heureux-qui.com
Image default
Fil Info

Covid-19 : quelles mesures le gouvernement peut-il prendre pour contrer la 5ème vague ?


Retour des contaminations, indicateurs sanitaires dégradés et crainte de les voir se transformer en une nouvelle vague de Covid-19. Alors qu’un Conseil de défense sanitaire doit avoir lieu ce mercredi 24 novembre, le gouvernement pourrait agir de plusieurs manières pour tenter de contenir la situation.

Appuyer la vaccination

Efficace pour limiter les contaminations et, surtout, éviter de saturer les hôpitaux en réduisant les cas de Covid graves, la vaccination reste l’arme principale des autorités. Même si plus de 75% de la population a son schéma vaccinal complet à jour, une troisième dose semble dorénavant nécessaire. Déjà demandée aux plus de 65 ans et aux personnes vaccinées avec Janssen, le gouvernement pourrait décider de l’élargir.

Le Conseil scientifique plaide dans ce sens, pour que le rappel devienne également obligatoire pour les 50-64 ans (les doses leur seront accessibles à partir du 1er décembre). La Haute autorité de santé milite, elle, pour que la troisième dose concerne les plus de 40 ans. L’exécutif devra donc trancher rapidement.

Toujours concernant le vaccin, le gouvernement a aussi la possibilité d’insister, voire de durcir le ton, concernant les personnes non-vaccinées. Le Conseil scientifique a ainsi estimé qu’elles ont 10 fois plus de chance d’être hospitalisées en soins critiques. D’autant que parmi elles, 10% ont plus de 80 ans.

Port du masque et gestes barrières sérieusement renforcés

Alors que le respect des gestes barrières (comme la désinfection des mains) et du port du masque s’est largement relâché au quotidien, le retour des températures fraîches rend plus nécessaire que jamais leur usage. Les Français passent en effet moins de temps à l’extérieur et s’enferment désormais à la maison, au bar, au restaurant, pour passer un moment en famille ou avec leurs amis. De quoi favoriser la diffusion du virus.

Pour y faire face, le masque est redevenu obligatoire à l’école et des arrêtés préfectoraux l’imposent aussi localement dans certaines zones (abords des écoles, marchés…). Dans les stations de ski, il sera impérativement réclamé au moment de faire la queue pour les remontées mécaniques.

Le gouvernement osera-t-il prendre une décision plus globale sur le territoire, en réimposant le masque en extérieur dans certains cas de figure ? Il a déjà affirmé que pour les lieux où le pass sanitaire est demandé (bar, restaurants, cinémas…), son port ne redeviendra pas une obligation. L’exploitant ou le préfet peuvent cependant en décider autrement.

Le télétravail à nouveau encouragé ?

Allant dans le même sens que la volonté de «remobiliser» sur les gestes barrières, l’élargissement du télétravail est aussi une possibilité pour lutter contre la propagation du Covid-19 en entreprise. Le Conseil scientifique a totalement approuvé l’idée, alors que seulement 10% des salariés sont actuellement sommés par leur employeur de rester au moins une journée à domicile pour travailler (source ministère du Travail).

Ce même Conseil scientifique a par ailleurs rappelé l’importance d’aérer les lieux clos, comme un bureau ou un open space, et d’y installer des détecteurs de CO2. De quoi pousser le gouvernement à imposer ces installations ?

Eric Dupond-Moretti hausse le ton

Un reconfinement, idée si inenvisageable ?

La décision serait surprenante et très mauvaise d’un point de vue politique, mais il n’est pas impossible que la situation sanitaire, si elle se dégradait à l’extrême, pousse les autorités à envisager un nouveau confinement. Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement le résumait très bien la semaine dernière : «Il n’y a absolument aucun confinement qui est prévu aujourd’hui, ni de près ni de loin, (mais) rien n’est exclu par principe».

Une telle extrémité semble donc encore lointaine, mais il se pourrait que les autorités encouragent les Français à restreindre d’eux-mêmes leurs contacts sociaux. Eviter de s’agglutiner dans un bar, de recevoir une bande d’amis dans son salon, d’inviter sa famille à manger… A un mois de la période des fêtes, il est probable que des messages de prudence soient désormais martelés.

Le retour à plus de tests

Le Conseil scientifique n’a pas remis en cause la fin des tests gratuits pour les non-vaccinés, mais a appelé à rendre les diagnostics les plus rapides possibles après l’apparition d’un symptôme du Covid-19. Même chez les personnes vaccinées. Le gouvernement pourrait ainsi ajuster sa politique, en rappelant l’importance d’aller se faire dépister.

Pour rappel, un mois après la fin de leur remboursement automatique, le nombre de tests antigéniques réalisés avait diminué de 60%. Si le test de dépistage est payant pour les non-vaccinés, il ne l’est plus pour les cas contacts d’un malade et sur prescription d’un médecin.



Source link

Autres articles à lire

Donald Trump a-t-il fait une croix sur le vote noir ?

adrien

Press Start : Tout l’art du jeu vidéo s’explore au Centre Pompidou

adrien

Vidéo : un homme s’introduit de force chez elle pendant qu’elle se filme sur TikTok

adrien

Des chiens-robots à la recherche de vie dans les volcans avant d’aller sur Mars

adrien

69 pays continuent de criminaliser les relations entre personnes du même sexe

adrien

«Mank», «The Crown», Tahar Rahim… découvrez la liste des films, séries et artistes nommés aux Golden Globes

adrien