitable entre tous les États parties des avantages qui résulteront de ces ressources». Cela empêcherait donc la privatisation de ressources lunaires ou spatiales. Un Accord sur la Lune, signé en 1979, a tenté d’officialiser ce concept pour le satellite, mais n’a été ratifié par aucune nation majeure de l’exploration spatiale.

Ce bout de roche est considéré comme le cinquième plus grand morceau de Lune jamais trouvé sur Terre.

Outre ces considérations, les scientifiques de la NASA ont avant tout été intéressés par la découverte en tant que telle, qui approfondit les connaissances actuelles sur la Lune. Jusqu’à présent, les chercheurs estimaient que l’astre s’était formé après la collision d’un énorme objet sur la Terre il y a plusieurs milliards d’années. Mais la richesse des gisements, plus importante que ceux présents sur Terre, remettrait en cause la théorie selon les auteurs de l’étude. «Ces résultats excitants (…) montrent que même après 11 ans d’opération sur la Lune, nous réalisons toujours des nouvelles découvertes à propos de l’histoire ancienne de notre plus proche voisin», s’est enthousiasmé Noah Petro, chercheur au sein du projet LRO. 

Retrouvez toute l’actualité de l’espace ICI



Source link

Autres articles à lire

Crise économique : quelles conséquences sur les transports franciliens ?

adrien

Donald Trump : « Moi, personne ne m’aime, c’est juste ma personnalité »

adrien

Ces 10 aliments qui améliorent la mémoire

adrien

Environnement, effondrement, climat… : 5 BD de la rentrée sur le thème de l’écologie

adrien

Kerby Jean-Raymond, premier noir américain à présenter une collection à la Haute Couture Week de Paris

adrien

Violences sexistes et sexuelles : l’ENS Lyon au coeur d’une enquête après plusieurs témoignages

adrien