heureux-qui.com
Image default
Fil Info

Coronavirus : voici les 32 villes d’Île-de-France où les tests sont gratuits

Notez cet article


Une campagne de tests gratuits à grande échelle, menée par l’Agence régionale de santé (ARS), a été lancée hier, en Ile-de-France, pour identifier des «clusters dormants». Voici les 32 communes concernées.

Huit des 32 villes se trouvent en Seine-Saint-Denis, département fortement touché par l’épidémie – Gagny, Bobigny, Stains, Bondy, Drancy, Le Bourget, Épinay-sur-Seine, Sevran – et huit dans le Val-d’Oise – Goussainville, Garges-lès-Gonesse, Cergy, Argenteuil, Bezons, Gonesse, Sarcelles, Villiers-le-Bel. Ces deux départements ont été les plus durement touchés par l’épidémie de coronavirus. 

Le dispositif sera également proposé à Villejuif et Limeil-Brévannes dans le Val-de-Marne, à Colombes, Nanterre, Gennevilliers et La Garenne-Colombes dans les Hauts-de-Seine, à Mantes-la-Jolie, Les Mureaux, Limay, Mantes-la-Ville, Trappes et Élancourt dans les Yvelines, à Grigny et Évry dans l’Essonne, et à Melun et Montereau-Fault-Yonne en Seine-et-Marne. 

Sur quels criteres ?

Selon Olivier Véran, cette campagne permettra d’isoler les territoires «où il y a du réservoir viral, avec des personnes asymptomatiques, qui peuvent transmettre le virus sans le savoir». Au total, dans ces 32 villes de plus de 10.000 habitants, 1,3 million de personnes vont recevoir des bons de l’Assurance maladie pour faire un test de dépistage virologique. Celui-ci pourra avoir lieu dans n’importe quel laboratoire public ou privé.

Aurélien Rousseau, directeur général de l’ARS, a annoncé qu’en cas de résultat positif, des tests sérologiques seront proposés «pour savoir si la contamination est ancienne ou récente».

Coronavirus : la Seine-Saint-Denis éligible aux tests massifs

L’Agence régionale de santé a établi trois critères pour établir cette liste : un critère épidémiologique (taux de contamination supérieurs à la moyenne nationale) ; un critère d’accès au dépistage (proportion de tests effectués inférieure à la moyenne) ; et un critère lié à la situation économique et sociale de la commune.  

Ce dernier est «est important» car «on sait que l’épidémie a frappé plus fortement ces derniers mois les territoires avec des populations pauvres», a souligné Aurélien Rousseau. Si l’opération apporte des résultats, de nouvelles villes pourront être concernées. «On est pour l’instant au stade de l’expérimentation (…). Cette expérimentation pourra ensuite être étendue à d’autres régions», a précisé Olivier Véran.

Retrouvez toute l’actualité sur le coronavirus ICI



Source link

Related posts

Les agressions de personnes d’origine chinoise se multiplient au Canada

adrien

Amnesty International dénonce une augmentation des violences policières pendant le confinement

adrien

#Iwas : des femmes révèlent l’âge qu’elles avaient lors de leur première agression sexuelle

adrien