heureux-qui.com
Fil Info

Coronavirus : ce que l’on sait du vaccin de Pfizer

Notez cet article


La dernière étape avant une demande d’homologation et une distribution commerciale. Pfizer (Etats-Unis) et BioNTech (Allemagne) ont annoncé lundi avoir développé un vaccin «efficace» à 90% pour prévenir les infections à la Covid-19.

«Plus de huit mois après le début de la pire pandémie en plus d’un siècle, nous pensons que cette étape représente un pas en avant significatif pour le monde dans notre bataille contre le Covid-19», a déclaré dans un communiqué Albert Bourla, PDG de Pfizer.

Un essai positif mais toujours en cours

L’essai de phase 3 du nouveau vaccin, BNT162b2, a été lancé fin juillet. Il s’appuie, à ce jour, sur 43.538 participants issus de plusieurs pays dont 90% ont reçu la deuxième dose de ce candidat vaccin.

L’«efficacité vaccinale» du vaccin de l’américain Pfizer et de l’allemand BioNtech a été mesurée en comparant le nombre de participants infectés par le nouveau coronavirus dans le groupe qui a reçu le vaccin et dans celui sous placebo, «sept jours après la deuxième dose» et 28 jours après la première, ont expliqué les deux sociétés dans un communiqué commun.

Ces résultats proviennent de la première analyse intermédiaire de leur essai de phase 3 à grande échelle, la dernière avant une demande d’homologation. Après cette analyse, seulement 94 patients ont contractés le virus. L’essai se poursuit jusqu’à 164 cas de contaminations. 

Les résultats sont bien au-delà des attentes. Pour un premier vaccin, l’objectif était d’atteindre une efficacité comprise en 60 et 70%. «Plus de 90%, c’est extraordinaire», a confié à Bloomberg Ugur Sahin, dirigeant de BioNTech qui a qualifié ce progrès de «victoire pour la science». 

Des résultats concluants mais aussi des réserves 

Selon le média éco américain, il faut toutefois garder une certaine prudence. Peu de détails sur l’efficacité du vaccin ont été partagés et des doutes subsistent notamment sur les personnes âgées. De plus, les essais ont démarré en juillet, certains patients viennent de recevoir leur deuxième dose, il est donc encore trop tôt pour dire combien de temps le vaccin peut immuniser. 

Le vaccin Pfizer est basé sur la technique dite de l’ARN messager, c’est-à-dire la molécule qui dit à nos cellules ce qu’il faut fabriquer. Une technologie également utilisée par Moderna Inc. qui mène aussi des essais à grande échelle. Si les résultats sont concluants, les Etats-Unis pourraient donc bénéficier de deux vaccins en fin d’année 2020. 

Pour le moment, aucun vaccin n’a encore reçu d’approbation pour une distribution commerciale à grande échelle. Cependant, Pfizer a indiqué qu’il rassemblait les deux mois de données sur la sécurité après la dose finale exigée par l’autorité sanitaire américaine, la Food and Drug Administration (FDA), pour pouvoir se qualifier pour une autorisation d’utilisation d’urgence et utiliser le vaccin aux Etats-Unis dès ce mois-ci, à la troisième semaine de novembre.

Pour qui iront les premières doses ?

Les laboratoires ont affirmé être en mesure de produire 1.3 milliard de doses -donc pour 650 millions de patients- d’ici la fin de l’année 2021. Le chiffre de 50 millions de doses devraient être à disposition en 2020. 

En septembre dernier, la Commission européenne a conclu un accord afin d’obtenir obtenir 200 millions de doses du vaccin Pfizer-BioNTech, avec une option pour 100 millions de doses supplémentaires. De son côté, le gouvernement américain a signé un contrat de 1,95 milliard de dollars avec Pfizer pour la livraison de 100 millions de doses, si jamais le vaccin était approuvé, avec une option pour 500 millions de plus.

Le gendarme européen du médicament est en train d’examiner les données du vaccin développé par Pfizer et BioNTech. L’UE envisage toujours qu’un vaccin puisse être disponible «début 2021».

L’Agence européenne des médicaments (EMA) a déjà reçu deux séries de données, en cours d’examen, mais pas encore les «données cliniques» dont les laboratoires font état. «Nous avons de bonnes indications qu’un vaccin sera disponible au début de l’an prochain», même «si nous ne savons pas quel sera le premier», a-t-elle indiqué.

Retrouvez l’actualité sur le Coronavirus ICI



Source link

Autres articles à lire

Un suprémaciste blanc exécuté aux Etats-Unis, une première depuis 17 ans

adrien

Lieux culturels, fêtes de fin d’année, déplacements… Que retenir des annonces de Jean Castex ?

adrien

Pourquoi Apple lance-t-il un iPhone 12 Mini ?

adrien

La proche conseillère de Donald Trump, Kellyanne Conway, démissionne

adrien

Remaniement : Franck Riester vante son action à la culture dans un communiqué

adrien

Ile-de-France : quelles nouveautés dans les transports en commun en 2021 ?

adrien